lundi 31 décembre 2007

Tout n'est pas perdu

Lueur d'espoir en cette fin d'année, nous n'aurons peut être pas besoin de nous recycler, par contre pour les fonds documentaires imprimés...



["... Plus de la moitié des Américains disent s'être rendus dans une bibliothèque l'an dernier, la plupart pour l'accès internet qu'elles proposent plus que pour les livres, selon une étude du Pew Internet & American Life Project.

Parmi les 53% des adultes américains concernés, la majeure partie étaient de jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans, férus de technologie, un groupe de population surnommé "Génération Y", apprend-on dans le rapport publié dimanche.

"Ces résultats bouleversent notre vision des bibliothèques"(Ah oui ? ;-) écrit Leigh Estabrook, docteur émérite de l'Université de l'Illinois et co-auteur du rapport.

"L'usage d'internet semble créer une soif d'information et ce sont les jeunes gens férus d'informatique qui sont les plus susceptibles de fréquenter les bibliothèques", dit-elle.

Les internautes sont deux fois plus enclins à se rendre dans un bibliothèque que les autres, selon l'étude. (A rapprocher de ceux qui téléchargent de la musique et qui sont aussi ceux qui achètent le plus de musique ? )

Plus des deux tiers des rats de bibliothèques (Tsssss ! Ca fait pas sérieux cette expression dans une étude !Préjugés quand tu nous tiens !) tous groupes d'âge confondus, disent utiliser les ordinateurs entre les étagères, 65% d'entre eux s'en servant pour surfer sur le web et 62% pour rechercher des références de livres (qui c'est qui disait, déjà, que les OPAC c'était fait que pour les bibliothécaires ?)

Les bibliothèques publiques américaines proposent aujourd'hui des cours scolaires de soutien en ligne, des programmes ludiques spéciaux, et quelques-unes ont même créé des avatars dans le monde virtuel de Second Life, ajoute Estabrook, qui souligne qu'elles restent un lieu communautaire et de rencontre entre voisins (On sait quoi faire l'année prochaine ;-)

L'étude montre que 62% des personnes interrogées issues de la "Génération Y" ont répondu qu'elles s'étaient rendues dans une bibliothèque publique dans l'année, selon une tendance inversement proportionnelle à l'âge du sondé :
Près de 57% des adultes âgés de 43 à 52 ans ont dit être allés dans une bibliothèque en 2007, contre 46% des 53-61 ans, 42% des 62-71 ans et à peine 32% des plus de 72 ans.

"Nous avons été surpris par ces résultats, particulièrement ceux liés à la 'Génération Y'", dit Lee Rainie, co-auteur du rapport et directeur du projet Pew. En 1996, une étude de la fondation Benton montrait que les jeunes générations ne voyaient plus l'intérêt des bibliothèques à l'avenir.

"Dix ans se sont écoulés et leurs frères et soeurs sont les utilisateurs les plus avides de bibliothèques" (Yesssssssssssss !) ajoute Rainie.

L'étude, commandée par l'institut fédéral des services de bibliothèques et de musées, a conduit à interroger par téléphone un échantillon de 2.796 Américains, de fin juin à début septembre.
Julie Vorman, version française Patrice Mancino ...."]

mercredi 26 décembre 2007

[HS] c'est Noël

De la pub pour un livre (sur les spams ;-) mais une pub vraiment originale, qui fera rêver tout ceux qui ne savent pas faire autrement que de laisser brûler leur tartines le matin...
Ou qui sait une idée pour décorer les brioches qui accompagneront le foie gras ?


lundi 24 décembre 2007

Toujours et encore

Catégorie : Tyran domestique
Jamais de vacances pour la ménagère, donc pas d'interrupton prévue pour ce blog, sauf abus de chocolat.
Par contre pour elle :
Avant

C'est vrai quand même avec l'allure qu'elle a, elle ne pouvait pas aspirer à grand chose d'autres dans notre société du paraître

Après

Apprêtée par la ménagère pour paraître sur la table décorée

Ayant menacé de m'adresser directement au Père Noël si on continuait à me poser 50 fois par jour la question

"c'est quand Noël ?", je m'étonnais d'avoir si bien réussi et plutôt fière de pouvoir dire

"Mes enfants ! Noël ? Pensez-vous ça ne les touche pas plus que ça !"

