Encore eux

Ou l'on reparle de Radiohead qui défraie à nouveau l'actualité de l'industrie de la musique.



Cette fois le groupe a décidé de ne plus faire d'albums, je vous rassure (ou pas ;-) Radiohead n'arrête pas la musique, non ils arrêtent la musique sur support, c'est à dire sur CD !
A la place Radiohead va se concentrer sur des "singles ou maxis" dixit le Figaro : Radiohead en a marre du "cirque créatif", c'est devenue une "véritable corvée"( !!!! )
On peut se poser des questions sur ce choix artistique (pour rester polie) : la cohérence d'un album qui en fait une oeuvre à part entière que l'on peut certes découper titre par titre mais qui possède une logique d'ensemble, par rapport au single, pur produit de consommation immédiate, Radiohead fait là un drôle de choix ?

La première chose qui m'est venue à l'esprit à l'annonce de cette nouvelle : Qu'en est-il une fois de plus de ceux qui n'ont pas accès à Internet ? (oui je sais tout le monde s'en fout et si t'as pas de connexion internet aujourd'hui t'as raté ta vie)



Et en tant que discothécaire pourquoi cette annonce m'affecte-t-elle ? On ne pourra plus proposer à nos usagers d'écouter le dernier album de ce groupe. C'etait quoi déjà le plan B de notre avenir face à la disparition du CD ? Devenir precripteurs ? Ha Ha Ha :

"Vous voulez écouter le dernier album de Radiohead ?
"Si vous voulez je peux vous donner l'adresse du site..."

Bien sur on me dira c'est là une action isolée et puis tant pis on se passera de Radiohead, il y a plein d'autres groupes à faire découvrir à nos lecteurs... Oui, bien sur, et petit à petit on se passera de tous ces groupes qui plaisent à nos usagers, il nous restera certainement des grands noms qui n'oseront pas franchir le Rubicond, mais si il ne doit rester dans nos bibliothèques que des Céline Dion et/ou des Johnny Hallyday, je ne suis pas sure d'avoir envie de continuer.

comme vous pouvez le constater j'ai un moral de winneuse en cette rentrée de septembre ;-)

Commentaires

Franpi a dit…
Comme je te comprends ! C'est bien, les masques tombent, et les branchouilles arty sans estomacs se dévoilent : z'ont rien à dire
(commentaire rédigé en écoutant "No Surprises" - Radiohead)

et bien, je vais me faire l'avocat du diable (si on peut appeler ca le Diable).

Si il y a bien quelque chose que l'on peut accorder à Radiohead, c'est bien la capacité à se renouveller, et à faire face avec ses propres armes à la crise du disque (qui soit dit en passant est plus une crise des majors, pas de troll ce soir).

On se souvient de la sortie de "In Rainbows", album qui a fait parlé de lui car radiohead proposait aux internautes de l'acheter au prix qu'ils souhaitaient.

La façon même d'amener ce projet est certes je te l'accorde, peut être un peu maladroite mais finalement très intéressante. Et rapportera pour une fois plus à l'artiste plus qu'à sa major puisque disparition du support CD.

Bien sûr, les plus embêtés dans tout ca, c'est bien sur le public comme tu l'a souligné : sans internet, pas de Radiohead. C'est vrai que pour le coup, c'est un peu bête, mais on a la chance d'être un pays assez bien doté en infrastrucre Internet.

Venons en à ce fabuleux corps de métier que sont les médiathécaires musicaux. C'est sur que la, coup sur coup, quand un artiste lance l'idée de ne plus faire d'albums et de tout vendre uniquement sur Internet, le médiathécaire a de quoi prier les Saints Rameau, Dewey et Blanc-montmayeur que son métier puisse continuer à exister !

C'est oublier les nouvelles manières et nouveaux sentiers de distribution de la musique qui sont mis à la disposition du professionnel : la musique libre (Bornes Automazic à toulouse, gradignan, et autres, Jamendo, etc.) et l'offre sur laquelle j'ai travaillé il y a peu, celles de prestataires de contenus numérisés qui proposent des catalogues de majors, avec de la musique téléchargeable et chronodégradable. De plus, ces prestataires proposent de permettre une recherche fusionnée catalogue de la médiathèque/catalogue du prestataire.

Je pense que cette annonce n'est pas forcemment une mauvaise chose. il faut des artistes qui défrichent le terrain comme Radiohead. Prendre position ne suffit plus, il faut agir.

Quand au métier de médiathécaire, je ne m'en fais pas, il est plein de ressources.
mediamus a dit…
Si Radiohead arrête de produire des albums, ça ne signifie pas qu'ils ne sortiront pas au final une compilation de leurs titres. Un peu comme les groupes de rock dans les années 60 des EP ou des 45 tours. L'album In Rainbows malgré le battage médiatique du concept de vente dématérialisée, a finalement été édité en CD.
A force d'occuper le terrain médiatique sur la problématique économique, Radiohead commence à sérieusement écorner son image artistique à l'instar de U2... et pourquoi pas de Céline Dion de de Johnny Hallyday ;-)
Petite blague (je demande pardon d'avance aux amateurs du groupe). Si on transcrit une chanson de U2 avec le logiciel Songsmith en mode mineur (en mettant l'effet jérémiade, plainte et pleurnicherie) on obtient une chanson de Radiohead ! #humour
NB
eric1871 a dit…
c'est marrant que ça soit (encore) Radiohead qui fasse la polémique, alors que ceux qui écoutent ce groupe vont depuis longtemps chercher les nouveaux titres sur internet et que c'est avant tout un groupe de scène. Pourquoi ne pas parler alors de Nine Inch Nails qui diffuse aussi ses albums par le net ?
Et surtout pourquoi ne pas insister sur la nouvelle lubie des majors qui est de vendre des albums avec DVD interdits de prêt en bibliothèque ?
Fabien a dit…
La traduction précise en français sur le site de Radiohead :
http://www.radiohead.fr/
de l'entretien au Believer est là pour partie :
http://www.radiohead.fr/Alors-il-l-a-dit-ou-il-l-a-pas-dit
il y a une tendance générale à diminuer les albums, ou les titres sur les albums… Mais il ne faut pas de suite paniquer parce que Le Figaro, comme d'autres mais plus tardivement encore, traduit mal un sujet ou fait la chasse au scoop.
Sur le site de Radiohead, je crois avoir compris que c'est Marjorie qui suit ce dossier.
yann a dit…
Radiohead comme d'hab fait de l'intox. C'était commode de cracher sur les labels alors que la réputation du groupe était déjà faîte (grâce à qui?)Le cirque créatif de ce groupe sur-évalué c'est Live Nation qui s'en occupe.

ps1: Et sinon Grégoire se trompe qd il dit que la crise du disque touche surtout le majors. C'est plutôt les indés qui disparaissent.

ps2: Les médiathécaires, je ne m'en fais pas pour eux. Ni pour aucun fonctionnaire français d'ailleurs.
Anonyme a dit…
Il n'y a d'ailleurs aucun souci à se faire pour les services publics.
Toftaky a dit…
S'ils ne sortent plus d'albums mais des maxis ou des singles, je parie qu'ils les sortiront en vinyles. Comme beaucoup de groupes suivront l'exemple vinylesque et rejoindront les groupes de métal aux splendides pictures disc ainsi que les artistes électro...on pourra enfin réouvrir des sections vinyles en médiathèques...yesssss
;-)

Articles les plus consultés