mardi 30 octobre 2007

Halloween

Catégorie : n'importe quoi !

Il est un jour ou les enfants viennent d'eux-mêmes à la bibliothèque :

Halloween !


Bon d'accord ce n'est pas des livres qu'ils viennent chercher mais des bonbons (on attire avec des bonbons dans les BM et avec un I-pod dans les BU chacun ses moyens ;-)

Fi de la santé bucco-dentaire, vive la carie !

Ce matin je suis donc allée acheter des bonbons, c'est dommage j'ai pas pu prendre les pires : les frites hyper acidulées ou les petites bouteilles de ...tuuuut ! ni les nounours en guimauve ou les crocodiles en caoutchouc à deux couleurs !

Hélas ! Car dans un dernier sursaut d'hygiène je ne prends que des bonbons emballés je ne voudrais pas être la cause d'une épidémie de gastro déjà que notre région a quelque problèmes avec la méningite !

L'année dernière j'avais réussi à trouver des boules coco emballées mais cette année est une année très moyenne en nouveautés !

Inutile de vous dire que mes collègues m'attendent avec impatience et sont toujours très curieuses des nouveautés ou de ces bonbons souvenirs :


"...S'arrêter, r'partir en arrière

Te raconter surtout les carambars d'antan et les cocos bohères

Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres

Et nous niquaient les dents

Et les mistrals gagnants..."


Par contre cette année la nouveauté qui a ravi la ménagère de moins de 50 ans que je suis en allant au supermarché acheter ces fameux bonbons, j'ai testé des automates de prêt, heu non, des caisses automatiques : pas de bibliothécaires, heu encore pardon, d'hotesses de caisses, vous êtes seule face à la machine à scanner vos document, ah zut encore, achats.


L'autre avantage c'est que pour l'instant personne n'ose se lancer donc pas d'attente interminable entre le qui-sent-pas-bon ou la qui-vous-ecrase-les-stilettos-avec-son caddie d'un air outré au vu du nombre de paquets de bonbons que vous déposez sur le tapis roulant ! Ménagère de moins de 50 ans et mère indigne !

Yessssssssssss vive les préjugés ;-)

Un coloriage à donner aux enfants à la place des bonbons pour ceux qui appliquent le principe de précaution ;-)

lundi 29 octobre 2007

Bibliothèque hantée

Encore une qui a tout ce qu'il faut :
le chignon, les lunettes, la jupe et les préjugés...
Une nouvelle caricature qui n'aurait pas déplu à Couv. ill. en coul. ;-)



Vous pouvez essayer pour savoir si vous etes capables de ranger des livres (c'est pas pire que le serious game ;-) Moi je n'y suis pas arrivée, faut dire aussi que j'ai le vertige sur une échelle ;-)










j'ai mal aux DRM

C'est pas dimanche mais une panne internet m'a obligé à renouer avec la nature : Les jolies feuilles des arbres d'un beau roux mordoré tombées à terre et à ramasser, les vers de terre qui font le bonheur des enfants quand on les coupe en deux et qu'ils continuent à bouger ...


Un post trouvé sur Ecrans.fr pour donner une suite à : "Docteur j'ai mal à la bibliothèque..." adressé cette fois à la ménagère de moins de 50 ans mais les autres peuvent lire aussi ;-) :

« Je crois que j’ai attrapé des DRM, est-ce grave, docteur ? »

[...« Professeur, ma fille exige des ringles à chaque repas ; doit-elle consulter ? » (Francine B., mère de sa fille) ; « Je crois que j’ai attrapé des DRM via une vidéo diffusée à mon insu, est-ce grave, docteur ? » (Paris H, femme publique)....]

La réponse du bon docteur Scrine :
[...Chère Paris H, les DRM, ou Digital Rights Management, ne vous feront aucun mal. Ces verrous numériques permettent – théoriquement – au propriétaire intellectuel d’un fichier (audio, texte, vidéo) d’avoir le contrôle de l’utilisation des dits fichiers sur Internet. Prenons un exemple : vous mettez confidentiellement en ligne votre dernière vidéo pour que tous vos ex la voient et en crèvent de jalousie. Mais vous ne voulez pas que le tout-Web se la refile. Les DRM peuvent permettre le visionnage de votre vidéo sur un seul ordinateur, ou même limiter le nombre de visionnages. En théorie, en tout cas – et j’aime autant vous prévenir. Car ce système a des limites techniques que vos fans pourraient bien cracker.
Quant aux exigences de ringles (contraction de single et de ringtone, sonnerie) de votre fille, chère Francine, il n’y a aucune crainte à avoir : c’est de son âge. Ces mini-CD proposant un titre, sa version remixée et un succès ancien de l’artiste, le tout augmenté d’une sonnerie et d’un fond d’écran pour mobile, devraient passer aussi vite que les lubies de votre adolescente...]
Et au passage on apprend :
[..." Que c’est Sony BMG qui est à l’origine de cette initiative censée relever le marché de la musique. Mais ce 45 tours de l’ère numérique se vendra, dès novembre aux Etats-Unis, rien moins que 7 dollars, et il y a des chances pour que les ados et les autres soient vite découragés par un prix aussi prohibitif et préfèrent se rabattre sur des achats à l’unité – voire, sur du piratage"....]

A suivre...

samedi 27 octobre 2007

Dis-moi ou ?

Un nouveau site très "sochôle" et plutôt bien fichu.
Evidemment premier réflexe aller voir si il y a des bibliothèques référencées !
Non seulement il y en a mais en plus elles sont regroupées dans une catégorie "se divertir".
Incroyable un site bien rangé (j'adore ;-) avec quand même un petit nuage de tags plutôt sympa.

L'intérêt aussi c'est qu'on peut y entrer ses propres repères les marquer, mettre une photo etc... Et les sauvegarder bien sur. Les petites épingles bleues ce sont les bibliothèques (je me suis bien sur dépêchée de créer la mienne, l'honneur est sauf ;-) maintenant je peux dire : vous n'avez pas l'impression qu'il en manque ?

Je sais ça fait penser à Google Earth entre autres, sauf que là c'est extrèmement convivial et intuitif, c'est en français et en plus on peut se faire des amis (une fois de plus ;-) mais A PROXIMITE ! Donc des vrais gens qu'on peut rencontrer au détour d'une ballade ou d'une séance shopping parce qu'ils auront donnés leurs bonnes adresses, oui là on est bien d'accord c'est impossible : mettre en ligne ses bons plans shoppings ? N'importe quoi !


Et on peut même exporter ses favoris sur son GPS ! Magique !
Maintenant que j'ai testé la chose, je commence à y trouver un réel intérêt : j'enregistre toutes les adresses des boutiques ou je veux aller et la prochaine fois que je vais à Paris plus besoin de me galérer avec mon petit papier et mon plan ? Yessss ! Bon un pb quand même subsiste le GPS se branche sur l'allume cigare, si je suis à pied comment je fais ? Y'a des allume-cigares dans le métro ?

jeudi 25 octobre 2007

Vitry sur Seine

C'est là qu'avait lieu la journée "Image et son en bibliothèque : quel avenir ?"

Je ne ferais pas de compte-rendu, la journée a été enregistrée et sera bientôt disponible en ligne. Je livre juste quelques réflexions en vrac et issues comme à l'accoutumée de mon esprit tortueux :

-Les bouchons font définitivement partie de mon quotidien, la lutte contre la machine est inutile : têtue comme je suis j'ai voulu n'en faire qu'à ma tête et ne pas écouter les conseils du GPS que l'on m'avait prêté pour l'occasion pour finalement me rendre à l'évidence c'est lui qui avait raison.
- Il n'y a pas que Dominique Lahary dont le téléphone sonne en pleine intervention ;-)
- Je suis de moins en moins convaincue par la VOD payante.
-C'est la première fois que je me trouve évacuée d'un auditorium suite au déclenchement intempestif d'une alarme, la journée se déroulant au musée d'art moderne du val de Marne, ce fut ainsi l'occasion d'admirer les chats exposés de l'artiste Thierry Séchas, ça tombe bien je les avais raté à l'expo "estuaire 2007" ;-)
- J'ai été étonnée d'entendre derrière moi quelqu'un se demander ce qu'était une démothèque, mais après l'exposé très intéressant de Vincent Bouteloup les choses ont du paraître plus claires à cette personne.
- L'intervention de Nicolas Blondeau a été trop courte, hélas, mais elle synthétise vraiment bien ce qui se passe en ce moment (en plus il avait une jolie veste très fashion ;-)
- Je suis définitivement fan d'Yves Alix : il se dit "revigoré" par des journées comme celles d'hier. Moi je dirais plutôt que c'est lui qui nous fait du bien :

"Docteur j'ai mal à la bibliothèque !"

et il nous explique pourquoi on a mal, certes ça ne guérit pas mais qu'il est bon de savoir d'ou vient le malaise si profond :

"Les bibliothèques françaises n'ont pas de mission"

C'est dit dans le code du patrimoine enfin non c'est pas dit ! et c'est là le problème, les missions pour les musées, les archives sont décrites, mais pour les bibs RIEN !
Voilà vous mélangez ça à un peu de sociologie à la manière de B&C et vous avez de la matière pour une psychothérapie collective de -thécaires.
en Conclusion j'ai retenu qu'il nous faudrait :

1 / définir une politique

2/ avoir de l'imagination (pour valoriser nos offres)
A ce sujet d'ailleurs un exemple trouvé dans les inrocks : je crois que c'est la première fois que je vois des bibs faire de la pub dans les inrocks !

il s'agit des médiathèques intercommunales de Pau-Pyrénées.
J'applaudis des deux mains à cette initiative !

dimanche 21 octobre 2007

Web 3.0

Tssss ! c'est dimanche et je fais un billet sérieux ! tout se perd...

Une bonne nouvelle pour ceux qui n'avait toujours pas compris le web 2.0, vous prenez pas la tête le web 3.0 arrive : garder vos forces ;-)

Le web 3.0 expliqué par Jean-Marie Leray dans adscriptor c'est encore un peu compliqué je pense que ce sera relayé et expliqué par nos maîtres blogueurs.
En deux mots ce que j'en ai compris :
Le principe Twine :

[...Twine est conçu pour tout centraliser et devenir le "hub" de votre vie numérique...] (un Facebook Puissance mille ?)
Présenté comme la première véritable application estampillée Web sémantique, Twine propose aux utilisateurs une façon intelligente de rassembler, de partager, d'organiser et de trouver les informations qu'ils cherchent en s'appuyant sur les avis/recommandations des internautes à qui ils font confiance... (tiens ça me dit quelque chose... amis -thécaires la fin est proche ;-)

... Vous pourrez ainsi suivre l'information à la trace, indépendamment de là où elle se trouve, collaborer grâce à l' "intelligence de l'outil", unique, qui appréhende la signification des informations et des relations et vous aide de façon automatique à les structurer et les connecter entre elles (Wiki et Netvibes même combat ?)
... Pour ce faire, Twine utilise les ressources du Web sémantique, le traitement du langage naturel (quand je dis que c'est mort le catalogage ;-) et l'intelligence artificielle, pour enrichir les informations et les modéliser afin que les individus puissent se les approprier. Twine transforme ainsi les données en contenu sémantique, pour faire de la connaissance une ressource enrichie, utile et interopérable. Tout est mixé, amalgamé, toutes les données sont connectées, réunies en un seul espace : résultats de recherche, contacts, courriels, favoris, flux, documents, photos, vidéos, actus, produits, discussions, notes, etc. ...]
(Bin si c'est pas un buzz ça va être une sacrée révolution ! )

Le Web 3.0 sera sémantique ou ne sera pas ? (Là c'est de moi :-)
Et histoire de noircir ce tableau idyllique, et à propos d'intelligence artificielle, il se pourrait que le mariage avec un robot ('tention pas le machin comme dans "la survivante" ! un vrai qui penserait comme nous et aurait les mêmes goûts) soit autorise à partir de 2050 dans l'état du Massachussets, le plus simple est peut être d'envisager des maintenant de tout grouper avec le robot ? ;-)

Pédagogie numérique

Vous allez croire que je suis un pilier d'affordance, mais une fois de plus un des liens qu'il cite est tout simplement bluffant.

Fan du web 2.0 je suis un peu fainéante et des qu'il s'agit de visionner des tutoriels en anglais j'ai tendance à zapper mais là c'est clair et j'ai tout compris (enfin presque, si il pouvait aller un peu moins vite quand même ;-)

vendredi 19 octobre 2007

Odelaf et Supremes Dindes

Oui le titre a l'air énigmatique pour ceuzzz qui ne connaissent pas, mais ce soir je sors, c'est la fête j'en ai fini des évaluations et d'une semaine de m... avec entre autre : un appel au service de sécurité pour faire sortir 3 personnes coincées dans l'ascenseur de la bibliothèque (une personne agée handicapée, sa fille et sa petite fille). Bah oui une seule personne ça aurait été trop banal !
Ne pas céder à la panique, garder le sourire, l'ascenseur est tout vitré un peu genre aquarium avec 3 poissons à l'interieur : on voyait leur lèvres bouger mais on ne les entendaient pas, j'ai bien essayé de les faire sortir en utilisant la manivelle destinée à faire descendre manuellement l'ascenseur mais je n'ai jamais pu trouver ou la mettre (à ma décharge le dépanneur n'a pas su non plus ;-) ce sont les pompiers qui les ont sortis, eux ils ont trouvé ou la mettre cette fichue manivelle...

Alors ce soir j'oublie tout :
Les Supremes Dindes "Libertine"

mercredi 17 octobre 2007

J'aime pas

Un peu réservée sur Facebook,
j'ai trouvé son pendant qui lui m'a fait sourire et m'a beaucoup plus inspirée : HATEBOOK !


Au lieu d'essayer de vous trouver des amis, vous aller pouvoir vous faire des ennemis (Dans mon cas ça devrait pas être dur ;-), mettre vos pires photos (là non plus ;-), vos pires lectures (trop bien ! adieu les coups de coeur ? ;-)
et plein d'autres choses super sympas ;-)
Voià comment faire de l'asocial avec un réseau social !
J'adoooooooooore ;-)

bibliothèque virtuelle

Trouvé sur le site Ecrans de Liberation
[...La bibliothèque virtuelle de Yann Sérandour est une belle page, une représentation schématique de rangées de livres où l’on distingue Livre de Poche, Que sais-je, Autrement, etc.
en balayant doucement les rayonnages de sa souris, on découvre des liens ouvrant des fichiers PDF contenant des poèmes, photographies, couvertures de livres, etc. Artiste conceptuel, dans la veine de Claude Closky, Yann Sérandour aime jouer et détourner les codes existants. Il est aujourd’hui résident à la Cité internationale des arts à Paris...]

En plus d'être artistique je verrais bien un agencement de la sorte sur mon bureau ou j'aurais juste à cliquer sur certains livres pour accéder à mes photos, mes sites internets, mon blog...

lundi 15 octobre 2007

Bloguer pour l'environnement

Enfin si j'y arrive ;-)
Bloggers Unite - Blog Action Day

Adepte des chaînes en ce moment j'ai voulu relayer cette action qui consiste à dire aujourd'hui un petit mot sur l'environnement ce qu'on fait de bien (ou pas bien ?)

Pleines de ces bonnes résolutions j'ai donc voulu inscrire mon blog à cette journée d'action
(j'en connais qui se marrent déjà) : oui ! J'y arrive pas !
j'ai ce message auquel je comprends rien :

"Readership is not a number" nan c'est clair je suis pas un numéro !

Donc comme d'hab je serais pas une bonne écolo (de toutes façons je deteste José Bové...)

Mais quand même je triais mes déchets avant que ce soit d'actualité (toujours eu peur de me couper en prenant le sac poubelle)

Je triais mes journaux, (et là ça y est je vais définitivement passée pour une folle !) :

A cause d'une chèvre.

Je m'explique chez mes parents il y avait deux chèvres, dont une qui raffolait des magazines : elle mes les fauchait des que je faisais une tentative pour lire dehors au soleil, elle se sauvait le magazine dépassant de chaque coté du museau et s'installait plus loin pour le... Manger ! J'avais donc pris l'habitude de trier les journaux (elle n'aimait pas les quotidiens) et arracher les pages trop plastifiées des magazines pour éviter que goinfre comme elle était elle n'avale le magazine entier et s'intoxique

Sinon comme acte écolo : j'essaie de prendre mon vélo des que j'en ai la possibilité et je continue à ne pas jeter le pain rassis (rien a voir avec l'écologie certes mais c'est lié pour moi ) pour aller en gaver les animaux que l'on rencontre lors de nos ballades cyclistes, je passe mon temps à desherber mon jardin parce que je ne veux pas utiliser ce p... de désherbant propriété d'une marque qui fait perdre le Nord à ces pauvres abeilles...

Et je rappelle à l'ordre mes enfants des qu'ils montrent la moindre velléité à jeter quelque chose par terre ou à vouloir cueillir de pauvres fleurs qui sont beaucoup plus belles dans la nature.

oui je sais je suis un tyran... Mais un tyran écologique ;-)

dimanche 14 octobre 2007

Mesdames

Aujourd'hui c'est dimanche jour de deuil national : la France a perdu.

Je ne me réjouis pas spécialement, mais enfin on va pouvoir reprendre une vie normale et ne pas être soupçonnée de délit de haute-trahison parce que, non, on n'est pas franchement enthousiasmée par le rugby.
J'ai au moins l'honneteté de dire que c'est le côté tribal et animal qui me plait dans ce sport alors quand mes collègues féminimes me repondent que l'interêt de ce sport est dans la technique : j'ai envie de leur dire : "Menteuses, faites pas semblant de vous interesser à des règles de jeu qui vous passent au-dessus de la tête, alors qu'en fait le plaisir c'est de regarder des grappes de types qui se chevauchent, se piétinent, se balancent des coups par en-dessous des que l'arbitre a le dos tourné et que la technique dans tout ça...

Le rugby sport de gentlemen (peut être mais que pour les joueurs et pas pendant le match)
Ceci dit ils ont plutôt interêt à la faire valoir leur courtoisie car quand vous les voyez donner des interviews le lendemain, c'est vrai qu'en premier ce que l'on voit chez eux ce n'est pas l'oeil-au-beurre-noir, la lèvre ou l'arcade sourcillière explosée, non c'est bien leur courtoisie ;-)

Entendons-nous bien ce n'est pas le rugby que je n'aime pas, c'est le sentiment de patriotisme exarcerbé et d'intolérance qui va avec : ce matin j'ai osé dire que les français n'avaient pas très bien joué, évidemment On m'a dit que de toutes façons j'y connaissais rien et quand j'ai répondu que même si j'y connaissais rien j'ai quand même bien vu le ballon leur échapper des mains, j'ai senti poindre la solidarité féminine faisant de moi une traîtresse !
Merci à la ménagère de moins de 50 ans : en effet qui a fait le succès de cette coupe du monde ? Qui a permis à TF1 de s'en mettre plein les poches ?

LES FEMMES !

vendredi 12 octobre 2007

Chaîne

Après avoir été maraboutée je viens de me faire refiler une chaîne.
En tout cas ça tombe plutôt bien en cette période de spleen automnal et je suis plutôt fière que Vagabondages m'ait intégré à cette chaîne.

Cette liste est valable aujourd'hui et aura certainement changé demain, le bonheur de ne pas s'attacher, de toujours faire de nouvelles découvertes, de me dire que je n'ai pas encore lu LE livre qui sera le chef d'oeuvre à mes yeux, même si certains s'en approchent...

Donc loin de tout esprit critique voici des livres avec UNIQUEMENT des jugements de valeurs (n'est-ce pas Bibliobsession ? ;-)
Les quatre livres de mon enfance/adolescence :
(j'espère que les BD comptent comme des livres ;-)))

-le Club des cinq (on ne se moque pas ;-)
-Fantômette (bin oui ;-(
-Jules Verne (c'est vrai j'ai passé des après-midi entières à le lire, à en avoir des crampes partout)
-le vagabond des limbes (je me demande d'ailleurs comment cette BD aura eu une influence sur mon style vestimentaire )

Les quatre écrivains que je lirai et relirai encore :

-Maupassant
-John Irving
- San Antonio
-Steinbeck

Les quatre auteurs que je ne lirai probablement plus jamais :
- Bret Easton Ellis (à cause "d'American psycho" je n'ai jamais rien d'aussi horrible !)
- Jean Teulé (que j'ai beaucoup aimé mais qui m'a glacé les sangs avec son "je, François Villon")
- Proust (mais ça c'est a cause de la Fac ;-)
- Honoré d'Urfé (je ne me suis jamais autant em....)

Les quatre premiers livres de ma liste à lire :

- "Mal de pierres" de Milena Agus
-"Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?" de Pierre Bayard
-"La haine de la musique" de Pascal quignard (à cause de Mediamus)
-"Les planches courbes" d'Yves Bonnefoy (ne me demandez pas pourquoi j'en sais rien !)

Les quatre livres que j'emporterais sur une île déserte :

- "Autant en emporte le vent" (oui je sais je suis incurable, sinon ça aurait été les "hauts de Hurlevent de toutes façons
-le Larousse du XXe siècle en deux volumes (au cas ou j'aurais pas accès à Wikipedia ;-)
-Rabelais (en version traduite quand même, faut pas éxagérer non plus !)
-"Beaux seins, belles fesses" de Mo Yan (nan c'est pas un roman érotique !)

Les dernières lignes d'un de mes livres préférés :

"... Elle ramènerait Rhett à elle. Elle savait qu'elle y parviendrait. Nul homme ne lui avait jamais résisté, lorsqu'elle s'était mis en tête de faire sa conquête.
"Je penserais à cela demain, à Tara. Pour le moment, je n'en ai pas le courage. Demain je chercherai un moyen de ramener Rhett. En somme, à un jour près...""

Je fais suivre à XG, au taiseux bavard ainsi qu'à Bibliobsession ce qui tombe bien, vu le débat qui a lieu en ce moment sur son blog, j'ai hate de voir comment il defendra les 4 auteurs qu'il ne lira plus jamais ;-)



jeudi 11 octobre 2007

L'enquête du Credoc expliquée aux nuls

Ce matin j'ai eu la chance d'assister, grâce à ma collectivité, à une conférence sur les résultats de l'enquête du CREDOC relative aux bibliothèques et à leurs usagers.
Brillamment orchestrée par Christophe Evans, sociologue à la BPI, brillamment, oui le terme n'est pas anodin : captiver un auditoire installé dans de confortables et moelleux fauteuils baignant dans une pénombre et bercé par le ronronnement du rétro-projecteur, avec un sujet ou les statistiques ont la part belle : jolie performance ! Merci

Tout d'abord amis disco-, vidéo-, phono-, thécaires des chiffres qui font mal :
les fonds des bibliothèques françaises sont constitués de :
92 % d'imprimés
7 % de phonogrammes
1 % de vidéogrammes


Contextes et objectifs :
[... L'enquête du CREDOC avait pour but de mesurer les changements survenus depuis la dernière enquête qui datait de 1997 ( la première étant de 1979 !), d'évaluer l'impact sur les Bibliothèques du "relâchement culturel" et d'apprécier l'incidence sur les bibs du basculement dans la société Internet...]

Après être parvenu à une moyenne nationale de 18 % du taux d'inscrits, c'était depuis le calme plat, jusqu'a ce qu'apparaisse les premières baisses...
Les chiffres laissent quand même à penser que tout n'est pas perdu :
si 60 % des bibs sont à la baisse 40 % connaissent une hausse !

Données qualitatives :
Dans l'esprit des français les bibliothèques sont aussi importantes que le droit à la santé, au logement ou à l'éducation (oufffff !)
Mais l'image et la visibilité sont désastreuses ! (Christophe Evans déplorait, à juste titre, le manque de signalisation des médiathèques dans les villes).
Liées à une méconnaissance des français de ce que sont devenues les bibliothèques, nous arrivons à des chiffres, malgré tout fort honorables :
Avec 35 % d'usagers, nous arrivons dans le classement devant les musées ! Yessssss
Parmi ces 35 % : 21 % sont inscrits et 14 % ne le sont pas et sont donc deux fois plus nombreux qu'en 1997 !
4 usagers non-inscrits sur 10 déclarent avoir empruntés des documents au cours de l'année, (vive le trafic de cartes :-))))