Jusqu'a ce que je tombe sur ça :

D'habitude le mot d'ordre des playmobils, c'est partout et n'importe comment, surtout sous mes pieds quand je n'ai pas de chaussons !

mon regard a donc été attiré par cette concentration organisée Eux n'attendent plus

IL est déjà arrivé

et apparemment la distribution a commencé...

Non non mes enfants n'attendent pas Noël !

samedi 22 décembre 2007

Et je n'aime toujours pas les samedis

Même avant Noël...


Un jour comme celui-ci on se dit que tout le monde doit être en train de boucler les dernières courses, que la ménagère s'affaire pour que son "home sweet home" soit briqué pour ce merveilleux jour ou les yeux des enfants s'illumineront et brilleront autant que le parquet qu'elle aura amoureusement ciré...(Ok il est vitrifié et plus besoin de mettre les patins ;-)

Bref donc comme je n'aime ni les courses ni le ménage, je travaille et ça m'arrange, surtout que je me disais : il n'y aura personne à la bibliothèque, ça va être une journée tranquille...

Sauf que c'est un SAMEDI,

je devrais le savoir pourtant !

Résultat : plein de monde (on leur a pas dit qu'ils allaient peut être avoir des livres et des CD à Noël et qu'ils n'auraient pas le temps de lire et écouter les notres, alors que ce n'etait pas la peine de venir ? Je plaisante bien sur ;-)

Le facteur a du se dire la même chose car il n'a pas distribué le courrier, la journée a donc commencé par les reproches des habitués ne pouvant lire leur quotidien !

Yessssssss ! Se faire engueuler le matin à l'ouverture, on sent la journée qui démarre bien

Surtout quand le chauffage a décidé lui aussi de faire la trêve des confiseurs au moment ou il fait le plus froid... On n'a pas encore les moufles pour taper sur le clavier mais ça ne saurait tarder au rythme ou nos lecteurs oublient les leurs (bin oui pas facile de tourner les pages avec des gants ;-)

Et en ce jour de trève, bercée par les chants (navrants) de Noël du centre commercial entrecoupés par les messages du genre :
"Le petit Dylan, 3 ans, attend ses parents à l'accueil"
"Jingle bells, jingle bells, jingle bells..."
La maman du petit Quentin est attendue à l'accueil"
"Petit papa noël quand tu descendras du ciel..."

Et bien je me suis retrouvée à séparer deux jeunes filles qui se battaient (et les filles quand elles commencent à se battre je vous jure c'est pire que des chats... )

Tout ça parce que l'une d'entre elle a téléphoné et que ça empêchait de travailler l'autre installée à la table à côté !

Incroyable ! Se battre pour pouvoir travailler tranquillement à la bibliothèque !

Moi qui crois en l'auto-régulation par les lecteurs j'ai été excaucée au-delà de mes espérances (mais je vais peut être revoir mon point de vue...)

Retour à la maison : "mais pourquoi tu es aussi enervée ?"
"Moi énervée ? Mais je Ne suis PAS énervée !"

Je vous souhaite un joyeux noël



mercredi 19 décembre 2007

Interlude (suite)

Pour rivaliser avec les photos précedentes... Cette fois il ne s'agit pas d'une photo de 1958,
Mais bien d'une photo prise ce mardi vers 9h30
Je n'avais jamais fait attention qu'il existait des modèles de fichiers avec des clefs...

dimanche 16 décembre 2007

Interlude


Un site trouvé par hasard et qui contient des photos
de bibliothécaires....
view images
déjà en 1958....
des bibliothécaires musicaux ;-)


et toujours à la pointe des nouvelles technologies !

samedi 15 décembre 2007

Médiation

Catégorie : Tranche de vie Part I
En ce moment c'est un peu la folie. comme nous sommes situés au coeur d'un centre commercial nous récupérons les âmes égarées, abruties par les hauts-parleurs du centre, des êtres qui ne sont plus que des extensions à cadeaux, agressés par la souris, l'ours polaire et le poussin géants qui arpentent les galeries, et qui meurent d'envie de ....

