lundi 12 mai 2008

La bibliothèque est un lieu spécial...

... Ce n'est pas moi qui le dis mais le blog d'une classe de CP

Ecouter, lire, emprunter des livres : 3 phrases sur ce que l'on peut y faire

et le reste consacré à ce qu'il ne faut pas y faire !

Il y a peu quelqu'un dans un commentaire disait quelque chose du genre :

il n'y a plus de plaisir quand on a plus de devoirs que de droits ;-)

9 commentaires:

letitidu35 a dit…

Bonsoir,
Oui... Mais... Manifestement il s'agit de tous petits, qui apprennent, qui sont donc en pleine phase d'éducation... Combien de "mâche en silence", "c'est pas la tête qui descend vers la fourchette", "tiens toi droit"... avant qu'on apprécie pleinement, plus tard, une bonne cuisine, un bon plat, sans se baffrer, et même en râlant contre ceux qui n'appliquent pas la règle(ement ?) et gâchent seuls le plaisir de tous.
Je suis peut-être rêveur (ou vieux réac), mais elle me semble pas si mal cette porte ouverte, ce coffret plein d'inconnu, qui contient aussi la règle du jeu. C'est aussi une prise de conscience des droits ET des devoirs.... comme chez grand-mère où on touche avec les yeux.
Il manque juste un paragraphe pour dire qu'on peut écouter de la musique mais qu'on mets pas ses doigts ou ses tartines de Nutella sur les disques lol.
C'est pas inné l'éducation, ça s'apprend, je crois, et après ça devient naturel et l'adhérent en vient à s'excuser de son jour de retard.
Ce que je n'aurais pas dit c'est "remettre les livres à leur place"... c'est impossible, mais "poser ceux qu'on a pris sur la table" (chariot), oui (même avec les adultes on fait ça !).
Voili voilou mon avis de fils d'instit tombé très tôt dans la gamelle du droit/devoir.
Bonne soirée

Mrs Bean a dit…

Eh bien, cette bibliothèque-là n'est pas la pire... Au moins, on commence par ce qui peut se faire à la bibliothèque.
Mais il faut voir (pour le croire) à quoi ressemble, par exemple, le réglement de la BU où je travaille : ça tient sur 4 pages, et il y a au moins 3 pages sur ce qu'on ne peut pas faire, et comment on va être puni si jamais... C'est très très passionnant à lire !!
Il y a longtemps dans une petite bibliothèque de campagne, j'ai douché l'enthousiasme de la jeune responsable qui préparait les visites à la bibliothèque des classes de l'école voisine : elle avait écrit son laïus sur deux pages, et toute la première page énumérait ce qu'il ne fallait pas faire (comme par exemple : manger dans la bibliothèque, ou mettre les pieds sur les murs : je jure que c'est vrai !); alors je lui ai demandé si à la fin elle permettait quand même aux enfants d'entrer dans la bibliothèque et si éventuellement elle envisageait de leur montrer ou même, soyons fous, de leur lire des livres !
Dernièrement, j'étais en réunion avec la designeuse d'une entreprise de signalétique, pour définir les pictogrammes nécessaires dans notre futur bâtiment : après les incontournables toilettes, elle ne m'a proposé que des pictogrammes d'interdiction (téléphone, nourriture, bruit, cigarette...). Perso, il me semble que nous pourrions gagner du temps en étant plus... positifs (orientation, promotion, information, formation...). J'ai souvent l'impression en regardant fonctionner certaines de mes collègues qu'elles gardent l'entrée d'un sanctuaire (mais où est le trésor ??) plutôt qu'elles n'accueillent...
Je pense à une vidéo vue sur Couvillencoul où un improbable gorille fait toutes les singeries possibles dans une bibliothèque avant que la préposée ne réagisse... On en est loin... Dans l'une de nos bibliothèques, le gorille n'aurait tout simplement pas passé la porte !

eric1871 a dit…

Ah là là !
Ici aussi on se prend la tête là dessus...
En y réfléchissant d'ailleurs, je me suis rendu compte que ce que j'aimais mettre en avant dans la présentation de mon secteur, c'est le pourquoi... (oui comme des réponses, j'en ai pas, je préfère les questions).
Je vais donc dire aux nouveaux abonnés pourquoi on trouve telle chose et pas telle autre, pourquoi on classe ainsi, pourquoi on organise l'espace de cette façon, tout ce que je fais comme boulot quoi.
Je crois qu'avoir une vision claire du lieu induit un comportement.

