jeudi 26 mai 2011

dressing

Dire que je n'avais pas vu passer ça :

Je pense qu'il inutile d'expliquer le principe ?

Il y a 3 choses qu'on ne peut lui enlever ses sous-vêtements et ????? ;-)

Merci à Through big glasses pour avoir déniché ce lien :

mardi 24 mai 2011

concours de cons' et BBF

Dans deux jours a lieu ce f*$^=ùµ¨% de concours qui commence à angoisser sérieusement une bonne partie de la profession pas seulement quant au contenu des sujets, mais aussi sur la façon de se rendre dans des contrées totalement inconnues ou se dérouleront les épreuves.
Sauf que là je suis au fond de mon lit sous la couette à grelotter malgré mon PC qui me sert de bouillotte (j'ai laissé tomber provisoirement l'Ipad : il ne chauffe pas !) pendant que le reste de la maisonnée est en short dehors. Je ne sais pas encore si je serais capable de me présenter mercredi, je mets ça sur le compte de la poisse associée depuis le début à ce concours !
Mais je vais arrêter de jouer les Caliméro car parallèlement j'ai plutôt de bonnes raisons de me réjouir avec la parution du dernier numéro du BBF 


Dont je ne peux que vous recommander la lecture mais surtout de le garder à portée de souris tant ce numéro est important : C'est LA synthése du droit et des bibliothèques !
Et ce n'est pas parce que j'y ai participé (merci au passage à Calimaq de m'avoir proposé de faire le contrepoint à son article et à Yves Desrichard d'avoir accepté mes petites notes dissonnantes :-) 
Ce numéro propose des points de vue divers et variés et éclaircit beaucoup de situations, si il ne résout pas les problèmes il les met en évidence et les questionne !
En espérant qu'il ne provoque pas que quelques débats mais motive peut être quelques initiatives ? 

Nul n'est censé ignorer la loi
Mais
Nul n'est censé perdre son jugement

lundi 23 mai 2011

Stiletto

Au cas ou vous n'auriez pas remarqué je suis un peu fan de chaussures surtout quand elles sont à talons...


Souvent on me dit mais comment tu fais pour marcher avec ça ?
Marcher ce n'est pas le problème c'est surtout avoir une démarche gracieuse qui est le plus dur et dans certains cas la chose est impossible (notamment sur les pavés rouennais ) et puis surtout l'ennemi du talon c'est la vitesse, toujours garder en mémoire que :
les chaussures à talons c'est pas des chaussures de vitesse c'est des chaussures de princesse ! 


Mais pour aller plus loin et se perfectionner il existe dorénavant une académie du talon qui organise des cours avec un coach-dresseur ! (Oui vous aussi le terme dresseur vous gêne ? On dira que le stiletto est parfois un peu sauvage et ne se laisse pas domestiquer facilement;-) 
Mais surtout cette académie du talon organise des anniversaires, enterrement de vie de jeune filles et
des évènements d'entreprise ! 
La je suis restée pantoise ! Quelle entreprise à l'heure actuelle osera proposer à ses employées ce genre d'évènement ?
l'entreprise X vous propose un cours de talon 
ou comment bien marcher avec des escarpins 
(sans ridiculiser l'image de marque de l'entreprise X ? )

Vous imaginez le tollé ? J'ai hâte de voir si il y en a qui tenteront, ceci dit moi je prèfèrerai un cours de stiletto à un saut à l'élastique dans le Vercors ;-)

Ou encore :

la bibliothèque de X 
afin de moderniser l'image de son personnel 
propose un cours de stiletto aux bibliothécaires 
(adieu Damart et Daxon)
ou bien :

afin d'éviter les chutes
la bibliothèque de X propose un cours de talons à ses bibliothécaires,
celles-ci n'auront plus besoin de monter sur des escabeaux 
la hauteur des talons devrait suffire à atteindre le haut des étagères 

Je remets cette photo aussi car elle a toujours un certain succès ;-)