Lire ?
Ca va pas non !
Non seulement savoir ou se trouvent les WC !


Mais c'est vrai qu'une fois leur envie assouvie, on les voit ralentir le rythme, regarder les rayonnages, toucher les livres et même l'impensable en prendre un et s'asseoir !...

Parfois dans un sursaut ils tentent l'impossible nous demander comment profiter de ce havre de paix

(enfin j'enjolive un peu parce qu'en général c'est plutôt) :


"comment on fait pour louer des livres ?"



J'adore... Parce que c'est là que je peux faire mon numéro, sortir ma panoplie d'hôtesse d'accueil, prendre ma voix d'aéroport pour leur expliquer tout l'intérêt qu'il peut y avoir à fréquenter une bibliothèque :


Oui ils peuvent consommer sur place sans payer,

si l'article ne leur plait pas ils peuvent l'échanger même 3 semaines après aussi souvent qu'ils le souhaitent et même si ils l'ont utilisé.

Ils peuvent faire l'échange contre n'importe quoi même dans un autre rayon que celui ou ils ont trouvé leurs articles,

d'autre part ils bénéficient d'une carte de membre privilégié qu'ils leurs donnent droit à plein d'avantages : concerts gratuits, rencontre d'écrivains...

Et même parfois ils peuvent aussi avoir droit si ils le souhaitent à des conseils pour savoir si l'article qu'ils ont choisi leur va bien...

Non je délire à peine....




Part II

Samedi
était organisé à la bibliothèque un pestacle,
Super me dirait vous ? Oui bien sur quand tout va bien et le samedi rien ne va jamais.
La journée a donc démarré avec pour ma part une certaine apréhension
Et ça n'a pas raté : le technicien qu'on attendait depuis une 1/2 a fini par trouver le numéro de teléphone de la bibliothèque faute d'avoir trouvé la bibliothèque, il a donc fallu aller le récuperer lui et son matériel ! Et c'est lourd du matériel de sono, surtout quand on ne s'y est pas préparés : et qu'on a prévu la jupe et des talons au lieu d'un bleu de travail ;-)

Ensuite il a fallu déplacer un certain nombre de tables de travail et mettre la pression pour que tout soit installé avant l'ouverture de la bibliothèque : genre harceler le technicien pour qu'il n'y ait pas de câbles ou d'outils qui traînent, vous savez le genre de trucs qui vous fait passer pour une bibliothécaire revêche aux yeux des non-initiés...

A l'ouverture de la bibliothèque il a aussi fallu gérer les usagers mécontents du "bruit", du manque de tables pour travailler tout en assumant ce qu'on nomme le "service public" : prêt/retour, renseignements, téléphone... Notre quotidien.

Et cerise sur le gâteau : la visite au PC sécurité pour leur demander la possibilité de prendre les coursives de service avec le matériel démonté pour éviter la galerie du centre commercial un samedi après-midi de noël.

Des enfilades de couloirs et d'escaliers, une journée passée à courir...


c'est le souvenir de ce samedi ...


Retour à la maison :
- Tu devais pas profiter de ta pause déjeuner pour continuer à trouver les cadeaux de noël ?
- Hein quelle pause ? Ah oui manger, bin en fait j'ai pas mis le nez hors de la bib, j'ai pas eu le temps.
- Sortir ce soir ?
- Pffffffffffffff grmgnpasgremgnenviegrmgn ! Faire comprendre aux amis que le samedi soir, les bibliothécaires n'ont parfois qu'une envie, aller se coucher !

Et en plus je ne me plains pas, pour une fois j'ai vu le spectacle presque en entier, de plus j'ai la chance de faire partie d'un réseau d'annexes qui bénéficie d'une équipe de médiation qui s'occupe de l'organisation.