Prendre en compte les non-inscrits est une donnée importante, car nous avons tous ressentis cette baisse de prêt dans nos structures, tout en subodorant une fréquentation à la hausse, l'enquête du Credoc le confirme.
Il faut quand même être vigilant à certaines baisses notamment celle des 15-24 et des 35-44 ans (vous savez la ménagère de moins de 50 ans ! Au fait Télérama fait un article sur elle cette semaine ;-)
Au passage aussi, la déclaration choc du sociologue qui a fait réagir une bonne partie de la salle : "Une pratique qui se féminise est une pratique qui se dévalorise" (Nannn ne bondissez pas ce n'est pas un jugement de valeur mais un facteur sociolique, en tout cas ça n'a pas fini de jaser dans les chaumières ;-)

Revenons à nos moutons : La Bib attire de plus en plus d'usagers occasionnels et la durée de visite s'allonge (tu m'étonnes puisqu'ils sont pas inscrits sont bien obligés de consommer sur place !)
On vient moins souvent à la bib mais les occasions sont plus fréquentes ! (là j'ai du avoir une absence car j'avoue ne pas comprendre le sens du propos, je le mets quand même au cas ou quelqu'un aurait une idée ;-)
la bibliothèque c'est l'empire du milieu la classe moyenne y règne !
Nous n'enregistrons que 7% d'étudiants (bon si ils ne sont pas non plus dans les BU, ou sont-ils ?)
Le premier frein à la fréquentation est le manque d'habitude chez les non-inscrits
et le manque de temps pour les ex-usagers, arrive ensuite et seulement le problème des horaires d'ouvertures.

Je n'ai pas noté tous les chiffres mais par exemple les non-inscrits lisent beaucoup de magazines (bin oui de la même façon pas façile de lire "guerre et paix" sur place ;-)
On peut donc légitimement se poser la question : ne doit-on pas adapter nos collections à ces non-inscrits ?

Autre grande question la démocratisation des bibs a-t-elle échouée ?
Une fois de plus merci aux non-inscrits car c'est là une réussite, c'est ce public qui représente la fréquentation la plus élargie (au niveau des catégories socio-professionnelles)!
On peut quand même s'enorgueillir d'être l'établissement culturel qui permet le mieux la mixité sociale, on est même devant le cinéma ! Et toc !

La diversité des usages :
1 chiffre :
le travail sur place : 37 % utilisent les docs de la bib / 32 % viennent avec leur propres docs !

La j'ai pas aimé :
Pour trouver un roman à lire, la bib reste le premier lieu qui vient à l'esprit, ce qui n'est pas le cas pour la musique ni pour les films, la bib est complétement absente les gens pensent avant tout aux grandes surfaces spécialisées ou pas ! (et M... )

Internet est le premier vecteur de recherches documentaires y compris chez les usagers inscrits.
(que celles qui n'ont pas marmiton.org dans leur favoris lèvent le doigt ;-)

Pour conclure :

30 % des français estiment que c'est un lieu austère qui rappelle la scolarité (Bon c'est pas tout ça mais on a du pain sur la planche...)


Il ne s'agit que d'une vue partielle et partiale (la moulinette de mon cerveau peut avoir quelque peu perverti les propos de Christophe Evans ), le mieux étant encore de lire cette enquête qui vient de paraître : "Les Bibliothèques municipales en France après le tournant Internet"

mercredi 10 octobre 2007

un livre, un film

L'automne est là,
les feuilles tombent,
les jours raccourcissent,
le ciel est bas,
il fait gris
(pour info c'est la couleur à la mode cet hiver ;-)
il pleut
(je ne peux pas mettre les jolies chaussures pour lesquelles j'ai craqué ;-)
Bref la saison du spleen automnal.
Pour cultiver cette mélancolie un film : le superbe "Control" sur le (soupir !) très beau Ian Curtis (Sam Riley est à tomber ), un biopic de plus...
et un livre pour poursuivre dans la neurasthénie, sur les destins tragiques du rock (et il y a de la matière !)
"Le dictionnaire des destins brisés" de Bruno de Stabennrath chez Scali :
"crashes d'avion, accidents de voiture, overdoses, empoisonnements, bastons, défenestrations, fusillades, suicides, roulettes russes... Le rock and roll est un vampire imprévisible et plein d'imagination. Quand il brise un destin, ils veut tripler ses ventes et transformer le vinyle en platine et la postérité en jackpot... voilà le 4e de couverture du livre !


Joy Division - she's lost control BBC 1

Ah oui ! J'oubliais une autre perle mélancolique : Patrick Watson de la même origine que les Arcade Fire, dont j'attends avec impatience la sortie de l'album...

Bienvenue dans le rock dépressif...

mardi 9 octobre 2007

The référence

Hier soir j'avais préparé un billet pour citer le blog d'Affordance et son billet Evolution des ressources numériques en bibliothèques. Entre temps il a ajouté deux autres billets toujours aussi excellents dont un sur le fameux facebook etl'enquête de Danah Boyd, le plus simple c'est d'avoir un fil RSS vers son blog ;-)

lundi 8 octobre 2007

Les resaux sociaux

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait un post un peu sérieux.


Cette carte est empruntée à Affordance dont je vous recommande la lecture si vous ne connaissez pas déjà.

