le second effet kisscool du cnfpt

Je pensais que c'en était finie de cette histoire de préparation et de concours, c'etait sans compter sur le cnfpt : au moment ou je commençais à digérer mon échec et à me dire que mon planning allait se trouver allégé et mon avenir aussi par la même occasion
Je reçois un courrier m'annonçant mes résultats et me signifiant que je n'étais pas déclarée admise au regard de mes notes (particulièrement minables, bien plus que celles que j'avais obtenues au "vrai" concours mais bon je m'en doutais vu ce qui s'était passé)

En lisant, puis en relisant ce courrier tellement je n'en croyais pas mes yeux, j'ai tout d'abord failli me trouver mal et puis j'ai vu rouge, car je ne sais pas si vous vous souvenez des difficultés rencontrées avec ces épreuves et du mal que j'avais eu pour me procurer et remplir ce p*$ù*%¨ de questionnaire de motivation que j'avais réussi à rendre en temps et en heure malgré des informations erronées données par le cnfpt lui-même ?
et bien voilà qu'au-dessous de l'énoncé des notes est portée la mention :

épreuve de questionnaire de motivation : non rendue

?????
Arghhhhh !!!!

j'ai essayé de me souvenir de ce que me disait il y a peu mon responsable administratif :
"faut pas se mettre dans des états pareils, on se fait du mal et ça sert A RIEN"
j'ai respiré par la narine gauche
tenté la position du lotus
du flamant rose
du Lexomil
....
mais nan rien n'a fait une seule envie :
étriper un agent du cnfpt !

Bien sur je vais ravaler ma colère et me contenter d'une jolie lettre au cnfpt pour leur dire le bien que je pense et leur demander si ils ont au moins réussi une jolie cocotte en papier avec mon questionnaire, mais quand même :
J'AI LA HAINE !

Commentaires

mediamus a dit…
J'adore l'intitulé : "épreuve de questionnaire de motivation".
Y avait-il une question du genre : "Vous êtes fatigué?"
A laquelle il fallait répondre :
"On est pas fatigué!"
Et si la question était réitérée, il ne fallait pas se départir de sa détermination et campant bien droit dans ses bottes (ou escarpins) répliquer tout de go : "on est pas fatigué!"

Ou sinon à la question, "Comment compter vous surmonter votre stress et votre anxiété tout au long de votre préparation?"
Là on pouvait citer Jeanne Mas afin de montrer son esprit d'à propos et mettre en valeur son bagage de culture générale :
"En rouge et noir, j'exilerai ma peur ; J'irai plus haut que ces montagnes de douleur" (même sans la choré, bras repliés, poings serrés, ça fait son petit effet.)

Celà dit, très charmmants ces orimagis. :-)


Nicolas
Liberlibri a dit…
Je trouve ça nul de leur part et je comprends ta colère !
Le fait que tu aies des meilleures notes au concours qu'à leur simulacre de test montre bien le ridicule de la chose...
Une préparation par le CNED pour l'année prochaine ?
Courage :-)
elfie a dit…
Des collègues ont fait la préparation au concours. Et lorsqu'elles ont demandé le pourcentage de réussit des personnes faisant la prépa, le CNFPT leur a répondu : "0 % ??". On voit l'utilité de la chose, personne ne réussit le concours après la prépa. Moi je dis ça vaut le coup de faire des allers-retours de 50 km pour ça.

Allez Bon Courage
merci pour le post...
Céline bib a dit…
Ah ! les joies de l'administration !

Bon courage en tout cas ! Le mieux, je pense que c'est encore de travailler seul..je dis ça mais je n'ai pas réussi de concours pour autant !

Céline
Bibliopathe a dit…
Moi j'ai bénéficié de cette formation pour le concours assistant qual. Nous avons demandé nous aussi au début de la formation le taux de réussite des années précédents. Ils se rapprochaient de zéro. Pour les assistants qual en externe (pour les bibliothéques) nous avons du être 5 à réussir ce concours. Franchement, sans cette formation, je n'aurai pas eu ce concours. Mais ce n'est pas grâce au cours dispensé. Hormis quelques intervenants, la plupart des journées ne m'ont semble-t-il rien apporté. Ce qui m'a vraiment aidé, c'est l'esprit de groupe, l'entraide entre les stagiaires. ça, ça m'a vraiment motivé parce qu'il y avait une bonne entente et qu'on se filait des coups de pied au c... quand il le fallait... Mais pour les cours... Bref, je comprends complètement ta colère, c'est un manque de considération inacceptable ! Bon courage Sophie !

Articles les plus consultés