Le spectacle : du slam pour les enfants était vraiment de qualité avec un personnage diaphane, une jeune femme en duo avec un slameur, une guitare électrique, deux voix, beaucoup de douceur, d'équilibre, un bien joli spectacle, dans ce brouhaha panique de l'approche des fêtes de fin d'année...


jeudi 13 décembre 2007

Pire que la dispariton du CD

Si c'est possible ;-)

Ce matin bibliothécaire parmi d'autres j'assistais à une conférence sur le devenir de notre profession, comme d'habitude personne n'a bronché quand le conférencier a parlé de la disparition du CD et du DVD (tout le monde est au courant maintenant et tout le monde s'en f... OK OK je ne vais pas remettre un couplet sur la disparition de la musique en bibliothèque ;-)




Mais quand il a annoncé que le Quid 2008 ne paraîtrait pas en édition papier
(il a du lire Télérama dans le train qui l'amenait de la capitale ;-)
un frisson d'effroi a parcouru l'assemblée !


Je crois que là ça y est :
Avec cette disparition annoncée certains ont commencé à mesurer l'ampleur de la catastrophe à venir, autant les liseuses laissaient de marbre et passaient pour des gadgets autant la disparition de cette vénérable instituion qu'est le Quid signe l'annonce d'un déclin prochain...

Amis 'thécaires de tout bord bienvenue dans le monde du virtuel ;-)
Bibliothécaires orphelins rejoignez-nous, réflechissons et unissons nos forces (ok j'arrête c'est vrai que ça fait un peu pub pour le gaz naturel ou propagande soviétique;-)

Mais vous verrez ça ne fait pas mal et on peut quand même garder espoir

mercredi 12 décembre 2007

coup de coeur

Bin oui je persiste n'en déplaise au bibliobsédé ;-)...

Et moi quand je vais à la bibliothèque j'emprunte les CD en rayon, je cherche pas ceux qui sont en traitement ;-)
en cherchant David Guetta (on est priés de ne pas rire, c'etait pas pour moi ;-) je suis tombée sur DJ Shadow, c'est vrai que j'aimais déjà bien, mais dans celui que j'ai emprunté il y a un DVD avec des bonus (tiens au fait faudra que je demande au bibliothécaire si il a bien les droits pour le prêter ? ;-)

Evidemment avant de me rendre compte que c'etait un DVD j'ai tenté de le mettre dans mon auto-radio en pestant contre ces fichus DRM qui empêchent la lecture des CD, d'habitude j'aime pas trop les DVD bonus, mais depuis quelque temps et internet j'ai pris l'habitude de regarder en même temps que j'écoute (merci Dailymotion, Youtube ..)

Et en regardant de plus près la bio de DJ Shadow, j'ai compris, il est certes à l'origine de l'abstract hip-hop, plus communément appelé trip-hop ("communément" n'ont jamais du croiser la PCDM4 ceux qui écrivent ça ;)

Et revoilà le trip-hop que j'aime toujours autant ! DJ Shadow a en plus cotoyé des noms qui finissent de me convaincre : Thom Yorke (au fait il paraît que Radiohead serait en train de passer contrat avec I-tunes, ils nous ont bien eus hein ?) Massive Attack, DJ Krush que j'adore aussi et pis Wong Kar Wai (le fabuleux réalisateur d'"in the mood for love" au cas ou vous auriez oublié) bref que des gens bien.

De la musique répétitive, des samples, des boucles, du talent....




Dj Shadow-You Can' t Go Home Again
envoyé par samithemenace

mardi 11 décembre 2007

Tecktonik

Un peu de régionalisme...

Et de pédagogie : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la tecktonik
;-)


La Tecktonik c'est quoi ?
envoyé par seine-maritime

Un autre monde : si vous avez l'occasion jetez un oeil sur les commentaires qui vont avec ce clip... Je crois qu'il faudra aussi une formation sur cette nouvelle langue...

dimanche 9 décembre 2007

[re]tour à l'anormal

Je n'ai pas beaucoup été présente à la bibliothèque cette semaine, mais suffisamment quand même pour tomber sur LE fait de la semaine, à croire qu'on attend mon retour...




