mardi 27 novembre 2007

Quand il ne reste que la violence comme dialogue


La non-violence est la loi de notre espèce tout comme la violence est la loi de l'animal.
Gandhi

6 commentaires:

Pitseleh a dit…

Gandhi se trompait : les chats ne sont pas violents.
Par contre ils sont fourbes.

Sophie a dit…

As-tu déjà essayer de séparer deux chats qui se battent ?
C'est prêter beaucoup de sentiments à un chat que de le penser fourbe, le mien est juste idiot...
;-)

Anonyme a dit…

J'ai un chat de la même espèce, qui dans la situation que tu évoques, a décidé de se jeter sur moi. J'ai des photos de ma jambe après les faits pour attester de la violence...

Thomas a dit…

Une image comme celle-là fait mal. Très mal.

Il n'y a pas que la violence comme dialogue, et il ne faut pas que cela soit. Comment faire comprendre cela ?

nicolas a dit…

D'abord, j'exprime mon respect pour les chats qui dans l'histoire n'ont rien demandé. Ensuite, la violence n'est qu'une onde de choc, l'impact d'une suite de réactions en chaîne. Bien avant, il y a la violence sourde et aveugle à la souffrance de l'autre, et la subtile violence des discours qui amènent l'auditeur à la perception d'un monde qui n'a plus aucun sens. Aveugle est celui qui ne veut pas voir. Nicolas, sérieux pour une fois.

Fishturn a dit…

Cette image me rappele un titre.
"Du mensonge à la violence" (Hannah Arendt)
Que je transformerais ici :
Du mensonge > La violence.