vendredi 12 novembre 2010

Tindersticks

J'ai testé pour vous : un concert rock dans une salle dédiée habituellement à l'opéra ou à la musique orchestrale. Et puis surtout l'occasion de voire enfin un groupe myhtique les Tindersticks et LA voix de Stuart Staples !

Tout d'abord on nous a laissé un peu croupir devant l'entrée alors que la tempête faisait rage ! 
Ensuite l'habitude a fait que lorsque les portes se sont ouvertes j'ai présenté mon billet et nonobstant le vestiaire j'ai cherché l'accès à la salle. Résultat il paraîtrait qu'on a pris les issues de secours et que l'on avait pas à être déjà dans la salle (surtout au premier rang ;-)
On nous a donc demandé poliment mais fermement de ressortir pour d'obscures raisons de sécurité, j'ai quand même laissé mon manteau histoire de ne pas perdre l'avantage de cette place vraiment bien située.

C'était la première fois que j'assistais à un concert rock confortablement assise (OK les "Tinderstick" en même temps c'est pas des violents).
L'endroit plutôt intimidant se prêtait bien à ce concert, sauf que plus je vieillis plus j'aime mon confort certes, mais plus je deviens difficile aussi et ce que j'admets dans un concert pendant un festival je ne le supporte plus pour des vieux routards très bons musiciens qui jouent dans une scène à l'accoustique plus que correcte. J'ai donc été très gênée par le bourdonnement d'un ampli qui faisait perdre énormément à la clarté du son. Je vais pas chipoter mais ça a été gênant sur une ou deux chansons sinon le reste du concert a été superbe, quoique un peu froid quand même... Peut être parce que pendant des années à écouter ce groupe avec leurs pochettes de CD si joliment illustrées je m'étais forgée un univers trop personnel.

Des photos médiocres faute d'appareil correct
Moins serieusement  :
- Etre assis ça va 5min, je serai bien aller danser me dandiner quand même.
- Les Tindersticks ont eux aussi un peu vieilli, oui je le dis tant pis : j'ai été un peu déçue par le "plus grand groupe rock du monde" : Je m'attendais à ce que Stuart Staples jette la serviette avec laquelle il s'était épongé dans la foule en délire debout sur les sièges en velours...
- Beaucoup de bibliothécaires au m² dans ces lieux j'en ai dénombré au moins 6 plus moi 7 !
- J'ai pas acheté de CD puisque je peux les emprunter dans une bibliothèque mais j'ai craqué pour un 45 tours ;-)

4 commentaires:

mediamus a dit…

Selon une rumeur, il paraîtrait qu'en passant les vinyle LP des Tindersticks à la vitesse 45 tours, on peut danser le twist :-)

Franpi a dit…

L'Opéra n'est PAS INTIMIDANT |o c'est ce que l'on veut bien mettre derrière le décorum de la musique orchestrale (sur des bases surannées, classistes et excluantes) qui font encore penser ça, mais cette salle -et c'est sa grande réussite- est depuis longtemps un lieu ouvert, populaire et exigeant !
Sinon, les Thindersticks, c'est bien, ça remplace le Lexomil |o

Sophie a dit…

@Franpi : tu me casses tout mon effet dramatique ! L'opera fallait qu'il soit intimidant pour faire monter la pression ;-)
Quant au fait qu'il soit populaire, alors là excuse-moi mais j'y crois pas une seconde jamais vu la Normandie d'en bas à l'opéra !!!

Franpi a dit…

C'est certainement un desd opéras de l'hexagone qui a le public le plus disparate socialement, si tu préfère :)