Ca faisait longtemps qu'il ne m'était rien arrivé !




J'ai donc eu droit à la visite du fétichiste du pied, après s'être fait virer des différentes bibliothèques ou il a sévit, nous l'avons récupéré ce samedi après-midi...

Quand mon collègue est venu me prévenir qu'il y avait un type allongé sous une table en train de lire, j'ai compris que ce serait un samedi avec.

Nous voilà débarquant dans la salle de lecture pour y trouver effectivement bien en évidence au milieu de la pièce au vu et au sus de tout le monde (et dans la quasi-indifférence, ce qui n'a de cesse de me laisser perplexe ), un homme allongé à plat ventre en train de lire comme si de rien n'était, sauf qu'il avait le nez juste un peu à 5 cm des pieds d'une femme !

En charge de faire régner l'ordre et la bienséance dans la bibliothèque, j'ai pris mon air de bibliothécaire revêche pour l'interpeller (Comment ça trop facile ;-)

Sûre de moi je m'imaginais trouver le pervers idéal, j'ai eu en m'approchant et en découvrant un homme habillé sportswear, là mon alarme interne a commençé à me dire qu'il allait certainement me falloir trouver un argumentaire un peu plus étoffé que prévu...

Il est donc sorti de sous la table un jeune homme, blond aux yeux bleus à qui j'aurais donné le bon dieu sans... (selon la formule d'usage...). Rassurée par le fait qu'il etait quand même trop rouge et transpirant pour être honnête, j'ai alors demandé à la jeune femme si il l'importunait, hésitante dans sa réponse j'ai pris la décision que de toutes façons cette position était indécente dans la bibliothèque et tout en disant ça, d'un ton implacable, je levais les yeux et aperçut dans mon champ de vision une jeune femme assise en tailleur devant une étagère elle aussi un livre dans les mains ! Priant pour qu'il ne l'aperçoive pas, en me demandant comment j'allais pouvoir me sortir de ce mauvais pas ! (comment expliquer la différence ? C'est une question qui m'a suivi encore longtemps après) heureusement il a été plutôt sympa et s'est relevé en me disant que c'etait dommage la moquette était vraiment confortable !


Une fois le fétichiste parti, je suis revenue voir la jeune femme (plutôt jolie) pour essayer de comprendre un peu : son absence de réaction par exemple ! Elle m'a expliqué qu'elle l'avait effectivement trouvé bizarre et quand elle l'a vue s'allonger elle a pris son sac, posé à terre, pour le mettre sur la table et à partir de là concentrée dans son travail le reste elle s'en fichait !

[...Autrui nous est indifférent et l'indifférence n'incline pas à la méchanceté..]
Marcel Proust




mercredi 5 décembre 2007

Billet supprimé

En réponse à certaines interrogations oui un billet a été supprimé,
car il n'est pas dans mon intention de mettre quiconque dans l'embarras ou de jeter le trouble.

Je ne souhaite pas non plus que mes propos soient interprétés ou utilisés,
Ce blog est l'expression de ma pensée et j'en suis la seule responsable.

lundi 3 décembre 2007

Droit devant

Avant de prendre la route vers des régions inconnues,
un peu de lecture et de reflexion, avec un billet lu chez " de tout sur rien" : Passe ta cagoule on a une intervention :
"... Je pense donc pour ma part au montage d’une équipe de biblio-informaticiens ayant vocation à intervenir au niveau national, et donc les missions pourraient être :
- une veille technologique pointue
- du développement de solutions ou une participation à des projets déjà en cours au niveau international (où sommes-nous sur la scène biblio-informatique mondiale ?…)
- de l’accompagnement et du conseil de terrain, dans les SCD, à la demande de ces derniers (soit pour cet item, un travail de consultant, les coûts en moins, le sérieux en plus…)
tout le travail de cette équipe devant être reversé rapidement à la communauté des bibliothèques. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il ne s’agit pas dans mon esprit de monter la nième usine à gaz humaine, produisant des rapports et des trucs éthérés dont tout le monde se félicite, mais qui ne servent à rien..."