Yvonnic a dit…

Tous ces commentaires sont pleins de bon sens et sentent la bonne pratique et l'expérience.Expliquer aux gens où ils ont mis les pieds me parait un minimum. Et notamment , par une énumération des services rendus et des comportements qui font que ces services restent rendables, leur faire comprendre qu'ils sont dans un lieu collectif qui ne peut fonctionner sans le respect de certaines règles.

Après, que chacun le fasse à sa façon, avec des couleurs, des pictogrammes, des visites guidées, des affiches ou autre chose, en fonction aussi de l'âge des publics, importe peu. L'imagination au pouvoir, que diable !

Chez moi j'ai rajouté partout : "un livre mal rangé est un livre perdu ",en rouge, sur un beau A3 plastifié. Pour certains ça reste obscur. C'est fait exprès, pour susciter des questions. Et ça ne rate pas. Alors j'explique aux lecteurs ce que ça veut dire dans le cadre de l'accès direct. Ils apprennent alors avec stupeur que, il y a longtemps, c'était "l'accès indirect", fallait demander son livre à un magasinier apres avoir rempli une fiche, mais si, madame ! Depuis que c'est direct, tout le monde est un peu responsable. Si tu prends un livre là et que tu le reposes ailleurs, et que tout le monde fait comme toi, personne ne trouve plus rien, et patati et patata...

Je ne me gène pas pour ajouter qu'il est hors de question que le personnel passe son temps à reclasser tous les rayonnages tous les soirs. Responsabilisation.Là encore, ça suscite pas mal d'étonnement...(Quoua, les esclaves ne rangent pas ?!)

"il n'y a plus de plaisir quand on n'a plus de devoirs que de droits" nous dit notre hôtesse ?

Il n'y a plus tellement de plaisir non plus, me semble t'il à fréquenter une bibliothèque bordelique, sale, pleine de miettes de bouffe, de bruits divers, de livres collants et gras,et gérée par un personnel laxiste et démago probablement aussi apôtre de la formule centenaire "où y a de la gêne y a pas de plaisir " non ?

C'est juste une question naïve.

Sauf peut-être en mai. Car en mai, fais ce qu'il te plaît, c'est bien connu...

Sophie a dit…

@Yvonnic : (décidément ;-) Oui je persiste "là ou il y a de la gêne y'a pas de plaisir" se sentir bien dans une bibliothèque est un minimum ! On peut le prôner sans tomber tout de suite dans le laxisme et le démago.
Dans mon billet je trouvais dommage que les enfants aient retenu de cette visite autant "il faut" et si peu de tout ce qui relève du plaisir. Je serais adepte d'une autre formule : "laisser venir à moi les petits-enfants..." les laisser découvrir et ensuite seulement leur inculquer quelques règles ;-)

Yvonnic a dit…

Ah mais c'est quelle s'accroche, la Sophie (décidément ;-)! Et moi je te dis que ton billet était probablement mal foutu puisqu'on y a la très nette impression que tu souhaites l'abolition de tout reglement minimal pour que ces chers petits puissent 1) ne rien comprendre aux règles du nouveau jeu-lieu auquel tu les invites - les enfants ont besoin de se situer dans un lieu et par rapport à des gens, avec des règles- et 2° s'éclater en faisant des saletés et des bêtises, comme dans une cour de récré: bouffer avec les mains sales, apporter des animaux, écrire sur les bouquins, boire, ne pas rapporter les livres et les reposer n'importe-où !
Faut-être sérieuse cinq minutes Sophie ! T'imagines la cata pour la bibli, mais aussi sur le plan éducatif pour ces chers bambins en pleine decouverte , que tu vas totalement destabiliser? Sans compter ce qu'ils vont raconter à leurs parents en rentrant !
Sophie,tu t'est vue quand t'as bu ? fais gaffe quand mème :'-)
Tu ferais mieux d'écouter Letitidu35, voilà quelqu'un de responsable. Et Eric1871 qui nous dit "Je crois qu'avoir une vision claire du lieu induit un comportement." Voilà une phrase forte qui résume tout.

Pour une fois que tu avais des gens bien sur ton blog, tu vas passer pour quoi ? C'est malin!