Et sinon
hier au Pérou une centaine de femmes courraient en talons contre les violences domestiques :


mardi 17 mai 2011

10 ans d'edition phonographique

C'etait l'intitulé de la journée organisée par la BNF ce vendredi 13 mai
(Au passage il y a un vrai défaut de communication de la BNF cette journée aurait, je pense, intéressé nombre de collègues si elle avait été sufissemment annoncée)
Préambule : J'avais créé un hashtag pour l'occasion #bnfmusique mais je m'aperçois que mon Twitter n'est pas pris en compte dans la recherche de ce tag, ce qui veut dire que j'ai twitté pour rien ! :-(
Ce compte-rendu est rédigé à titre personnel à la volée à partir de mes notes et donc lié à ma mauvaise mémoire et à ma subjectivité. Il est destiné à garder une trace de cette journée dans mes archives. 
Je ne vais pas pouvoir non plus vous donner exactement les bilans chiffrés car les intervenants sont allés très vite (j'espère que la BNF mettra en ligne un compte-rendu les reprenant ?)


La modératrice de la matinée était Valli :

La journée a débuté avec une présentation ou il était question du "cloud des années 2000" présentant un bilan des pratiques et du marché par Gilles Castagnac (IRMA)
Pêle-mêle : 
- Si on écoute plus de musique aujourd'hui, elle est aussi le plus souvent accompagnée d'images.
- L'industrie du disque n'avait jamais eu a faire a autant de modification struturelles (mp3) et comportementales avec pour résultat une perte de 57% de sa valeur.
- Apparemment les metadonnées seront les prochains enjeux de la décennie (quelqu'un pourrait-il m'expliquer dans un langage accessible et claire non pas pourquoi mais comment ?)


Pour David El Sayegh (SNEP et pour dire franchement les choses pro-hadopi) : 
- Le marche numérique se restructure et a progresse de 184 % en 5 ans
- Le streaming ne représentait quasiment rien en 2008
- Le marché de la musique financé par la publicité n'a aucun avenir ! (Ses propos rejoignent donc ceux de Pascal Nègre ?) 
- Ce qui fait vivre aujourd'hui l'industrie musicale ? Ce sont les fonds de catalogue d'ou une baisse des nouveautés, mais problème : Comment constituer un fonds de catalogue pour dans 10 ans si il n'y a pas création de fonds de catalogue avec les nouveautés d'aujourd'hui pas assez vendeuses ?
- D'après le SNEP la loi Hadopi est a l'origine de la baisse du peer to peer ! (Evidemment je n'ai pas pu m'empêcher de poser la question pourquoi ne pas plutôt mettre en rapport la baisse du peer to peer avec l'augmentation du streaming ? David El Sayegh m'a poliment et gentiment répondu que le streaming existait il y a 8 ans et qu'il n'avait pas fait baisser le peer to peer... Je n'ai pas insisté afin de ne pas monopoliser la parole mais il y a 8 ans les smartphones et tous les appareils hyperconnectés étaient rares et ce n'est que depuis 2 ans que Deezer et Spotify ont pris vraiment leur envol ?)
- Payer 30€ pour une connexion internet c'est normal mais payer 10€ pour un album sur iTunes c'est trop cher ! 
Ace moment de la journée j'étais au bord de l'agacement en me disant que j'allais subir un lavage de cerveau pro-hadopi. 
400 plateformes de musique légale dans le monde
Les modèles financés par la pub ont génèré 9 millions de bénéfices
Alors que la production de la musique européenne a represente 180 millions €


Bilan du Dépôt légal phonogrammes par Pierre Pichon (je ne me lance pas dans une définition tous ceux qui liront ce billet sont censés savoir de quoi il s'agit ;-) pour résumer :
- il est constaté une baisse des dépôt de phonogrammes mais une augmentation et une diversité des micros labels qui rend difficile a collecte du DL. 
- Se pose alors la question du support car la loi a été faite pour des supports matériels distribués, que faire dans le cas de fichiers numériques non distribués ? Faudra-t-il revoir la loi ? 


Jérôme Roger (UPFI) :
- Le poids des indépendants n'est pas négligeable dans la production européenne :

en 2002 : 1600 créations 2/3 sont des indépendants 
en 2010 : 630 créations
Mais la part des indépendants a augmenté : environ 450 sur les 630 créations

- 12% de baisse sur la vente physique d'albums pour le premier trimestre pour la FNAC.
- Paradoxe de la dématérialisation : retour a une conception a l'ancienne de la prod moins d'argent pour la promo #finislesyachts
- L'intensité de la prise de risques est devenue insupportable : création d'un équivalent du CNC ? 

Question dans la salle sur Google cloud : Roger Petit préfère qu'il y ait une concurrence sur le net et voit l'arrivée de Google cloud comme une bonne chose : enfin un rival à Itunes !

Aymeric Pichevin (cofondateur House music & Entertainment)  :
 (à ce sujet je n'ai pas compris le tweet d'Yves Riesel :


Peut être parce qu'Aymeric Pichevin était le seul à avoir un "autre regard" pas particulièremet pro-hadopi ? Parce que dans son ppt il a mis les DRM dans les ratés technologiques ? 
Pour ma part j'ai trouvé son intervention pertinente : 
- Vous vous souvenez de mp3.com ? Et bin Google cloud c'est pareil !
- L'artiste fan : vers l'entertainment 4.0 ? Concours pour participer a la création de la pochette, du clip, ....
Freemium ? Du gratuit vers le payant ? A suivre..
- C'est le pirate qui a créé les pratiques de l'an 2000 qu'en sera t il de l'avenir ?


Et puis ce fut le show : Pascal Nègre ! 


un vrai festival cet homme il pourrait faire l'objet d'un billet à lui tout seul. Inutile de vous dire que j'avais hâte de le voir en vrai, entendre de sa bouche ses positions pour le moins paradoxales. Et bien c'est tout a fait ça c'est homme est un paradoxe. 
Je vais me fâcher avec tout le monde mais j'ai trouvé le personnage presque sympathique certes grande gueule et provocateur, on sent qu'il aime le fight, mais touchant quand il parle de son métier qu'il connait bien. Et son métier c'est le "bizness" il a répété ce mot à maintes reprises et je crois que c'est là la méprise. cet homme doit être très bon pour tout ce qui est bizness et cela devrait s'arrêter là ! En effet des qu'on attaque autre chose très vite on touche le principe de Peter et le monsieur qui ne doute de rien se met à sortir un certain nombre de... J'ai qualifié ça de "nègreries" tant quand il s'agite il me fait penser à Louis de Funès, mais le terme risque de me valoir quelques remarques légitimes  : 


 - "nous sommes les Gallimard de la musique"
- "l'image de notre métier c'est aussi la lambada" 
- "on est des marieurs"
- Quand vous écoutez un artiste produit par Pascal Nègre vous écoutez aussi Pascal Nègre 
- Pascal Nègre croit a un autre écosystème que celui d'Apple, et il croit toujours a l'abonnement... #etlamarmotte... 
- Pascal Nègre pense que le cd ne disparaitra pas ! (mémo : proposer à l'ACIM de l'inviter pour les prochaines rencontres nationales des bibliothécaires musicaux ;-) 
Par contre le cd deviendra un objet de luxe (donc cher) et le cd de poche sera le fichier numérique !
- Par contre je ne suis vraiment pas convaincue par l'avenir des modèles qu'il citait BlackBerry, Sony,... On a vu ce que ça a donné avec Zune qui n'a pas marché.
- La musique ne peut pas être le cadeau Bonux d'un pack (cf Orange) (c'est pas Universal qui vient de vendre son catalogue à une marque de voitures ? je dis ça je dis rien ;-)
- Universal  serait leader du merchandising avec bravado ? (J'ai l'impression qu'il y a comme une contradiction avec le cadeau Bonux ?)
- "Deezer n'est pas un modèle bizness valable" on a senti que Pascal Nègre n'aimait pas mais alors pas Deezer #toutestdit