Evidemment l'idée est geniale, si on passe sur la force d'inertie de nos structures,
mais seulement il y a un mot qui met tout par terre :

SCD

Hé oui, amis territoriaux ce n'est pas pour nous ;-(

Sérieusement, j'ai lu il n'y a pas si longtemps (mais je ne sais plus ou...) un billet expliquant que peut être nous pourrions nous mutualiser pour toucher tous les publics quelles que soient nos structures.. Si on pouvait aussi mutualiser nos expériences et nos idées (soupir)

Et je me dis que l'espace d'expérimentation dont parlait Xavier , évoqué aussi chez bibliobsession et d'autres... pourrait contenir ce volet commun de reflexions ?


PFFFFF ! J'avais prévu d'écouter de la musique sur la route pas de reflechir, j'aurais pas du ouvrir mon PC avant de partir, je me l'étais promis pourtant...

dimanche 2 décembre 2007

Pause

quelques jours sans bloguer...
Mais je ne devrais même pas avoir le temps d'être insupportable

Puisque ce ne sera pas tout a fait une cure de désaddiction car je serais
at "the place to be" :


Et vendredi l'autre haut lieu ou il faudra être :
(et ou je serais ;-)


Rencontres du blog d'expression locale

samedi 1 décembre 2007

Ménagère énervée

Bon je sais revoilà la ménagère de moins de 50 ans, désolée !

Mais si j'en parle aussi souvent c'est parce que j'ai eu beaucoup de mal à m'habituer à cette appellation et encore plus à l'idée d'en faire partie, alors quand je lis des articles comme celui de Mr Olivier Bomsel, je fais des bonds (oui définitivement la lecture devant un écran n'a rien de passif ;-) C'est l'article entier qui m'a fait réagir, m'enfin c'est quoi cette société qui démonte tout, on va finit par tous s'entretuer si ça continue) : "l'UFC-que choisir est une secte de charlatans" !
Il faut savoir que ce Monsieur a fait partie de la fameuse commission Olivennes, ça doit être pour ça que je suis tombée sur son article (hélas) qu'on puisse avoir un avis divergent, j'entends bien, mais qu'on insulte de cette façon une représentation de consommateurs (consommateur : oui vous savez l'idiote de ménagère de moins de 50 ans (entre autres) qui va faire les courses pour toute la famille et qui des fois se renseigne avant d'acheter le lave-linge meilleur rapport-qualité prix ;-)
Hérissée par le fait que je lise parfois le magazine d'une secte de charlatans et qu'en plus je mette ce magazine à disposition des lecteurs, je lis un peu plus loin dans l'article : "Une secte car elle ne représente qu’elle-même et instrumentalise le consommateur dans le débat public. De charlatans, car elle prétend traiter par des remèdes de bonne femme (licence globale, libéralisation du piratage) les problèmes sophistiqués posés aux médias par l’économie numérique".
Je m'etrangle de rage : "comment peut-on résoudre des problèmes sophistiqués par des remèdes de bonnes femmes ?"
Il y a d'autres moyens d'expliquer ses désaccords sans tomber dans la calomnie et le mépris, je deteste cette expression qui nous renvoie à nos fourneaux et à des temps anciens ou l'on faisait si peu cas de l'être humain (la femme ? bin non c'etait pas un être humain ?)
Voilà c'etait mon coup de sang d'une fin de semaine usante, riche en faits de ce genre, résultat d'une société sans repères ou l'on brûle les bibliothèques ou on considère l'internaute comme un délinquant, ou bientôt on considèrera l'autre tout simplement parce qu'il n'est pas comme vous, parce qu'il s'intéresse à des choses différentes, parce qu'il a d'autres centre d'intérêts, parce qu'il n'a pas laissé sa part de cerveau disponible, parce qu'il a un peu de culture ...
De plus en plus j'ai l'impression d'avoir un avis différent : malheur à moi qui ne considère pas le lecteur comme un délinquant potentiel, il va être temps que je m'isole sur une île deserte...