vendredi 4 mai 2007

Conservateur territorial session 2007

Le titre est flamboyant, mon récit va l'etre beaucoup moins ;-(

Aujourd'hui donc première épreuve de ce concours, auquel j'ai failli ne pas accéder à 5 min près, car je me suis arrêtée boire un café au Starbuck café (Leurs cafés sont excellents ainsi que leur gateau aux carottes :-) et je me suis mise en retard.

Après avoir fait l'amer constat que pour les internes il y avait environ 4 rangées de 20 personnes pour 6 postes !
Arrive la distribution du sujet :

Le sujet de la composition de cette année.... Roulement de tambour... Ta dam... :

"Ce n'est pas au juge ou au législateur de dire l'histoire"

Pierre Nora in : le temps des médias n°5

Mazette !

Je passe le fait que l'histoire n'est pas mon domaine et encore moins le législatif, ca va donc être le désert pour les citations, bon je comprends bien qu'il y pourrait y avoir un problème à confier l'élaboration des lois, l'application de ces lois et l'histoire au même groupe qui ainsi pourrait dire et faire dire ce qui l'arrange, je vois bien que cela pourrait mettre à mal nos democraties, mais de la à faire 4h...
Je l'ai fait, certes, j'ai même failli avoir un malaise quand j'ai regardé l'heure et vu 16h54 ! J'ai pensé qu'il ne me restait plus que 6 min pour finir de copier ma conclusion que dans la panique je ne trouvais plus, avant de me souvenir que nous avions commencé avec 20 min de retard et que j'étais donc dans les temps, piou !
Mais j'ai quand même eu du mal à calmer les tremblements de mes mains, ma copie a donc l'air d'un vrai torchon, pourtant j'avais pris mon stylo plume comme autrefois, je l'ai changé depuis la fac quand même, mais le souci c'est qu'en fait je suis 10 fois plus rapide au clavier qu'à la main, dorénavant et que pour l'année prochaine il va falloir que je m'entraine à faire des lignes, afin de retrouver la rapidité que j'ai perdue !pffffffffff !

Allez haut les coeurs ! on remet ça demain : debout à 5h pour rendre une note de synthèse, quand je dis que j'aime pas les samedis...

Aucun commentaire: