une bibliothécaire en librairie

[Addenda : je me suis trompée sur le titre de ce billet qui devait s'appeler à l'origine : "une Discothécaire en librairie"]
Attention billet purement bibliothéconomique (oui même moi j'en reviens pas ;-) Cependant si quelques développeurs passant par là pouvaient y jeter un oeil.


Suite à quelques modifications, je viens de récupérer une tranche d'acquisitions correspondant à un segment documentaire hyper fun : les 000, 100, 200. Pour ceux qui l'ignorent, en gros ça veut dire que je dois acheter des livres en religion, philo, psycho...
J'ai donc décidé après avoir sélectionné quelques suggestions de lecteurs et quelques best sellers, comme le dernier Onfray, sur LA base référence que nous utilisons Electre. J'ai décidé d'aller feuilleter quelques livres sur place, c'est à dire en librairie, pour voir un peu de quoi il en retournait pour certains.
Bin oui les documentaires c'est pas comme les romans des fois on a besoin de lire un peu le contenu, y'a bien ça mais c'est pas sytématique.
Donc me voilà à préparer cette expédition qui fait tant kiffer les bibliothécaires et qui pour moi prenait la tournure d'une galère. Car il y a une grosse différence à aller se promener dans une librairie pour son plaisir et y aller pour le travail en récupérant un maximum de références pour son futur panier Electre.
Noter sur un bout de papier en équilibre sur une pile de livre ou une étagère, des références... Au point qu'au bout de 30 secondes on vous prend pour la vendeuse et on vient vous demander des renseignements... Bin moi, ça me fait pas kiffer du tout !
Comme il parait que je suis un peu geek, je me voyais pas non plus reprendre un stylo et une feuille et perdre un temps fou à noter des références que j'allais ensuite devoir retrouver sur Electre, faut pas déconner. J'ai surtout autre chose à faire !
Quelle perte de temps ! Je me suis donc dit puisque j'ai un téléphone qui lit les codes-barres, isbn et est capable de me trouver un livre ou une musique sur Internet il doit y avoir une piste à explorer ?

Et là je me suis rendue compte que si moi j'étais prête, le web ne l'était pas, aussi bien Google (qui s'en tire moins mal que les autres), qu'Amazon ou Babelio... Je vous propose donc une étude comparative de ces 3 :
Le pitch technique : lire des isbn et soit les enregistrer sur un fichier, soit et c'est mieux les associer aux documents eux-mêmes et les enregistrer sur Babelio c'est ce que j'aurais préféré, soit sur une étagère de Google livres, soit dans un panier Amazon... Et je ne parle même pas de la possibilité qui aurait été de les lire et les enregistrer directement sur Electre ! Faut pas déconner rêver...
étape 1 : scanner l'isbn : déconcertant de facilité...
étape 2 : enregistrer j'ai tenté dans le presse-papier du téléphone le pb c'est que cela me donne une série de caractères illisibles. Mauvaise configuration ?
- sur Google livres : Il faut avoir un compte, ce qu'il est le cas, l'explorateur vous amène bien sur la notice du livre. Le problème c'est que vous ne disposez pas de l'option "ajouter à ma bibliothèque"

pour avoir cette option il faut être dans "ma bibliothèque" mais si vous êtes dans "ma bibliothèque vous n'avez plus d'options pour scanner l'isbn !


- sur Amazon : Il faut aussi disposer d'un compte ce qui était aussi le cas, l'explorateur vous amène bien sur la page d'Amazon avec la bonne notice. Mais là c'est un tel bazar qu'il faut réussir à trouver "ajouter à mon panier" ce que j'ai fini par faire mais à priori l'opération n'a pas fonctionné, sans que je sache pourquoi



Vous allez me dire que c'est mon téléphone qui ne va pas bien, c'est vrai que lorsque l'on se connecte "normalement" tout va bien. C'est uniquement lorsque l'on passe par le lecteur de codes-barre que ça ne fonctionne pas.
- Le cas Babelio : A mon avis ç'aurait pu être l'outsider, car il est le seul à proposer d'ajouter des livres par webcam (un peu l'équivalent d'un lecteur de code-barres) . Pendant quelques instants quand j'ai cliqué sur Webcam, j'ai espéré que cela ouvre l'appareil photo ou la caméra de mon téléphone, hélas non et je me suis trouvée dans la même situation qu'avec Google livres. Dommage !

étape 3 : récupérer les isbn : on en reparle dans 5 ans ? Ou moins si Electre déverrouille son système (peu probable) ou si l'on squeeze Electre, ce qui risque de finir par arriver. Et Babelio a là, une opportunité à saisir dans la mesure ou il existe déjà des développements d'applis pour les bibliothèques... (je dis ça je dis rien ;-)


Des questions : Il se peut que j'ai raté des choses, des applis, ... C'est fort probable, mais d'une manière ou d'une autre cette tentative démontre toute la complexité de l'opération. On m'a suggéré de prendre en photos les isbn des livres mais dans ce cas je génère un fichier jpeg dont Electre ne sait que faire.


Conclusion : j'ai pris les livres en photos ! L'honneur est sauf : pas de papier ni stylo, un gain de temps et un confort certain... En attendant mieux ! Je pense que je finirais par trouver une application qui permettent d'enregistrer les ISBN dans un fichier et les récupérer par la suite dans un format compatible (je crois cependant qu'elle reste à inventer ?)



 Mais l'idéal serait que les libraires en ligne proposent sur leur site une appli à proximité de la fenêtre de recherches comme une option pour une recherche avancée, qui lorsqu'on cliquerait dessus ouvrirait le lecteur de codes-barres, comme Babélio qui tient là une vraie bonne idée :
Rêvons un peu : vous allez en librairie, vous scannez les isbn qui sont chargés directement dans votre catalogue module acquisitions et pis c'est tout !
Adieu étapes fastidieuses, chronophages et intermédiaires couteux...

(Sous réserve bien sur que Babelio étoffe sa base de données collaborative (je crois que ça s'appelle du catalogage partagé ;-)

Commentaires

Tredok a dit…
Une idée, surement très lourde, mais qui peut aider.
Koha te permet de scanner et d'ajouter dans le catalogue (ou en suggestion, je sais plus exactement). J'avais vu une news ya qqs mois. Ca nécessite de faire passer ta bib sous Koha (ou un autre SIGB qui permette de jouer avec un smartphone ^^), ou de t'installer un Koha perso ^^
Sophie a dit…
ah oui je n'y avais pas songé faire changer tout le réseau de SIGB ! Je vais encore me faire des copains ;-)
C'est une idée à condition que Koha développe aussi une appli mobile, pas qu'un simple moyen de scanner des ISBN ce que quasiment tous les SIGB savent faire ?
Lully a dit…
Spontanément, je dirais que le plus simple est d'utiliser Zotero comme "SAS" entre ta visite chez le libraire et ton module Acquisitions, puisque Zotero propose un champ "IBSN" pour importer la notice Worldcat correspondante (c'est l'icône Baguette magique - "Ajouter un élément par son identifiant").
Zotero sur portable, ça marche ?
Sophie a dit…
J'ai cherché et pas trouvé d'applis mobiles de Zotero. Ce qui n'est guère étonnant puisque sauf erreur de ma part il s'agit d'une extension Firefox et sur les mobiles l'explorateur est un peu particulier à gérer...
Frédéric Neff a dit…
excellent article Sophie; Je sais qu'il existe pour la musique une reconnaissance de via le son (shazam) mais aussi via le visuel de la pochette (vu au Japon http://viva-musica.blogspot.com/2007/06/en-avant-vers-le-futur.html)
Electre qui fasse une identification par cover, ca serait l'idéal mais vu le business d'Electre, la stratégie Google, Apple et Amazon, faut pas trop espérer à court terme d'une solution libre et interopérable.
Et sinon, ta libraire, elle le vit bien tes séances photo dans ses rayons ? T'achète chez elle ensuite ?
Lirographe a dit…
Vous avez regardé du côté de Librarything ?
http://www.librarything.com/extras.php
Sophie a dit…
@lirographe : si c'etait possible un truc simple genre en français ;-) Et apparemment Librarything mise plutot sur l'Iphone...
Tredok a dit…
Retrouvé mon lien :
http://www.biblibre.com/fr/blog/billet/koha-sur-android
B. Majour a dit…
- Scanner les ISBN
- Les récupérer dans un fichier
- Passer ce fichier par Moccam
- Récupérer les notices au format Marc/Excel
- Les incorporer dans son module d'acquisition (s'il est bien conçu)

Le problème reste, effectivement, de scanner les ISBN et de les récupérer dans un fichier texte.

Bien cordialement
B. Majour
Bibliobsession a dit…
chouette billet ! Tiens j'avais fait la même chose grâce à un petite lecteur de code barre doté d'une mémoire. J'obtenais un fichier .txt avec de isbn qui une fois uploadé dans electre me donnait tous les titres... Effectivement c'était avant les smartphones et les rares fois où j'ai essayé de reconnaître des codes barres je n'ai pas eu grand résultats... Les choses devraient évoluer avec Google Goggles (indique ici http://www.iphon.fr/post/2010/06/05/Une-application-Google-Goggles-%C3%A0-venir-pour-l-iPhone ) il y a une application : Snaptell capable de reconnaitre les titres à partir de la photo de la couverture... sauf que ça marche pour des bases de données US. http://www.snaptell.com/apps/

Intéressant de voir que ta méthode, comme la mienne (ici : http://www.bibliobsession.net/2008/01/17/de-lusage-de-la-douchette-a-codes-barres-dans-les-bibliotheques/ ) ne plait pas du tout à cette libraire qui appelle ça de l'espionnage et cherche comment nous faire payer tout ça !! (on croit rêver) http://blossolalie.blogspot.com/2010/06/veille-ou-espionnage-entout-cas-reel.html
Fragar a dit…
Sur Android, l'application Barcode Scanner possède un historique de recherche qu'il est possible d'envoyer ensuite. Je ne sais pas combien de codes-barres il peut contenir mais ça peut dépanner...
Sophie a dit…
@bmajour et @gragar : oui récupérer les isbn scannés serait déjà un bon compromis ! l'appli conserve bien un historique des ISBN scannés, mais celui-ci se révèle illisible (mauvaise configuration ?)et impossible à exporter pour la néophyte que je suis ;-)
@Silvère : je proposais justement à ma direction d'acheter des douchettes comme celle que tu possèdes, quant à faire payer nos visites en librairie c'est du grand n'importe quoi et me parait le meilleur moyen de perdre une clientèle de bibliothécaires qui achète régulièrement des livres professionnellement mais aussi à titre personnel !
Blose a dit…
Au contraire, votre méthode de reconnaissance des codes me plait beaucoup, je la trouve très inventive et il y aurait un service à inventer dans la librairie pour répondre à votre besoin et qui serait un vrai plus commercial, que j'adorerais mettre au point. C'est juste que quelquesoit la méthode, il faut qu'on arrive aussi à s'en servir pour construire un vrai partenariat comerical, ce n'est pas agréable d'avoir une personne qui prend note systématiquement de beaucoup de références, mais qui ne les achète pas chez vous, ça vous parait si étonnant?? J'ai essayé de le dire avec humour et de façon décalée, mais manifestement on n'a pas le même humour : Faire payer vos visites, c'était évidemment une boutade qui voulait mettre en lumière que la librairie en tant que lieu était déjà un service, à nous de savoir en tirer parti financièrement. Evidemment que c'est chouette de bosser avec les bibliothécaires mais en lisant tous vos blogs de geek il est évident qu'on voit vite qu'il y a une différence d'approche entre nous. On n'est pas équipé pour ce besoin aujourd'hui en librairie, ni pour tirer avantage de cette utilisation de nos lieux et mon billet avait pour but d'imaginer une réponse aux besoins des bibliothécaires. Sur ce...

Articles les plus consultés