J'avais envie de livrer quelques ressentis sur le réseau "sochôle" comme le dit si bien Dominique Lahary et qui a mon sens permet cette nuance : chez nous le "social" a une connotation réductrice alors que si on l'évoque à l'anglaise il ouvre d'autres perspectives.
(Et aussi pour répondre à un discothécaire qui me demandait ce que je pensais des réseaux sociaux et à qui j'avais promis une réponse) :

Quelque réflexions qui bien sur n'engagent que moi et ne sont que le reflet de ma pratique du web 2.0 , rendues possibles par les résultats d'une enquête d'une chercheuse américaine Danah Boyd reprises un peu partout, notamment dans les inrocks, et qui me permet d'illustrer mes propos.

Pour moi les réseaux sociaux dans leurs pratiques continuent, comme dans la réalité, à sectoriser les individus en deux catégories les "ceuzzz qui ont"et les "ceuzzz qui n'ont pas" :
Danah Boyd : [...Les bons élèves sont sur Facebook, ils font partie de la classe dominante. au contraire MySpace est le point de repère des punks (ah bon y'en a encore ?) emos, goths, gangstas, queer et autres (Là elle y va un peu fort !) et qui ne comptent pas pousser leur études bien loin ....] [... FaceBook se positionne sur une orientation qualitative : rester en contact avec ses amis , alors que MySpace est lui sur un positionnement quantitatif avec comme créneau : élargissez votre cercle d'amis et exposez-vous"...]

J' ajouterais bien 2 autres données qui font que même si on est bon éléve on se retrouve dans la 2e catégorie : la complexité de l'utilisation et la barrière de la langue, nombre de ces sites sont en anglais.


Réseau : Etre ou ne pas être ?
Bien sur il y a les faciles MSN, Window lives... Mais curieuse et histoire de me sortir de Microsoft, je me suis créée un compte sur Facebook, j'y ai passé un bon moment avec mon anglais de cuisine pour finalement n'y trouver qu'un seul et unique ami (un conservateur qui en plus est désagréable avec moi ;-) Sniffff personne ne m'aime, je ne suis pas sociale !) Bon d'accord c'est vrai qu'en bonne normande j'ai joué la prudence et je n'ai pas confié l'intégralité de mes carnets d'adresse à Facebook je n'aime pas ce principe de donner carte blanche pour aller fouiller partout dans mes adresses tout comme l'explique Nicolas Morin.

L'autre intérêt de ces réseaux est le partage : là aussi on retrouve les deux catégories et je prends l'exemple de Librarything VS Babelio, l'un que je qualifierais d'élitiste car plus difficile d'accès et l'autre, bien sur, plus populaire car plus accessible, pour ma part le choix est fait car la pratique du web 2.0 se fait sur mon temps de loisirs donc je me tourne vers la facilité et le ludique, certes Librarything est bien plus élaboré et riche que Babelio, mais il nécessite un temps d'appropriation dont je ne dispose pas en tant que ménagère de moins de 50 ans ;-)

FlickR VS Picasa : le partage des photos. Au départ Flickr était en anglais, c'est vrai que maintenant il est en français ce qui facilite grandement les choses, on peut aussi partager ses photos sur Facebook. Mais une fois de plus, la facilité d'apréhension vous pousse vers Picasa, propriété de Google, et à nouveau si vous n'avez ni le temps ni la connaissance vous vous retrouvez dans la 2e catégorie et à merci de grandes multinationales.

Contraintes techniques (bah oui si l'idée est belle je reste bassement concrète:-) :
Chacun des ses sites exigent à chaque fois de se loguer, créer un compte, mot de passe... Et si vous ne mettez pas le même identifiant et mot de passe à chaque compte vous devez mémoriser ou stocker ces mots de passe, si par dessus le marché vous avez une pratique nomade du net (pas toujours le même PC pour vous connecter) je ne vous explique pas la galère ! Je suis sure qu'il y a certainement des astuces pour gérer le tout ?
Mais voilà je suis dans la 2e catégorie les "ceuzzz qui n'ont pas":
je n'ai pas la connaissance !

A l'heure actuelle le web 2.0 est pour moi une très belle philosophie (ah ! le partage, l'esprit communautaire, l'open... ) que je touche du bout des doigts mais qui me reste inacessible faute de connaissance, de temps... (Peut être que si mon employeur me donne du temps et de la formation... ;-)

Et des fois je me dis heureusement, je passe déjà tellement de temps sur la toile...
Trop pour une ménagère de moins de 50 ans qui n'a le temps de rien....

samedi 6 octobre 2007

Le complexe du homard

Ce samedi après-midi traîne en longueur
quand arrive (Oui ça vous rappelle quelque chose, mais cette fois-ci promis ce ne sera pas trash ;-)

Un jeune garçon en plein complexe du homard qui sort timidement un papier tout chiffonné de sa poche et me demande en bafouillant si j'ai "Dame Juane en collection profil", je lui fais répéter pour bien m'assurer du titre le faisant un peu plus bredouiller, (nan je ne suis pas sadique !) quand, tout à coup, mon collègue se lève et se penche au-dessus de la banque de prêt, mouvement de recul du jeune garçon se demandant ce que lui veut ce bibliothécaire, mon collègue lui murmure quelques chose à l'oreille.
Et là le jeune garçon déjà pas franchement à l'aise, devient écarlate
et remonte le plus rapidement possible la fermeture éclair de son pantalon sous mes yeux ébahis !

