lundi 17 juin 2013

le hashtag pour les nuls

Ca y est la rumeur est devenue réalité : 
"Facebook index les hashtags" ! 
Enfin, Facebook copie s'aligne sur Twitter, Instagram, Flickr, Pinterest... Et donne une universalité à un usage devenu plus qu'une mode. Car c'est ce que l'on pourra retenir aussi des réseaux sociaux, ce sont des outils, certes, mais surtout les utilisateurs se les sont tellement appropriés que les usages dépassent l'outil comme c'est le cas du hashtag.

Bon là je fais une pause et si je ne veux pas perdre les quelques lecteurs de ce blog je me dois d'expliquer ce qu'est le hashtag mais surtout son utilité, car ne nous leurrons pas si cet usage connait un tel succès c'est qu'il a quelques utilités.
Le hahstag ce n'est pas le mélange de cigarettes qui font rire et de street art. On a d'ailleurs tenté de le franciser par #motdièse. En effet en anglais le # (alt gr+3 sur le clavier) c'est l'équivalent du dièse français associé au mot tag (le mot qui fait peur aux bibliothécaires) : taguer c'est indexer, c'est tenter en un seul mot de définir un objet, une personne, un lieu, un événement... (Bref le sport favori des bibliothécaires pour se donner l'air de s'y connaître. A titre d'exemple si vous cherchez dans certains catalogues de bibliothèques "le grand coq de bruyère" il vous faudra d'abord savoir que ce poulet s'appelle en fait le "grand tetras" et c'est à partir de là seulement que vous pourrez le trouver dans le catalogue ;-) 
Sinon pour le commun des mortels le tag c'est le mot qu'on met pour retrouver ses photos dans son ordinateur. Ce mot fait peur aux bibliothécaires parce que justement, rendez-vous compte le commun des mortels qui se met à indexer, sans aucune formation, avec des mots courants ! Non mais allo ! Le web va devenir n'importe quoi ! ;-)
Bref je digresse comme d'habitude, revenons à notre hashtag, donc vous avez compris il s'agit par ce #hashtag de repérer une personne, un événement, un lieu... Auparavant sur Twitter qui est à l'origine de cette pratique et maintenant sur Facebook. Quand vous écrivez un mot précédé d'un # ce mot devient bleu (ou une autre couleur ;-) mais surtout vous constaterez qu'en passant votre souris dessus il devient cliquable ( ça s'appelle un hyperlien ;-) 
Vous aller me dire on s'en fout quel intérêt ? Et c'est là le génie de la chose : imaginez vous êtes ou justement vous n'avez pas pu aller à une journée d'étude, à une conférence, une exposition, un concert ou tout autre événement qui vous passionne : l'anniversaire de Tata Chantal ça va être un peu plus compliqué. En effet pour que cela soit intéressant il faut qu'il y ait plusieurs personnes connectées qui puissent faire le live. Ca c'est l'autre génie du truc : vous êtes acteur, vous commentez , vous P-A-R-T-A-G-E-Z, c'est vous qui allez faire le succès de l'événement !
Pour l'anniversaire de Tata Chantal, il faudrait donc qu'il y ait quelques personnes connectées et si il y en a c'est parfois un peu compliqué dans certaines situations de sortir son téléphone à table et dire : "attends rallume les bougies j'ai oublié de mettre le #hahstag !" Donc vous avez assisté ou pas à l'événement du siècle et le soir en rentrant vous avez un compte-rendu à faire, vous voulez vous remémorez les bons moments, vous voulez vraiment regretter de ne pas être à ce concert. C'est simple vous tapez le bon hashtag (un exemple pris au hasard, #abf2013) et vous pourrez profiter des commentaires, des critiques, des phrases importantes, des photos de l'événement avec des regards différents et inconnus ou  votre unique regard si vous étiez seul à commenter l'événement (ça arrive aussi ;-) 
Le hashtag peut donc vous faciliter la vie si vous etes aller boire un pot si vous avez perdu vos notes ;-) A partir du moment où bien sur vous aurez penser à mettre un hashtag dans vos statuts facebook, twitter, Instagram...
C'est un excellent moyen de se tenir au courant de ce qui se passe, de suivre une actualité en temps réel avec souvent un temps d'avance sur les media traditionnels, mais surtout de bénéficier d'une information pluraliste et diversifiée, avec cependant, certains dangers liés à l'effet de masse qui prenne parfois des allures de lynchage. Mais inutile d'accuser les réseaux sociaux ils ne sont que le reflet de l'âme humaine. 
C'est aussi très souvent une source de fous rires qui vous feront perdre quelques "amis" ne  comprenant pas l'intérêt que vous portez à des événements comme le concours de l'Eurovision (#eurovision2013), l'amour est dans le pré (#adp qui redémarre ce soir :-). Effectivement ces événements n'ont guère d'intérêts mais ce qui les rends passionnants c'est justement le live et ces milliers d'internautes qui se retrouvent à commenter au point de parfois couper le son de votre TV pour ne pas entendre les vrais commentateurs. Evidemment les chaînes de télévision ont bien compris les enjeux de ces usages et vous avez certainement remarqué ce petit #dièse qui orne depuis quelques temps votre écran annonçant que vous pouvez participer au live. Avec l'effet inverse à celui escompté lorsque l'on essaie de récupérer un mouvement naturel souvent un vent contestataire voit le jour et un #hahstag #rebel #off apparaît.

Maintenant il reste LE pas à franchir pour ces réseaux sociaux qui sera à mon avis le plus compliqué c'est l'universalité. Car le nec plus ultra serait de taper dans votre moteur de recherches préféré un hashtag et de tomber sur TOUS les résultats car aujourd'hui vous devrez le faire sur chaque réseau social. Exceptés Twitter, Flickr et quelques autres  ou les résultats apparaissent en commun lors d'une seule et unique recherche. 

dimanche 9 juin 2013

congrès abf2013

Pendant que c'est frais un petit retour rapide du congrès...

 Cette année le congrès ABF s'est déroulé à Lyon, Lyon a ressemblé à une parenthèse enchantée au milieu de cet hiver de ce printemps maussade. Des 12° normands je suis passée à, comme on dit, une température ressentie d'au moins 32° ! Autant dire le moment idéal pour découvrir cette ville magnifique


L'occasion aussi de cumuler quelques #pointrennes

de découvrir quelques bâtiments pittoresques

ou quelques curiosités 

De profiter des berges

parce qu'à Rouen en ce moment les berges c'est ça :
via 76actu
Le stand des bibliothécaires hybrides cette année présentait des Fab lab, si je partais peu convaincue par ces démonstrations qui me semblait relever plus de l'atelier de Géo Trouvetou


J'ai découvert qu'en anglais "bidouilleurs" se disait "hackers", ce qui déjà prend une autre allure !



Mais surtout j'ai fini par me laisser convaincre, non pas que les bibliothèques devaient toutes avoir une imprimante 3D, non ! Ce qui rend la démarche intéressante c'est de pouvoir proposer éventuellement pendant un atelier pour construire soi-même une imprimante 3D ou effectivement d'imprimer des objets qui ne servent à rien mais qui peuvent déclencher un vrai intérêt pour le domaine des sciences et techniques si peu mis en valeur dans nos bibliothèques. Et puis, ça change des animations autour des travaux d'aiguilles ? 
Une occasion de tisser souder des liens avec des partenaires inhabituels ? 
L'occasion aussi de rencontrer un nouveau public ? 
Et ce qui a fini de me convaincre peut être : la possibilité de jouer du piano avec des oranges tout en tenant la main de 4 personnes ;-) 

Bref un congrès innovant et joyeux :



Vous comprendrez que pour des questions d'anonymat et de réputation
j'ai flouté cette photo ;-)

Un constat effroyable : s'apercevoir que l'on porte le même vernis qu'une collègue ;-)
Mais sinon l'ambiance fut très sérieuse et studieuse

Et puis pour clore ce billet 
la citation de la ministre de la culture Aurélie Filipetti, 
comme un baume au coeur,
insistant sur l'importance de 
la place de la musique et du cinéma 
en bibliothèques !


Vous trouverez le fil du congrès en cherchant #abf2013 et d'autres photos sur Instagram