Je me suis laissée aller à poser une question que je résume par : 
"Et Le modèle des bibliothèques musicales comment peut-il s'intégrer dans tout ça ?"
Réponse de Pascal Nègre, qui m'a scotché, car il m'a repris pour rectifier "les discothèques municipales ?" 
Pour une fois que j'employais ce terme que je n'aime pas de "bibliothèques musicales" je me fais reprendre ! Donc après un silence grave il m'a répondu :


C'est une vraie question...
Que tous les discothécaires présents ont du traduire par : "c'est un vrai problème" 
Et puis il est reparti dans son festival, en gros : c'est à nous bibliothèques d'éduquer les oreilles des jeunes en leur faisant écouter de la musique sur du bon matériel, du vrai son hi-fi pas du mauvais son compressé de mp3 et là il nous a fait un long laïus sur la macdonaldisation de la musique ! J'ai failli réagir, mais on mourait tous de faim, pour peut être préciser que c'était là plus le rôle des écoles de musique voir de l'école tout court ? Et que ma question portait plutôt sur les contenus et la façon de les mettre à disposition que l'éducation...
Mais bon les bibliothèques ça doit pas être un modèle bizness valable ;-)


Arriva enfin l'heure du repas très bref partagé avec une collègue en terrasse et sous le soleil parisien :-)


Pour une reprise avec l'interview de Rachel Des Bois (qui sort un nouvel album le 23 mai) :



Pour faire un peu ma crâneuse je me suis retrouvée avec elle dans les toilettes de la BNF et me conforte dans l'idée que je suis anormalement peu douée pour les relations humaines à part lui dire "j'aime bien ce que vous faites" j'ai rien trouvé d'autre à dire ! ;-(
Une fois de plus Yves Riesel a brillé par sa bienveillance :


Moi j'ai trouvé assez intéressant le discours de cette quarantenaire qui se remet à la chanson parce qu'elle a  fait son dernier enfant et demande un prêt à sa banque pour le financer (l'album pas l'enfant ;-) Pour elle cette crise de la musique aura permis aux artistes de se prendre en main et de ne plus être infantilisés par les  maisons de disque #finiPapaBarclay, ils sont capables dorénavant de gérer leur projet. 
Elle a été la seule aussi à évoquer le rôle des journalistes : seuls les albums faisant l'objet d'une distribution physique sont chroniqués pas les albums digitaux.


Après cet agréable moment, nous sommes passés à la thérapie de groupe avec un mea culpa quasi unanime et collectif  de :
Gildas Lefeuvre, journaliste et modérateur, Yves Riesel (Qobuz), Pascal Bittard (Idol), Patrick Zelnik (Naive), Denis Ladegaillerie, (Believe), Olivier Montfort (EMI), Marc Thonon (Atmosphériques)

caption
Nous avons commencé par une revue des morts aux combats : 
Le dernier en date étant la maison de disques Dreyfus 
(si j'ai bien compris ?)
caption
-Patrick Zelnik a ouvert le bal en faisant un constat réaliste et désabusé : 
l'industrie de la musique a précipité la chute du cd ! 
- Marc Thonon était d'accord sur le cauchemar qu'a été la décennie et a peur pour le livre #bisrepetitas mais reste optimiste ! 
- Des qu'on aura apprivoisé ce qui se passe ce sera plus simple !#faudraitpeutetrevousreveillerlesgars
- Olivier Montfort pense que les producteurs se sont égarés,  l'artistique était laissé de coté au profit du marketing. Leur boulot c'est de créer du contenu quel que soit le support et il a ilustré son propos en expliquant que Sony proposait des DRM même pas compatibles avec les appareils Sony : Les majors étaient aux mains d'électroniciens !
La musique était (est ?) la danseuse des vendeurs de frigo (Olivier montfort) !
Bénéfice d'Apple 14millions /bénéfice du marche de la musique 13 millions #lamesseestdite 
- Apple gagne plus d'argent en vendant des ipods qu'en vendant la musique #danseuse
- Yves Riesel accuse Virgin et la FNAC d'empêcher la vente de cd et de ne pas payer leurs factures ! 
Pascal Bittard fut beaucoup plus positif mais il est beaucoup plus jeune aussi ;-) 
- J'ai découvert qu'il existait un eG8 qui se tient avant le G8  
- Patrick Zelnik propose une contribution culturelle universelle et voudrait lancer un appel solennel au cours du eG8 pour demander a ce que ces grands opérateurs ne tuent pas la création musicale ! 
- Quelques commentaires d'Yves Riesel : "Steve jobs et ses collaborateurs lors des keynote se comportent comme des camelots des années 60, il sont vulgaires !" 
- "Défendre le patrimoine de 100 ans de Disque en France, c'est aussi important que de s'occuper de Chambord" #pasfaux #musiquepatrimoniale
- J'ai bien aimé ce tweet de @RBouton : Yves Riesel "Mes 10 dernières années ont été parallèles à celles de P.Zelnik". C'est vrai, ils ne sont jamais croisés !
- Constat qui revient souvent chez les intervenants de la table ronde : c'est l'absence de l'Europe dans tous les domaines et du désintérêt de nos décideurs :  La France n'a même pas demandé officiellement la baisse du taux de TVA sur les cd ! 
Anecdote : Naïve a refusé un single de Berlusconi !
- Qu'est ce qui se vend le mieux a la FNAC ? Les casques ! 
- Pour Patrick zelnik : le combat continue, internet contribue à faire découvrir et à écouter plus de musique !
- D'après Marc Thonon le mythe de la gratuite a été battu en brèche !!!! #ahbon 


Conclusion :
Apparemment ils sont tous d'accord pour créer un CNM ! (à part peut être Pascal Nègre qui pourrait voir une partie de ses revenus s'envoler si les petits labels qu'ils distribuent en bénéficient ?)

et l'espoir que la prochaine décennie ne soit pas non plus un cauchemar !


Mots de la journée : CNM, metadonnées, business

dimanche 15 mai 2011

eurovision 2011

Hier soir avait lieu le traditionnel concours de l'Eurovision, cette année la thématique tournait autour des boy'z band et des années 80. Du Kitsh et du brushing bien sur, mais je suis un peu déçue car hormis la Serbie qui a fait dans le psychédélique et les années 60, les tenues étaient très sobres. On retiendra aussi la Moldavie dont les chanteurs ressemblaient à ces petits personnages en marinière rouge de la pub Kodak.
Je ne dirai rien non plus sur l'Espagne par respect pour nos amis catalans qui pestaient devant leur écran :

Alors bien sur la France n'a pas gagné elle finit même 15e ! Mais bon en choisissant un rouennais il aurait fallu tenir compte du facteur "poisse".
Je n'évoquerai pas non plus les deux présentateurs TV : Laurent Boyer et Catherine Lara, inaudible pour Catherine Lara et lamentable pour Laurent Boyer.

Et Twitter dans tout ça ? 

Là ou on ne l'attend pas ! Et c'est ce qui me réjouit une fois de plus. Face au diktat de la télé qui a voulu imposer son hashtag #eurovision, les twitteurs francophones se sont tous retrouvés sur le hashtag #ev2011 pour un livetweet hilarant et décalé. Avec comme d'habitude l'incontournable avocat @maitre_eolas qui s'est avéré excellent

Des petits nouveaux très prometteurs :


Et si vous souhaitez garder un souvenir de ce livetweet c'est par là :
(cliquer sur l'image)
vous remarquerez au passage l'autre événement qui commence à parasiter 
et va tenir les trending tropics pendant un moment :
DSK et ses frasques (ou pas) sexuelles)



