(auto)Censure VS coup de coeur

Je reviens sur le sexe, la censure et mes état d'âmes de bibliothécaire...

En ce moment, tourne en boucle dans mon auto-radio le dernier album d'Elli Medeiros que je trouve excellent, jolie voix, belle musique, aux styles et influences diverses qui en font un album riche et varié, et cerise sur le gâteau : un joli duo avec Etienne Daho...

Mais, parce qu'il y a un Mais, qui fait que je ne proposerais pas cet album en "coup de coeur" pour le portail de la bibliothèque, c'est la première chanson qui me bloque, et là, pour une fois (chose rare), mon côté obscure n'arrive pas à prendre le dessus sur mon coté bibliothécaire un peu prude(ente).
Je n'ai pas envie d'apporter ma contribution en plébiscitant un album dont les paroles du type "je suis à genoux, crache-moi dessus" me heurtent. Même si je trouve cet album très bien...

Pourquoi, en ce moment, les chanteuses françaises de talent sont elles aussi crues ?
Je citerais quelques exemples sans me lancer dans une discographie :"J'veux un mec" d'Adrienne Pauly, "sur le pont d'Avignon" de Claire dit-Terzi, ou encore Brigitte Fontaine...
Dans un contexte ou l'image de la femme en musique laisse à désirer, comme c'est si souvent le cas dans le rap ou encore comme dans ce clip ou la femme sert d'instrument de musique, clip aperçu sur Canal et présenté par une journaliste Tania dont le nom de groupe est "les putes à franges" !
!
OMAHA BITCH DANCING CYPRINE

En fait ce qui me heurte dans ce phénomène soi-disant de société qui met le sexe à la mode, c'est la graduation : le sexe tout d'abord, puis l'instrumentalisation du corps déconnecté de tout affect ou émotion, qui aboutit à la violence et finit même par la banaliser.

Je ne sais pas si l'appopriation de cette mode dans leurs chansons par des interprètes féminines soient très "libérateur", par contre la récupération elle, est, garantie, ainsi que ces effets désastreux sur la construction de personnalités en devenir.
J'aimerais bien avoir d'autres exemples, pour savoir si le problème vient de moi ? Si je me pose trop de questions parce que notre profession nous met en contact direct avec des usagers aux sensibilités si différentes et parfois si fragiles ?
Il est vrai que la bibliothèque, dans laquelle je travaille, se trouve en bout de ligne de bus d'un grand centre psychiatrique et notre proximité avec un centre de primo-migrants qui ont tendance à considérer le personnel féminin et les usagères comme de potentielles cartes de séjours fausse un peu mon jugement.

PS : je viens de voir la couverture du numéro d'août de Beaux-arts: "l'art et le sexe", qu'est-ce que je disais déjà ? Ben voyons, OK une femme les seins à l'air, normal, mais était-il nécessaire de l'attacher avec du chatterton ? Oui bien sur, je comprends rien : c'est de l'art !

Allez je vais prendre ma carte chez les chiennes de garde... Après je retournerai tenter ma chance auprès de Rodolphe ;-)

Et j'arrête d'être trop sérieuse, je vais finir par ressembler à une bibliotécaire ;-)

Commentaires

Vincent K a dit…
Le sexe est omniprésent parce que plus personne ne le pratique... comment avoir envie puisque nous sommes bombardés à longueur de journée d'images érotiques? Pour revenir à ces chanteuses crues, ne cachent elles pas le vide sidéral de leurs compos par une provoc' facile et racoleuse. D'ailleurs toutes ces filles qui chantent, autant leur enlever leur micro et leur donner des cours de cuisine à la place. Au moins une bonne blanquette n'a jamais cassé les oreilles de personne !
bach_à_glass a dit…
Quelques petites choses à dire à tout ça.... Mais ma Doudou dit que c'est prêt-à-table, ce que je. Si le sujet reste ouvert, je re dès que possible
Bach_à_Glass a dit…
Re coucou,