Sophie a dit…

Oui je continuerais à m'accrocher,car je crois que nous n'avons absolument pas la même vision de la bibliothèque et du monde d'ailleurs, à te lire je me demande même si je ne devrais pas confier mes enfants à la DDASS, en raison de mon irresponsabilité.
Et, bon sang, je redis : le résultat de cette visite est que les enfants n'ont retenu que des obligations. Si tu veux qu'ils reviennent en dehors de la classe, il faut bien qu'ils y trouvent un peu de plaisir! Et ce n'est pas parce qu'on ne met pas l'accent sur le règlement que tout de suite on tombe dans les extrèmes "bouffer avec les mains sales, apporter des animaux, écrire sur les bouquins, boire, ne pas rapporter les livres et les reposer n'importe-où !" aucun enfant n'a ce comportement et ne l'aura dans la bib ou je travaille.
Et le "pour une fois que tu avais des gens biens sur ton blog" est limite, tu te situes dans quelle catégorie ? Les gens biens, évidemment ?
Il faut être vigilant Internet fausse le jeu des échanges et des relations.

letitidu35 a dit…

Re bonjour,
Sans vouloir prolonger ce débat à l'infini, je crois que chacun a son approche de la chose, c'est normal. Mais des fondamentaux demeurent. En maternelle, au CP, au CE et même après, on commence par expliquer le cadre de vie. Ce qui est possible, ce qui ne l'est pas. Et on peut s'éclater dans le possible mais gare à celui qui franchit la ligne rouge... Il est gentiment d'abord, prié de faire attention. Les récrés sont là pour laisser exploser le trop plein d'énergie, de besoinde s'ébattre librement... Or la bib. n'est pas une cour de récré. Pas un monastère non plus, pas triste et pas acceuillante parce qu'il faut faire attention à certaines choses, et aux autres. De même le prof en collège ou lycée ne commence pas par laisser venir les élèves pour voir jusqu'où ils vont... il donne dès le départ la règle du jeu et chacun connait les conséquences de ses actes. Ce qui n'empêche pas d'avoir des classes où on rigole, où on bosse aussi dans une bonne ambiance (non ça n'est pas que de l'angélisme, aussi du vécu de mes jeunes années de remplacement quand je finissais mes études). Je crois que le cadre de l'harmonie de vie dans le lieu il faut le définir dès le départ. Dans mon histoire de droit ET devoir, il y a un "si" qui est inclusif. C'est à dire tu peux faire ça si (et seulement si, tu te conformes à ça, sinon, c'est la pagaille et à cause de toi, plein de gens vont être bien embêtés. Il ne s'agit pas de mettre une guillotine à l'entrée, loin de là, je suis le premier à me battre pour éviter la collection de pictogrammes barrés rouge à l'entrée (inutiles), de listes de sanctions dans les règlements, etc... Il s'agit de responsabilisation de chacun, de prise de conscience de sa vie dans un univers, avec d'autres personnes. Et il n'y a pas que les enfants dans l'histoire, je trouve les parents bien souvent plus terribles. Parce que eux devraient savoir et transmettre aussi.... Mais... Par exemple, autant je trouve désagréable une bande de mômes qui bouffent, rigolent, font du bruit dans un ciné... Mais au bout je rigole, je me souviens quand je foutais le souk avec mes copains(ines) aussi, c'est normal... Autant quand je vois que c'est les parents qui passent le pop corn, ouvrent les bonbons, braillent (pendant que les miens n'ont que le droit de regarder l'écran en silence (je sais ils sont traumatisés à vie... et maintenant ils font bien ce qu'il veulent lol), là je fulmine et je peux devenir méchant. Et pour moi à la bib c'est pareil. C'est pas parce que Mémée se vautre sur son canapé chez elle en bouffant des chips pour regarder la télé ou lire son journal qu'elle mettra les pieds sur la chauffeuse ou la table à la bib... Ca je supporte pas et je fais la guerre.
Bref... Ni kapo, ni facho, ni baba, ni laxiste, simplement attentif et respectueux, mais aussi ouvert, compréhensif... Le B-A BA de la vie non ?
Cordialement
Le Titidu35 (ex bacs_à_etc...lol)

PS : Contrairement à ce qu'on pourrait penser, je suis le premier à déconner, y compris à la bib et y compris avec les adhérents adultes et enfants. Quant à savoir si je suis "bien"... Bof... pas vraiment persuadé ou alors du private joke que je pige pas... Pô grave ;o) (et promis, je reviens plus sur ce sujet :D)

Anonyme a dit…

despairing doses jamesact melrose ministry fifty tkudkjh attribution youare absurd anniversary
lolikneri havaqatsu