lundi 28 février 2011

css

Non je ne vais pas vous parler du dernier album des CSS (Cansei de Ser Sexy) très bon groupe au demeurant de par sa musique mais aussi son style...

Non non aujourd'hui ça va être beaucoup moins sexy :
le CSS 
kezaco ? un sigle vaguement entendu deci delà ?
Tout d'abord une fois déployé le terme devient déjà plus poétique :
Feuilles de style en cascade 
(cascading style sheets)

"C'est un langage informatique qui sert à décrire la présentation des documents HTML et XML. Les standards définissant CSS sont publiés par le World Wide Web Consortium (W3C). Introduit au milieu des années 1990, CSS devient couramment utilisé dans la conception de sites web et bien pris en charge par les navigateurs web dans les années 2000" dixit Wikipedia 


En image ça donne des choses comme ça : 

le CSS 

Vous etes toujours là ?
Alors pour les plus courageux qui n'y comprennent définitivement rien j'ai trouvé ça :

CSS IRL 

 Et tout à coup tout devient plus clair, non ? 
Vous allez enfin pouvoir briller dans les salons de Madame la sous-préfette ou discuter d'égal à égal entamer une relation normal avec votre informaticien préféré (mais n'oubliez pas la pizza quand même ;-)


lundi 21 février 2011

enquete

Les résultats d'une enquête sur la blogosphère française 
menée par nowherelse

 
avec un découpage qui met la Haute-Normandie dans le Nord et la Basse-Normandie dans l'Ouest ;-)

dimanche 20 février 2011

le dimanche de la ménagère

Tout d'abord deux liens si vous ne savez pas quoi faire en ce dimanche et si vous avez envie de faire mousser un peu votre égo :
un générateur de biographies 


et un 2e qui arrive trop tard 
(même si après tout la St Valentin c'est tous les jours 
quand on est amoureux, n'est-ce pas ?)


et si vous n'êtes pas amoureuse il reste cet autre générateur recommandé 
il y a quelques années (en 2007 ! ;-)

samedi 19 février 2011

abcdaires

En ce moment fleurissent sur le net quelques abécédaires, vous n'aurez certainement pas échappé au "Dictionnaire du diable des bibliothèques" dont quelques définitions m'ont fait sourire :

(Mais c'est vrai que je suis partagée car je défends l'anonymat, mais en même temps ce dictionnaire pratique l'ironie et non l'humour et je trouve cela trop facile de railler quand on ne risque rien)

Et sinon un autre abécédaire proposée par Albertine Meunier, un glossaire du vocabulaire Internet par des ménagères de plus de 80 ans ;-)

vendredi 18 février 2011

Antoine

D'accord ce n'est pas dimanche mais parce que la découverte d'une lessive réservée aux hommes le vaut bien ;-)
Oui Antoine est une lessive ! 
Mais attention c'est un nouveau concept : c'est une lessive pour eux les hommes !
(un peu restrictive quand même : pour eux les hommes qui ne portent que des chemises ;-)
Une lessive qui va leur permettre d'affirmer leur "masculinité" !
Finies les odeurs de lavande ou fleurs blanches, que du musc et du boisé...
(du viril et de la testotérone en quelque sorte ;-)
Nan nan vous ne rêvez pas c'est même plus qu'une pub, car il y a aussi un mode d'emploi pour bien remplir une machine à laver !


Bien sur comme d'habitude il y a quelques détails qui me gênent (en plus du concept foireux)
c'est le 5e commandement (encore une histoire de masculinité à affirmer ?) 
mais surtout le 8e : le sèche-linge tu n'utiliseras pas ! (Ah bon ?)

Et pour avoir était amie avec une Arielle j'ai une pensée émue pour tous les Antoine qui, sous réserve de succès de cette lessive, auront à subir quelques railleries :-)


jeudi 17 février 2011

L'art de la queue

Non non ce titre n'a pas pour but de générer du trafic sur ce blog, il n'y aura rien de sexuel dans ce billet que de la bibliothéconomie ;-)

Je vous propose, en ces temps de disette de politique culturelle un sujet de réflexion en 3 heures, intro/thèse/antithèse/conclusion, où quelques citations de sociologues seraient les bienvenues :

Les flux culturels sont-ils identiques aux flux commerciaux ? 
Si oui doit-on cependant les appréhender de la même façon ?

(Ok ok vous me direz on sent déjà le parti pris de la citation qui fait que vous aurez intérêt à abonder dans son sens ou à avoir un argumentaire béton pour convaincre ;-)

Tout d'abord c'est quoi un flux culturel ?
C'est ce mouvement de foule qui fait qu'à 17h55 (ou 18h55 ou 19h55 ou...) Tout être humain valide est prié de gagner l'endroit ou des bibliothécaires vont d'un coup de baguette magique faire en sorte que vous puissiez partir avec les livres, CD, DVD, revues sur lesquels vous aurez porté vos choix. Flux que l'on assimile les jours de forte affluence à ceux que l'on trouve dans les hypermarchés (d'où la notion de flux commerciaux au cas ou vous n'auriez pas compris ;-) et je ne vous parle même pas des flux captifs comme ceux de la poste ou de la préfecture...

Il faut savoir aussi que faire la queue ou pas, est une notion qui varie d'une culture à une autre, par exemple les chinois ne "savent" pas faire la queue c'est un principe qui leur est totalement inconnu, ce qui ne veut pas dire qu'ils n'aient pas à la subir ! Dans certains pays d'Afrique du Nord on demande à la personne qui est devant vous de "garder" votre place ce qui vous permet d'aller vous asseoir. Dans les pays anglo-saxons il ne viendrait à personne l'idée de vous griller la politesse en tentant de resquiller (j'ai même vu à New-York ce que j'ai appelé des "animateurs de queue" qui ont pour mission de vous distraire pendant votre attente ;-). Alors qu'en France la resquille est un sport  national !
Et il ne faudra pas négliger cette spécificité nationale lorsque vous aurez à gérer des flux ;-)


Le  problème de ces flux, en bibliothèque, est que plutôt que de les anticiper et faire tout pour les éviter on part du principe qu'ils sont inéluctables et qu'il faut faire avec. Ce qui est déjà un mauvais point de départ pour construire un scénario valable et entamer une réflexion, non ?

Et pour ce faire, on prend exemple sur les schémas du système commercial, notez que je n'ai rien contre tirer profit de ce schéma si encore on en reproduisait ce qu'il a de meilleur et d'efficace comme le marketing par exemple ! Et, à mon avis, pour les penseurs du système capitaliste les notions de flux commerciaux et d'attente aux caisses restent le gros point noir et l'échec flagrant de ce modèle. Mais à la limite eux s'en f... car leur but premier est de générer des profits.
Alors non seulement l'exemple est mauvais à reproduire car source de tensions du côté de l'usager/client mais aussi des bibliothécaires/caissières, mais, en plus, nous allons mal le reproduire dans la plupart des cas par manque de moyens.
Par mal le reproduire j'entends par là aussi appliquer ce que l'on appelle le principe de la double peine : faire la queue pour emprunter des livres ET faire la queue aussi pour les rendre !

Or malgré l'échec flagrant du modèle caissière nous persistons de la même manière avec le modèle "automate de prêt" que l'on peut là aussi assimiler aux caisses automatiques que l'on voit se développer lui aussi dans les hypermarchés. Tout le monde aura remarqué la pauvre "hôtesse d'accueil" qui se démène au milieu et courre partout d'une caisse à l'autre pour dépanner les clients en rade ?
Vous me direz, mais voyons c'est de la résistance au changement, il s'agit d'un progrès indéniable pour l'usager qui gagne en autonomie, on ne peut comparer le noble métier de bibliothécaire aux tribulations d'une caissière on est dans le culturel voyons !

Certes, certes, mais j'y vois surtout un modèle qui remplace une aliénation par une autre. Alors si je n'ai rien contre ce soi-disant progrès qui coûte au demeurant fort cher et nous livre une fois de plus pieds et poings liés à des fournisseurs commerciaux, je ne peux m'empêcher de me poser des questions et de tenter
de réfléchir à ce modèle issu de la société de consommation plaqué artificiellement sur un modèle que je continue à penser différent (peut être à tort ?)
Mais surtout c'est que ce modèle ne résout en aucun cas le pitch de départ de ce billet : gérer les flux et éviter cette pù*$!ù d'attente pour emprunter ou rendre les documents !

mardi 15 février 2011

Le stagiaire de bibliothèque

Il y aurait beaucoup à dire sur l'esclave le stagiaire en bibliothèque, le mieux étant encore de le laisser s'exprimer. Voici donc le témoignage exclusif de Florent X. qui fut stagiaire à la BM de tûûûûût dont le responsable est un certain François que nous pourrons situer dans une ville aux confins de la Normandie.
(Bien sur tout ceci n'est que pure fiction, même si le stagiaire lui a vraiment existé ;-)

"Ah, stagiaire en bibliothèque/médiathèque, mon rêve ! 
 Emploi du temps :
Lundi, 
9h00
Nous réécoutons religieusement le podcast du "Casque et l'Enclume" de la veille, assorti des commentaires éclairés de François. Sauf quand c'est opéra, trop assommant : à la place nous écoutons religieusement "Carmina Burana" contée par Ève Ruggieri (étrangement, François y tient beaucoup).

10h00
Nous passons une bonne heure à débiner Jean-Louis Usine, le plus comique des critiques bilieux.
[Certaines mauvaises langues prétendent que, au fond, Culture c'est mieux. Mais en fait c'est moins drôle. (À ce propos, le stagiaire qui a écouté "Mauvais Genres" samedi soir écope de 20 coups de fouet.)]

11h00
Déjà la pause. Thé Yogi (Cinnamon Spice) et madeleines de Commercy pour le dessus du panier (François) ; café-distributeur et barres de céréales "OGM/pneu recyclé" pour les autres. (Le stagiaire qui est venu avec un thermos de café et des croissants écope de 20 coups de fouet.)

11h30
On tire au sort le stagiaire qui va lire le blog du jour. Le lundi, c'est celui de Pierre Assouline. Pas le pire, mais il faut aussi lire les commentaires et y répondre en vers. Journée foutue pour l'heureux gagnant du tirage au sort qui n'aura même pas le temps de :

12h00
Déjeuner
Toute l'équipe (moins le bloggeur) a rendez-vous à la cafétéria du Leclerc pour s'y goberger à loisir de Couscous Royal ou de Paëlla à l'Andalouse (sauf François qui va humblement ronger quelques Tournedos Rossini dans son modeste home).

13h30
Nous préparons fiévreusement l'ouverture des portes de 14h00. François n'ayant pas terminé sa Crème Brûlée, nous voici livrés à nous-mêmes à papillonner de droite et de gauche, à se demander si "La Vie Mode d'Emploi" est à ranger au rayon bricolage.

13h59
François gare sa modeste Ford Thunderbird rouge de 1963 à l'Emplacement Réservé.

14h00
Ouverture des portes, les fauves sont lâchés.

14h01
Personne : "c'est calme le lundi" déclare François avant de s'enfermer dans son bureau pour y échanger remarques pertinentes & autres points de vues appropriés avec ses collègues thécaires sur Facebook.

14h48
La même sempiternelle vieille dame du lundi vient s'enquérir une fois de plus si nous louons des aubes de communiant. Nous n'avons même plus la force d'en rire, mais c'est notre seul client.

14h53
Suite à un appel anonyme, le clochard qui urinait rageusement sur la Ford T-Bird rouge (celle de l'Emplacement Réservé) est interpellé et embarqué sans ménagement par la Police Municipale. On raconte que c'est un ex-stagiaire qui a mal tourné, le dimanche soir il écoutait le foot sur RTL en lisant des mangas.

15h00
Visite du nouvel adjoint à la Culture, qui s'étonne de ne pas trouver l'Équipe dans les périodiques. "Si vous aviez l'Équipe, il y aurait peut-être plus de monde dans votre boutique". "C'est calme le lundi" répond François sans se démonter.

15h21
Événement ! Nous avons bien failli avoir un nouvel inscrit. Ça s'est bien passé jusqu'à la prise des empreintes digitales, mais le monsieur a refusé le prélèvement d'ADN. Ces nouvelles cartes biométriques posent un sacré foutu problème.

16h05
François est tout émoustillé. La dernière commande est enfin arrivée : un import japonais de l'intégrale de The Residents en vinyles. Faute de place dans les rayons, il est décidé de supprimer la section "Musiques Folkloriques d'Amérique du Sud".

16h36
Le stagiaire qui a dérangé François pour savoir s'il fallait ranger Bauhaus dans "New-Wave", "Cold-Wave", "Batcave", "After-Punk" ou "Gothic" écope de 20 coups de fouet. François n'aime pas Bauhaus, qui rejoindra le folklore sud-américain à la poubelle.

16h50
Un habitué ramène un BD de Trondheim et en emprunte une de Larcenet. François essaye de le convaincre d'emprunter aussi un livre, mais le bougre est rétif et ne veux rien savoir.

17h45
Bientôt la fermeture. François nous communique le programme du lendemain : bizutage du nouveau stagiaire. Il faut lui faire croire que (suite à une circulaire du ministère de l'Éducation) sa tâche des six prochains mois et de corriger toutes les fautes d'orthographe de tous les Skyblogs.

17h48
On tire au sort le stagiaire qui va rester pour la nuit : il faut faire le ménage, recharger les distributeurs et effectuer une ronde toutes les heures. Et à 6h00 il faudra démarrer le serveurs Windows NT (toujours efficace mais un peu long à booter).

18h00
C'est l'heure de plier les gaules. On se salue, on se souhaite une bonne soirée, et à demain.

18h02
François s'arrête à l'Éléphant Bleu. Le stagiaire qui n'en croyait pas sa chance de se faire ramener chez lui est prié de nettoyer la T-Bird pendant que François écoute confortablement le 18h00 de Culture sur son autoradio Bose Dolby Surround DTS 5.1.

Une dure journée s'achève. Heureusement, "c'est calme le mardi" comme dirait François..."


Le François en question a d'ailleurs proposé que ce post porte le nom : 
" Une bonne mise en boîte ça conserve"  ;-)

lundi 7 février 2011

c'est dimanche

Une semaine normale : le temps de rien, 
alors pour récupérer un dimanche presque calme 
à regarder les bateaux non  pas en suçant des glaces à l'eau mais en mangeant des gauffres...


Les bateaux ça va 5 min... ;-)




Related Posts with Thumbnails