Je vais essayer d'être bref (dur ça)et pas trop chiant (encore plus dur) et surtout pas de réponse point à point (trop long). Précautions liminaires, je pratique l'humour à froid (mais pas les églises), pince sans rire, au nième degré et tout ça sans prévenir... A vivre c'est fatiguant pour tout le monde, je sais, mais vais essayer de faire attention par écrit.
Alors, pour le clip, je viens de le montrer à Doudou en lui demandant sa réaction... Verdict.... "Fallait y penser"... (ça c'est du concis). Pour moi qui n'ai pas l'esprit synthétique de LA femme je me permettrais de rajouter que je trouve que c'est un truc très potache qui fait appel à 2 ou 3 bricoles. 1/on sait bien que la guitare "représente" la femme pour le guitariste, ce dont ici ; 2/la clope entre les doigts de pieds... petit clin d'oeil au camarade Keith (entre autres) ; 3/ la langue sur la jambe encore un clin d'oeil, à Jimmie cette fois... et à part ça... Ils ont du bien rigoler, je l'espère. Pour la batterie, oui, c'est un peu rase moquette, on casse le matos à la fin, mais bon... On doit être moins stressé en Bretagne qu'en Normandie (je rigoleeeee).
Pour Vincent (je fais tout dans le désordre, ça me change) je pige pas trop... trop péremptoire, je ne fais pas partie ce ceux qui ne pratiquent plus ni de ceux qui n'ont plus envie mais bref.
Je te comprends un peu Sophie, même si j'ai pas vu le dernier Beaux-Arts (sans doute bloqué à la frontière franco-bretonne), mais les inrocks oui (on nous les livre par menhir volant spécial). Et donc en gros une plume dans le cul, pour faire bref... Ce qui m'a amusé c'est que les collègues aient retrouvé le formulaire d'abonnement pour le poser à l'endroit ad hoc sous la pochette plastique. Alors oui, il y a "du sexe" en couverture de magazines... Est-ce ça rivalise avec la super couverture de Michel Ange à Saint-Pierre qui a été badigeonnée par la suite ? qu'a-t-on dit de "L'Origine du monde" de Courbet ? (qui faisait la jaquette d'un disque de Ferré que ma directrice d'alors voulait pilonner, jugeant donc le contenant sans juger le contenu et réouvrant un procès bien désuet), du Bain turc d'Ingres ? (premier tableau à être peint en carré mais encadré en rond), du Déjeuner sur l'herbe ? de l'Olympia (avec une servante noire ouh làlàlà)... La plus ancienne statue que l'on connaisse est une divinité à forte poitrine et fortes fesses... Je passe sur la statuaire indienne ou chinoise (estampes et encres)...BREF (avais-je dit). Pour revenir à la musique, les cris derrière Love on the beat me mettaient plus mal à l'aise que les bluettes actuelles qui me rappellent plus BB sur sa moto ou Jane qui dis "Viens" ou encore lemon incest pour rester sur le sujet. Ca mange pas de pain un petit frisson et ça peut même faire plaisir de le dire, je crois. J'ai rigolé ce matin en écoutant Inter car je ne sais plus quelle fille chantait ce que contenaient leurs sacs à main(s?)... Clarika chantait bien "dans les vestiaires des garçons" il n'y a pas si longtemps.
Alors je suis peut-être un vieux con (ça oui) utopiste (ben oui), mais je ne trouve rien à redire là dedans. Et si Micjel Ange avait connu le chatterton ??? Il serait comment David ? Les coucougnettes à l'air ? (je rigole encoreuhhhhhh).
Si on se met à traduire les paroles de certains, nombreux, groupes des années 70-80, on va rigoler... Si on reécoute des types comme Janequin, le vrai Carmina (pas la foutaise de Orff) on est assuré que rien n'a changé et surtout qu'il n'y a rien de nouveau (je ne parle pas des céramiques grecques ou romaines, ni d'Aristophane ou (ta gueule Etienne (note du rédacteur)). La comm, oui ; le reste, la vie non. Et les minettes si elles veulent se lâcher comme ça, qu'elles se lâchent ; si pour elles c'est important d'exprimer ça, il doit bien y avoir une raison, c'est naturel. Ne soyons pas gênés par l'image que les autres peuvent se faire de nous, mais vivons. (merde, j'ai oublié de parler des groupes de filles.... on va pas abuser non plus)....
Je rigole, mais concernant la violence et la banalisation y afférent, c'est un faux débat (et là je suis sérieux). Quand un Seigneur ou un bourgeois ou un chef culbutait une fille sous pretexte que.... il y a, il y avait et il y aura violence. Ce qui est regrettable, c'est le manque et d'éducation et d'information. Quand dans mon petit bourg breton on voit qu'il n'y a que des garçons qui sont présents aux lectures faites par les collègues en bas des immeubles, on se pose des questions... Mais là je suis trop sérieux... et trop long...Pour terminer.... Une mauvaise blanquette c'est vraiment dégueulasse, et je la fais assez bien d'après ce qu'on dit.

Ben plus long que prévu... pas vraiment fini, mais si ça donne des idées... (ah !!! j'oubliais !!!non !!! blague de breton à deux balles... et comme ça concerne que les Normands et que je connais pas de Normands lol)
Sophie a dit…
Bach à glass : ahhh la comparaison avec "l'origine du monde", c'était ce qu'il fallait, merci !C'est clair : je manque de recul et peut être que dans 10 ans, à l'instar du scandale que provoqua cette oeuvre en son temps, je m'extasierais devant cette femme attachée en me demandant comment j'ai pu ne pas aimer(au fait c'est avec une corde qu'elle est attachée, mais elle est quand même liée ;-)
Mais (bah oui je suis têtue comme toute normande qui s'adresse à un breton ;-)
Ce n'est pas le sexe qui me gêne(on a la sexualité qu'on veut tant qu'elle n'est pas subie) c'est la violence inhérente, et, comme tu le dis, dans une société en manque de repères, d'éducation, de formation... en tant que prescripteur, médiateur... j'ai la naïveté, de croire que nous avons un rôle, une responsabilité et je n'ai pas envie d'être le vecteur d'une violence déjà trop présente...
Allez je crois que j'ai trop abusé du Flower Power de cet été : à bas Arte et ses programmes "love and peace"
PS : tu devrais quand même écouter juste la première chanson de l'album d'Elli Medeiros...

Pour Vincent : Si je puis me permettre : tu devrais apprendre à faire la blanquette !
Bakelith a dit…
Bon c'est vrai que Je suis fière de toi, comme une pute de son mac et cogne-moi blablabla ce n'est pas la plus fine des libérations. Et je ne brandis pas le politiquement correct, juste que le 2e degré — si ça en est — n'est pas accessible à tout le monde.

Et puis je l'ai vue aux Femmes s'en mêlent avant la sortie de son album, franchement ça faisait plaisir de voir son énergie et son retour en musique, mais la voix n'y était pas. Un peu tôt peut-être.

Articles les plus consultés