carnets de vacances 5

Pour continuer sur les visites alibis, me trouvant dans la ville de JF Champollion, nous sommes allés visiter le musée créé dans sa maison natale. Cette dernière a été complètement revisitée et restructurée avec un parti pris architectural que j'ai trouvé, somme toute, assez banal.



Hormis l'extérieur !


De la même façon, j'ai trouvé le contenu du musée, lui aussi, assez banal, à part 3 ecrans tactiles qui ont ravis la progéniture, trop contente, de pouvoir traduire "le petit Prince" en texto. En effet, le principe de ce musée part de la traduction des hiéroglyphes par Champollion pour établir le fil de la visite, sur le thème de l'écriture à travers le temps et les différentes civilisations...
J'ai ainsi trouvé dans les différents supports liés à l'écriture un ... Ebook !
C'est un signe : l'entrée d'un reader dans un musée ?


Une autre visite alibi, qui elle m'a enthousiasmée

"le musée éclaté" :




Et ce n'etait pas gagné : quand on m'a proposé d'aller visiter un musée de la tradition locale, je vous laisse imaginer mon enthousiasme, moi, citadine (même si il paraît que j'ai des origines paysannes) je me voyais déjà bailler devant des villageoises déguisées en costume folklorique, mais non :

Le principe : un musée disséminé dans un village, en se promenant on entre dans la maison du sémalier (celui qui fabrique les conteneurs pour récolter le raisin), du sabotier, le four à pain, la fabrique de l'huile de noix... Ca a l'air banal comme ça, mais tout est resté dans l'état (poussière comprise ;-) et je ne sais pas si c'est du au guide, mais la visite s'est révélée vraiment passionnante, pour preuve la progéniture n'arrêtait pas de poser des questions et s'est même retrouvé mise en situation d'aller chercher de l'eau au puits :



Le passage à l'école communale fut un grand moment aussi, car à chaque fois, dans ces visites on avait une vision sur plusieurs décennies, ainsi chez le sabotier on voyait des sabots de la fin du siècle précédent, mais aussi des sabots des années 70 qu'on avait pu porter à l'époque,
vous vous souvenez ? :



Dans l'école ce fut pareil des cahiers, livres, porte-plume... datés de 1890, mais aussi des manuels et tout le matériel qui va bien des années 70, avec, c'est là ou c'est incroyable, "le droit de toucher" nan, c'est pas un E-book mais une ardoise ;-)

Et bien sur, qui a le plus tripoté les manuels sur lesquels ils avaient appris à lire ? Les parents évidemment, pendant que les enfants s'étaient assis sagement sur les bancs en regardant perplexes leurs ascendants émus et le sourire jusqu'aux oreilles devant des livres usés, même pas en quadichromie !

Nostalgie : c'est avec celui-ci que j'ai débuté

La visite devenant plus technique, la guide a emmené les enfants, laissant les parents en compagnie d'un ancien du village, et leur a appris à confectionner (aux enfants, pas aux parents hélas ;-) des moulins à vent.

Ce bon moment a pris fin autour de crêpes de sarrasin confectionnées par les anciens du village et destinées aux enfants (mais bon faut pas déconner, ils avaient déjà fabriqué un moulin à vent, ils pouvaient bien nous laisser quelques crêpes ;-)

Tout ça pour la modeste somme de...

Le prix de la visite est laissée à l'appréciation du visiteur : on donne ce que l'on veut !

Commentaires

blablabliblio a dit…
Les enfants ont toujours plein d'idées pour s'amuser, vous avez vu là, il y en a un qui a collé la cire rouge de son fromage baby bel sur ces lunettes...
Norna a dit…
Pas mieux pour le Babybel !! ;-)
Sophie a dit…
Ok Ok, j'ai compris, faudra que j'apprenne à mieux flouter ;-)

Articles les plus consultés