Je garde mon sérieux et lui trouve son Don juan de Molière en collection profil d'une oeuvre.

Aussitôt parti ma collègue, qui n'a rien perdu de la scène, et moi, laisssons libre cours à notre hilarité.

Hilares non pas à cause du jeune homme
mais à cause de cette solidarité masculine qui lui aura valu la honte de sa vie (d'ado)...



vendredi 5 octobre 2007

Marabout, bout de ficelle

Dites les blogueurs : ça vous est déjà arrivé de vous faire marabouter ?

C'est incroyable ce qu'ils sont à la pointe de la technologie,
je me demande si il existe la version vaudou... J'imagine bien planter des aiguilles dans une poupée virtuelle pour me défouler ;-)



En tout cas "venir me voir pour votre bien-être" à la place de "desperate librarian housewife ! EXDR, on voit tout de suite l'arnaque :
le jour ou ma fréquentation procurera du bien-être..
;-)





jeudi 4 octobre 2007

Comment donner de la réalité au virtuel

J'ai l'impression que ce genre d'initiatives se multiplient, cela correspond-il au besoin des blogueurs de ne pas se sentir isoler dans leur bulle ? De montrer que quelque part en plus d'être un phénomène de société (nann j'exagère pas) le blogueur n'est pas qu'un geek ?


Rencontres du blog d'expression locale
Recommandé par des Influenceurs

J'ai aussi trouvé une rencontre de blogueurs dans ma ville :

Sinon il y aussi le wi-fi picnic, à réserver pour les beaux jours ?
"...Petit récapitulatif, utile pour comprendre ce nouveau concept insolite s'il vous avait échappé, après le flash mob, voici donc le wifipicning/bulle wifi...

Le principe : on donne rendez-vous à des personnes que l'on connaît ou non, dotées d'ordinateur portable équipé d'une carte wifi (lire : wifi pour les nuls), chacune peut être accompagnée d'amis non-équipés - c'est mixte. Le but étant de tous se connecter dans un réseau local sans fil (bulle wifi) totalement autonome et temporaire (sans fil, sans électricité et non relié au Net) ouvert à tous, dans des espaces publics d'une portée de 30 mètres environ.

Tous ceux qui sont connectés sont physiquement présents dans ce périmètre...

L'idée étant de permettre d'initier un dialogue ludique entre les personnes connectées, situées dans un même espace proche, favoriser le voisinage et la créativité.

Autour de cela, on boit un verre, on picore et on discute aussi en vrai (et on met des miettes de chips partout sur le clavier ?;-)

Comme le pique-nique, le wifipicning, est l'occasion d'un partage autour d'un lieu convivial. Ce n'est pas compliqué et c'est même ludique

A voir ?

En tout cas je crois que je vais essayer...


mardi 2 octobre 2007

lundi 1 octobre 2007

vous avez demandé the Police

Ne quittez pas...
Ca y est je suis allée au stade de france,

je crois que c'est la première fois que je mettais les pieds dans un stade !

Et...... J'ai pas aimé ;-(

Tout d'abord, le stade de France pour moi c'était mythique, j'avoue l'avoir trouvé plutôt banal, pas d'impression de gigantisme, des vendeurs de saucisses partout, des CRS dans tous les coins, des policiers en civil qui parlent à leur manche de chemise...
Evidemment en digne représentante de la gente féminine ma première étape a été les toilettes, m'étonnant qu'elles soient dépourvues de lavabos on m'a fait remarquer que d'après les statistique se laver les mains étaient plutôt une habitude féminine et au cas ou je ne l'aurais pas remarqué j'étais dans un stade, endroit habituellement fréquenté par l'autre représentation humaine donc autant ne pas faire d'investissements inutiles !
Le concert en lui-même a été très moyen même si Sting est toujours aussi séduisant, enfin sur écran vu que la taille réelle de là ou j'étais le faisait avoisiner les 3 cm de haut, de plus il y avait un effet d'écho désagréable.

Et la sortie !

L'horreur ! un mouvement de foule qui donne le vertige, l'impression de moutons qu'on a parqué et les cow-boys déguisés en CRS qui essaie de canaliser la foule de leur air le plus aimable.

Coincés pendant trop longtemps dans un tunnel piéton ou régnait une odeur pestilentielle, nous avons fini par rejoindre notre bus ou pendant que nous attendions quelques égarés nous avons pu apercevoir quelques rats, pas égarés eux, qui traversaient la route !

Je continuerais à préférer les petites salles à ces grands shows calibrés et sans âmes ....

PS : comme promis à certains nous n'avons pas abimé la pelouse ;-)