mercredi 28 février 2007

Paradoxe

Un paradoxe qui me laisse croire que les -thécaires ont encore de beaux jours devant eux :
Je travaille en bibliothèque et au cours d'une visite de courtoisie à
la bibliothèque de ma ville j'ai constaté qu'ayant alimenté mes
enfants en ramenant des livres à la maison ils n'avaient aucune idée
de ce que pouvait être une bibliothèque !
Donc depuis nous fréquentons régulièrement cette bibliothèque.
Et après avoir constaté que mes enfants avaient exactement le même
comportement que les autres, courir, crier, sauter... , les mêmes
questions navrantes: "Avez-vous Lorie ? " qui m'ont fait me cacher au fin
fond des rayonnages, je me suis interessée au fond musical de cette
bibliothèque, petit à petit, 'ai échangé avec le discothécaire, qui maintenant me conseille dans le choix de mes CD, oui oui je suis bien discothecaire !
Mais la différence c'est que là je suis un usager lambda, pour lequel il fait son travail et il finit par
connaître mes goûts, comme la plupart d'entre nous avec nos usagers.
La dernière fois il m'a dit après avoir vu que j'empruntais un CD en présentation : "j'étais sure que tu allais le prendre !"
Mes enfants prennent le même plaisir à échanger avec les -thecaires,
au point que le petit de 4 ans envisage d'ailleurs de se fiancer avec une des -thécaires !
Alors je me dis, en y refléchissant un peu, que vu le plaisir que provoque le phrase "On va à la médiathèque !" ,y compris chez moi qui suis pourtant de la profession, que notre métier a encore un avenir et j'ajouterais que cette fameuse valeur ajoutée... est bien présente et c'est ce qui fera la différence et nous permettra de perdurer quel que soit les supports dont nous disposerons...
Je suis peut être naïve, mais j'y crois à cette profession qui est capable d'analyser, de réfléchir, anticiper, se remettre en question, connaître son public, être capable de faire le lien, de le créer...

Aucun commentaire: