mardi 15 mai 2012

on ne les oublie pas...

... Enfin vous peut être oui, mais pas les 550 et leurs dommages collatéraux ;-)
Je parle bien sur de la raffinerie de Petit Couronne maintenant à l'arrêt et en sursis depuis le 27 décembre,
cela fait maintenant 4 mois que nous vivons avec cette épée au-dessus de la tête.
 

Dans un premier temps tout le monde a cru qu'elle allait fermer et depuis nous oscillons entre l'espoir et le désespoir.
Un jour peut être... Demain surement ! Si on s'est demandé comment on allait faire, aujourd'hui on se demande comment on va faire...

Le rassurant dans tout ça : les syndicats qui se bougent le c... Mais le pas rassurant les gens qui n'en ont rien à f... et qui voient même dans la fermeture de la pollution en moins et des terrains bientôt disponibles ! Ce à quoi j'ai envie de rétorquer :  "oui pas grave allons polluer PLUS ailleurs !"

Quand les gens comprendront-ils que la France ne pourra pas vivre qu'avec des auto-entrepreneurs, des starts-up et des blogueuses modes ! Ouvrez les yeux, vous ne circulez pas à vélo en permanence, vous prenez des transports en communs, vos jolis moules à cupcake si fashion en plastique ils sont fabriqués avec quoi ?
Bref, A ce jour 550 hommes, femmes et leur famille sont en sursis et tentent d'avoir une vie "normale"
Avec des enfants qui vous disent : "tu es sure qu'on peut dépenser autant d'argent ? vous prendrez pas des sous dans ma tirelire après ? le "après" sous-entendant quand papa sera au chômage...


Pour ponctuer cette insuportable attente 2 photographes se sont lancés dans une opération originale : immortaliser les "550"

non pendant des manifestations ou quand ils font la g... Non dans leur quotidien depuis 4 mois ou ils leur arrivent encore de sourire (heureusement pour nous ;-)

Je vous rassure leurs photos sont bien mieux 
et
Vous pourrez bientôt les voir en vrai 
dans leur tenue de travail lors de l'inauguration 

Pour quelques tranches de vie supplémentaires un article de Rue 89 à lire (mais pas les commentaires ;-(


Aucun commentaire: