vinyles

Ou l'on reparle (encore) du retour du vinyle, (qui au passage fête ses 60 ans !)
Pour nous qui cherchons comment amener cette génération de la dématérialisation dans nos bibliothèques, voilà peut être une des solutions, l'article cité ci-dessus précise « Ces gamins passent d'une consommation de musique désordonnée sur Internet à l'achat de grands classiques en 33 tours : Led Zeppelin, les Stones, Dylan, Neil Young ou AC/DC ont leurs faveurs. Et puis ils sont contents de remettre les pieds chez un disquaire, après avoir passé des heures derrière un ordinateur. » Certes ce n'est qu'un témoignage, le vinyle ne remplacera pas le CD et encore moins le numérique, mais même s'il ne concerne qu'un public de niche, on peut quand même se poser la question, et on va dire que je me répète, mais ça donne envie de remettre les vinyles en circulation dans les bibliothèques non ?
Un autre élémentqui pourrait favoriser du vinyle c'est le matériel.
A première vue cette platine a un air insignifiant, oui sauf qu'elle gomme les défaults que l'on pouvait reprocher au vinyle : se lever pour changer de face, se lever à nouveau pour sauter un morceau... Cette platine permet tout cela, il est précisé aussi que la lecture se fait par un laser et donc ... Fini le dernier défaut rédhibitoire : plus d'usure !

En fait, oui, il y a encore un gros défaut : le prix 9 000 € !
Ca fait encore très cher même pour le père Noël

Commentaires

papet croûton a dit…
Bonjour !
Il y a aussi la solution qui consiste à numériser les vinyles, et à prêter des CD. C'est long, mais facilement faisable...
Anonyme a dit…
Je ne pense pas que numeriser les vinyles soit la solution. Ce à quoi Sophie fait allusion c'est au retour d'un fétichisme "vinyle" chez un public ciblé jeune. C'est donc l'objet qui importe, et particulièrement les pochettes d'albums, donc l'objet global. Maintenant, les remettre en circulation c'est une autre paire de manches. Je me souviens de l'époque où il fallait présenter sa tête de lecture, son "aiguille" à chaque prêt, "vous avez amené votre saphir?" et la bibliothécaire la regardait au binoculaire avant d'accepter ou non. Un peu lourd à imposer maintenant.
Sophie a dit…
@papet croûton : effectivement la numérisation des vinyles n'est pas une si bonne idée pour différentes raisons :
- des problèmes de droit très contraignants pour les bibliothèques.
- Des moyens nécessaires :il faut pouvoir faire une expertise de ce qui est à numériser (ça ne sert à rien de numériser ce qui a été réédité). L'opération de numérisation en elle-même, qui sur des quantités aussi importantes demande des moyens conséquents.
Ce qui m'intéressait dans ce contexte, c'était de pouvoir remettre en circulation des documents qui dorment et prennent la poussière, une opération de numérisation ne résoudrait donc pas cette situation.
Quant à la présentation du saphir, analysé au microscope (nous avons gardé le notre dans ma structure ;-)c'est bien sur à laisser tomber, ne faut-il pas faire un choix : une dégradation passive inéluctable due au temps ou une dégradatation due à un usage légitime ?
(Tout comme nos CD réputés inusables ? ;-)
eric1871 a dit…
Il est vrai que le vinyle a un meilleur son et, finalement, et plus résistant que le CD (sauf à la chaleur), mais je ne sais pas où l'auteur de l'article a pu pécher un engouement des jeunes pour le disque noir... Faudrait déjà qu'il y ait des disquaires...
je regardais justement hier soir le matériel disponible, hors le haut de gamme de la Hi-Fi, on trouve surtout des platines à brancher sur USB...
J'ai aussi découvert un nouveau système : le faux disque vinyle qui sert à faire des scratches avec des mp3...
Franpi a dit…
Ils sont marrant les vendeurs de matos... Ils ont donc ressorti cette vieille lune de la lecture laser des vinyls !!
Pour la petite histoire, à l'aube des 80's, c'est la solution qui avait été porté par un constructeur (je ne sais plus qui) pour améliorer la lecture des galettes... Mais Phillips et consorts ont trouvé tellement plus malin de commercialiser un nouveau standard qui obligerait à racheter sa discothèque -pensaient ils- !
Alors, c'est marrant de voir cette "chose" vieille de 30 ans arriver à 9000€ chez nos marchands...
En ce qui me concerne, j'ai une majo de CD, parce que j'avais 10 ans en 84, mais ça ne m'empèche pas d'avoir une lourde cargaison de vinyls...
papet croûton a dit…
Qu'est-ce qui empêche de faire des pochettes de grande taille ?
Je ne vois pas pourquoi je me fatiguerais à argumenter, c'est tellement plus simple de se lamenter et de ne rien faire...
Bonne poussière !
Sophie a dit…
@papet croûton : Ce n'est pas faux ! La réactivité n'est pas le propre des bibliothèques. En tout cas, merci de vos remarques, elles ont le mérite d'alimenter le débat
Wonder Pomme a dit…
9 000€ c'est trop cher pour moi mais c'est une idée séduisante ! Pas besoin de disquaires pour acheter des vinyls, quand ils en ont ils sont bien trop chers, le mieux ce sont les vides-greniers, les soldeurs etc...

Articles les plus consultés