samedi 1 décembre 2007

Ménagère énervée

Bon je sais revoilà la ménagère de moins de 50 ans, désolée !

Mais si j'en parle aussi souvent c'est parce que j'ai eu beaucoup de mal à m'habituer à cette appellation et encore plus à l'idée d'en faire partie, alors quand je lis des articles comme celui de Mr Olivier Bomsel, je fais des bonds (oui définitivement la lecture devant un écran n'a rien de passif ;-) C'est l'article entier qui m'a fait réagir, m'enfin c'est quoi cette société qui démonte tout, on va finit par tous s'entretuer si ça continue) : "l'UFC-que choisir est une secte de charlatans" !
Il faut savoir que ce Monsieur a fait partie de la fameuse commission Olivennes, ça doit être pour ça que je suis tombée sur son article (hélas) qu'on puisse avoir un avis divergent, j'entends bien, mais qu'on insulte de cette façon une représentation de consommateurs (consommateur : oui vous savez l'idiote de ménagère de moins de 50 ans (entre autres) qui va faire les courses pour toute la famille et qui des fois se renseigne avant d'acheter le lave-linge meilleur rapport-qualité prix ;-)
Hérissée par le fait que je lise parfois le magazine d'une secte de charlatans et qu'en plus je mette ce magazine à disposition des lecteurs, je lis un peu plus loin dans l'article : "Une secte car elle ne représente qu’elle-même et instrumentalise le consommateur dans le débat public. De charlatans, car elle prétend traiter par des remèdes de bonne femme (licence globale, libéralisation du piratage) les problèmes sophistiqués posés aux médias par l’économie numérique".
Je m'etrangle de rage : "comment peut-on résoudre des problèmes sophistiqués par des remèdes de bonnes femmes ?"
Il y a d'autres moyens d'expliquer ses désaccords sans tomber dans la calomnie et le mépris, je deteste cette expression qui nous renvoie à nos fourneaux et à des temps anciens ou l'on faisait si peu cas de l'être humain (la femme ? bin non c'etait pas un être humain ?)
Voilà c'etait mon coup de sang d'une fin de semaine usante, riche en faits de ce genre, résultat d'une société sans repères ou l'on brûle les bibliothèques ou on considère l'internaute comme un délinquant, ou bientôt on considèrera l'autre tout simplement parce qu'il n'est pas comme vous, parce qu'il s'intéresse à des choses différentes, parce qu'il a d'autres centre d'intérêts, parce qu'il n'a pas laissé sa part de cerveau disponible, parce qu'il a un peu de culture ...
De plus en plus j'ai l'impression d'avoir un avis différent : malheur à moi qui ne considère pas le lecteur comme un délinquant potentiel, il va être temps que je m'isole sur une île deserte...

1 commentaire:

Bakelith a dit…

Entièrement d'acc, j'ai eu ma dose d'énervement quelques jours plus tôt ...

L'article dont tu parles est paru dans Libé ici.

Allez, bon week-end.