vendredi 22 février 2008

aïe aïe aïe

Lu sur sur les explorateurs du web :
L'analyse d'une enquête commandée par la bibliothèque nationale du Royaume Uni, afin d'aider les bibliothécaires à mieux comprendre comment les jeunes cherchent l’information dans un monde dominé par le numérique, et le résultat n'est pas brillant !
"Ils sont jeunes, ils ont grandi au contact d'Internet et... ils agissent en sous-doués"
Dans l’ensemble donc, l’étude met à mal la “Google Generation” en la présentant comme une population au jugement simpliste et aux compétences réduites, tout en précisant qu’elle signe la mort des médias non interactifs comme la presse papier ou la télévision..."
la tribune de Genève reprend aussi cette enquête :
"... La culture de l'information des jeunes ne s'est pas améliorée avec un accès élargi à la technologie. S'ils sont plus rapides à obtenir des résultats lors d’une recherche avec Google, Yahoo et consorts, en revanche il apparaît qu'ils consacrent peu de temps à évaluer la qualité et la pertinence de l'information. Selon les chercheurs, les jeunes internautes éprouvent une difficulté à mettre en place des "stratégies de recherches efficaces".
Au lieu d’utiliser des mots-clés plus judicieux, "ils formulent leurs requêtes en langage courant" et perdent en pertinence. (vive les web sémantique ;-)
"Les jeunes ont une carte mentale peu élaborée de ce qu’est Internet» précise l'étude. Ils ont souvent du mal à imaginer que le Web est "un recueil de ressources en réseau issues de fournisseurs différents". Les adultes, qui ont assisté à la construction d'Internet depuis ses débuts, ont une meilleure compréhension de ce qu'est un reseau..."

Mario Asselin des explorateurs du web :
"... Les adultes sur leur passage doivent développer les stratégies pour influencer leur comportement et ainsi, éviter que se structurent de mauvaise habitudes qui les enfermeront dans leur condition de sous-doués ! ..."
le rôle des éducateurs dans les bibliothèques n'est pas qu’être présents dans les univers virtuels des jeunes..."

Note personnelle : j'ai un peu le sentiment que l'histoire se répète, ce que l'on n'est pas arrivé à faire passer aux plus jeunes de nos usagers en leur apprenant à chercher une information dans un dictionnaire, une encyclopédie... Nous revient tel un boomerang avec le même schéma pour le numérique, et toujours la même question est-ce à nous bibliothécaires ou au monde enseignant de leur donner les moyens d'avoir le recul necessaire et ce des le plus jeune âge ? (au passage on notera que nous sommes devenus des éducateurs !)

allez au boulot !

3 commentaires:

Aurélie a dit…

Comme toujours, on se demande "la faute à qui ?"
Est-ce aux enseignants de porter celà, alors qu'on leur demande de se recentrer sur les fondamentaux et d'enseigner la morale ? Est-ce aux bibliothécaires, alors qu'une étude américaine vient de montrer que la hausse de fréquentation dans les bib est due à Internet... en libre-service ? Est-ce aux parents, qui déjà ne réalisent pas vraiment les usages que leurs rejetons font du web, et restent naïvement persuadés qu'ils ne parlent pas aux inconnus et ne les rencontrent jamais ?
J'ai bien un début de réponse : il existe des enseignants-documentalistes, en théorie dans tous les établissements du secondaire. Il me semble que ce que tu décris est pile-poil dans leurs compétences. Maintenant, reste à savoir si on leur donne les moyens, financiers, matériels et humains, de remplir cette mission d'éducation à la culture informationnelle, qui à mon avis devrait être la clé de voûte de l'enseignement aujourd'hui, au même titre que l'éducation à l'image. Si l'Education Nationale doit agir, c'est à ce niveau, mais ça me semble mal parti, l'évolution des dotations horaires, et par ricochet du nombre de postes ouverts au CAPES Doc, n'allant pas franchement dans ce sens ces dernières années...
Je partage tout à fait ton inquiétude quant à l'esprit critique des jeunes générations, qui tend vers le rien, sauf peut-être chez les quelques "privilégiés" qui ont la chance de grandir dans des familles déjà sensibilisées. Sans les connaître, je ne me fais par exemple aucun souci pour tes enfants, à qui je pense tu auras su transmettre les bons réflexes, même si ton portable n'est pas customisé Zwarovski ;-)
Il y aurait de quoi débattre des heures sur ce sujet éminemment politique, mais là je suis au travail, honte à moi !
M'enfin, pour conclure, il ne nous reste plus, comme d'habitude, qu'à prendre nos bâtons de pélerins...

Mario Asselin a dit…

À votre question, je répondrais que c'est la responsabilité de tous ceux qui se considèrent comme éducateur. Nous sommes responsables «de ce que nous avons apprivoisés» disait Saint-Éxupéry par le Petit Prince et je considère qu'aucun éducateur ne peut se défiler devant cette double tâche:
- proposer Internet comme instrument pour apprendre
- prévenir chacun des pièges qu'il contient.

Le deuxième extrait concernant la présence des bibliothécaires «dans les univers virtuels des jeunes» ne vient pas de moi, mais des conclusions de l'étude qui s'adressait spécifiquement à ces personnes, je vous le fais remarquer.

Personnellement, je pense (encore ici) que tous les éducateurs doivent agir en éducateur dans les MySpace, Facebook et blogues de ce monde; la présence ne suffit pas, pire, elle cautionne de mauvais comportements en certains cas!

Sophie a dit…

Aurélie : je suis bien d'accord avec toi (sauf pour mes enfants : c'est un désastre ;-)
Et je pense que réflechir sur nos missions peut tout a fait se faire sur notre temps de travail !

Mario asselin : merci de votre com' j'en suis d'autant plus fière que j'aime beaucoup "les explorateurs du web"
Sur le fond,je ne peux qu'être d'accord avec vous, je retiendrais la citation de St exupéry ;-)
Ce qui me gêne dans tout ça, c'est le terme "educateur" qui vient de la tendance du moment à mettre les bibliothécaires sur tous les fronts, je ne suis toujours pas convaincue que notre rôle doit aller jusque là, par contre il est de plus en clair que nous devons ouvrir nos bibliothèques à d'autres professionnels qui sauront bien mieux que nous apprendre et prévenir.

Related Posts with Thumbnails