Je vous épargne le clip des gagnants que vous allez retrouver un peu partout et vous propose la 2e marche de ce podium :


samedi 14 mai 2011

girly et trendy library

Un billet tout en futilités... Mais avec deux conseils tendance ;-)
Par le plus grand des hasards j'ai découvert chez Parents 3.0 une application dont je ne soupçonnais même pas l'existence : l'appli miroir pour Iphone (si vous avez un android ça marche aussi ;-) 


Le principe c'est de remplacer le vieux miroir de poche pour se remaquiller ou vérifier qu'on n'a pas de feuille de salade coincée entre les dents par une application "miroir" si si !
Sinon vous pouviez aussi utiliser l'appareil photo du téléphone, pratique pour la feuille de salade, mais pour se maquiller ça le faisait pas ! Mais il restait éventuellement la webcam de votre pc portable ;-)
C'est ainsi que je procédais jusqu'à l'arrivée de l'Ipad 2 :
Car l'avantage du 2 c'est qu'il a... 2 objectifs d'ou la possibilité  de se maquiller/vérifier la feuille de salade  devant un écran de belle taille et plus vite sorti du sac à main que l'Eeepc !
(Bon je vous passe le regard dubitatif de certains dans le train quand vous sortez l'Ipad et le tube de rouge à lèvres ;-) 
Et sinon, rien à voir, mais toujours dans la thématique "girly et trendy" si vous êtes un peu bricoleuse vous vous souvenez de cette mode qui consistait à repeindre des meubles en leur donnant un effet "peinture craquelé" ?
le support est un meuble qui a "bénéficié" de cet expérience ;-) 
Et bien cette mode s'importe sur vos ongles dorénavant et c'est THE tendance de l'été !


Inutile de vous dire que c'est comme les macarons le craquelé sur les meubles j'avais testé et tout comme les macarons l'hygrométrie et un certain nombre d'autres subtilités auront  une influence indéniable sur votre réussite. Me souvenant de mes déboires (le meuble a du mettre 6 mois à sécher et présente toujours un aspect poisseux quand le temps est humide ce qui arrive quand même très fréquemment en Normandie ;-) Je me suis demandée si des progrès avaient été réalisé pour l'application sur les ongles ?
Et bien je peux vous le dire : non !
Pour avoir des ongles craquelés il vous faudra là aussi être douée et comprendre vite les mécanismes physiques qui régissent ce type d'expérience (oui tout cela pour un vernis à ongles !) 
Par contre une fois l'astuce pigée à vous les ongles originaux et uniques ! Et l'oeil de la ménagère aguerrie aura tout de suite repéré l'avantage de cette technique : oui après quelques tâches ménagères ingrates les marques laissées sur le vernis passeront quasiment inaperçues ce qui est impossible avec une laque !

Imaginez l'effet auprès de vos usagers : la bibliothécaire tendance jusqu'au bout des ongles ;-)


jeudi 12 mai 2011

Bollywood...

... en Caux !
Et puisque nous somme en plein festival de Cannes (au passage le Pole Image Haute-Normandie a soutenu 4 films en compétition à Cannes dont le très attendu "Le Havre" de Kaurismäki projeté le 17 mai).
un petit clin d'oeil indonormand :


Pour faire rapide : j'adoooooooooooore !

dimanche 1 mai 2011

morituri te salutant

Il y a deux mois j'avais prévu : 
"Au lieu d'écrire ce billet je devrais être en train de remplir mon dossier sur internet pour passer le concours de cons', sauf que plus ça va et moins j'ai envie...
Les bibliothèques comme beaucoup d'autres structures culturelles vivent une période trouble, chargée de pessimisme. La France est en train de détruire ses politiques culturelles et un système mis en place, qui peut peut être laisser à désirer, mais qui a au moins le mérite d'exister face au néant, au vide de la "culture pour chacun".
Les politiques culturelles quand elle existent ne sont la plupart du temps que des coquilles vides, les gens qui travaillent dans ce secteur ne sont que des dommages collatéraux sans importance, le tout cautionné par nos instances dirigeantes et les organismes en charge de nos formations.
En effet comment peut-on qualifier un organisme dont la mission est d'organiser les concours d'accès à notre profession, qui met en place deux concours différents le même jour divisant par deux les chances des candidats qui ainsi ne peuvent s'inscrire qu'à un seul concours ?

Le Mercredi 25 mai

Qui plus est ces concours sont organisés un mercredi, jour de très forte affluence dans les bibliothèques... (Ce que ne peut ignorer cet organisme ?) Et va obligatoirement poser des problèmes de fonctionnement, avec pour effet d'obliger à fermer les petites bibliothèques dont les équipes vont passer ces concours et pour les structures plus importantes à faire s'arracher les cheveux du chignon du responsable des plannings !
Mais ce qui se révèle à travers ces problèmes de planning ou de fermeture inopinée c'est la précarité des personnels travaillant dans la fonction publique !
Hé oui dans certains cas cela signifie qu'une partie de ces personnels voire la totalité est en contrat à durée limitée et ne bénéficie même pas de ce qui fait l'attrait principal de la fonction publique : la sécurité de l'emploi ! (même si cette sécurité est parfois chère payée avec un salaire de misère : l'indemnité de départ d'un fonctionnaire de catégorie C ne correspond même pas à un SMIC !) 


De là à penser qu'il y a une volonté délibérée à continuer, voire accroître cette précarité en limitant les chances des candidats, il n'y a qu'un pas...
Et c'est ce qui me scandalise, non seulement on ne donne aucun moyen à la culture mais surtout on cautionne cette précarité que l'on dénonce à tour de bras dans d'autres secteurs, mais voilà les fonctionnaires ont mauvaise presse, alors on se tait !
Je ne vais pas proposer de faire grève le jour de ce concours, car je n'ai aucune envie de faire du tort à des candidats pour qui ce concours est quasiment vital, mais n'y a-t-il pas moyen de faire quelque chose pour alerter de cette situation anormale et scandaleuse ?
Puisqu'il est difficile et même impossible d'agir individuellement, nos syndicats ne peuvent-ils pas se bouger un peu et trouver une action nationale qui permettrait de faire pression pour que cesse cette incitation à la précarité ? Pour que ceux qui restent et tentent d'ouvrir quand même les bibliothèques le fassent dans de bonnes conditions ou tout au moins puissent faire connaître ces difficultés aux publics des bibliothèques, aux contribuables ? Pourquoi ce mercredi là il n'y aura pas d'heure du conte ? Ou au pire pourquoi ce mercredi 25 mai trouvera-t-on une porte close qui va laisser à penser qu'une fois de plus les bibliothèques ne sont pas assez ouvertes ?"

Deux mois plus tard : aujourd'hui à mon retour de vacances je trouve au courrier ma convocation pour passer le concours de conservateur je vous laisse deviner la date ?

le mercredi 25 mai !
Je ne sais même pas comment décrire ma colère, mon écoeurement, ma déception...

Car j'ai rempli ce dossier d'inscription vite fait, mis ce concours dans un coin de mon cerveau pensant qu'il aurait lieu plus tard, bien plus tard... Préoccupée que j'étais à faire en sorte que ceux qui avaient besoin de passer ces concours puissent y aller et que la bibliothèque puisse elle ouvrir, oui je suis de celle qui s'arrache les cheveux du chignon à essayer d'organiser un planning de crise... 
Sauf que je n'ai pas prévu de remplacement pour moi !
Et vu comment cela a été compliqué à organiser, je ne vois pas comment je vais pouvoir aller passer ce #f^$*ù!^$ù de concours. 
J'étais en colère il y a deux mois et deux mois après je suis désespérée de cette situation aberrante qui ne fait qu'accentuer le malaise qui règne déjà au sein de notre profession :

Les trois principaux concours d'entrée dans les bibliothèques auront lieu le même jour ! 

Il y a là un mépris total pour les gens qui travaillent en bibliothèque ! 
Et si quelqu'un a une idée de génie pour organiser quelque chose ce jour-là... Ou un autre, je suis partante ! 
Related Posts with Thumbnails