samedi 29 septembre 2007

Dons

Quand je dis qu'on a n'a pas un métier facile ;-)

Hier est arrivée une jolie femme (ça c'est moi qui le dis)
encadrée par deux charmants jeunes hommes (là c'est mon collègue qui le dit : je précise pour que vous n'y voyiez aucun jugement de valeur ;-)
Un des jeunes hommes portait un carton qu'il a déposé sur la banque de prêt pendant que la charmante jeune femme s'adressait à mon collègue "ce sont des dons, je vous les laisse"
(Les livres pas les jeunes hommes ;-)
elle a aussitôt tourner les talons suivie des ces deux escort boys...
Evidemment première réaction : on s'est précipités pour ouvrir le carton et.....

Pour info je ne sais pas si c'est du à la lecture des ces oeuvres mais la jeune femme avait l'air particulièrement épanouie ;-)

ô merveille !

Plus d'une vingtaine de livres, sur des sujets ou nous n'avons jamais assez de documents et ou nous devons toujours faire des impasses faute de budget !

Quelques titres en vrac :

-le kamasutra des paresseuses

-Choisir qui on aime

-Pourquoi les hommes mentent et les femmes pleurent

-268 nouvelles façons de rendre un homme fou de désir

-blondes ou Brunes

-Ne vous noyez pas dans un verre d'eau : petit guide à l'usage des hommes

-La conversation amoureuse

-Quand c'est fini, C'est fini !

-la rupture

-Le merveilleux divorce de Juliette B.

...

Réaction des collègues : "vous n'allez pas mettre ça en rayon ?"

Nous : "Bien sur que oui !"

J'adore mon métier ! :-)))







vendredi 28 septembre 2007

On continue...

... La représentation de la bibliothécaire cette fois-ci dans la danse :-)
Un extrait d'un article (très) critique sur un pestacle qui débute au théâtre de la ville : "myth", sous-titré "rats de bibliothèque"

[« Myth », convie sur scène 14 danseurs-acteurs et les sept musiciens de l’ensemble Micrologus pour une danse macabre dans un décor de bibliothèque universitaire...] (gnark, gnark même les BU y passent :-)

[... Comme des rats de bibliothèque, des danseurs devenus des ombres jouent des tours aux cinq personnages présents sur scène : un grand black efféminé, une jeune fille trisomique, une rousse en chignon banane, une dame en gants blancs et un militaire...] (Je vous laisse deviner quel personnage est le/la bibliothécaire ? )

Réponse : [...Il faut alors se contenter des monologues parfois croustillants d’un black qui ne sait pas s’il est un homme ou une femme, ou des crises d’hystérie contrôlées d’une bibliothécaire rousse un peu coincée...]
Le compte est bon : chignon, hystérique et "juste un peu" coincée, l'honneur est sauf ;-)

Jusqu’au 6 octobre 2007 au Théâtre de la Ville (Paris)

mardi 25 septembre 2007

Baril de poudre

Toujours à destination des ménagères de moins de 50 ans :

Après le site "le bal du prince" voici le site du "Prince Charmant" : enfin un site sur le crétin qui a bercé notre enfance et nos illusions...

Sinon pour les ménagères de moins de 50 ans accomplies que nous sommes devenues, la plus célèbre lessive de notre enfance relance l'idée du cadeau (au passage vous remarquerez le progrès : la version lavage à la main existe toujours !) :
Allez qui n'a pas plongé avec avidité ses mains dans le baril de lessive tout neuf pour trouver le cadeau ?
Et bien c'est fini !
Autre temps autres moeurs nos chères têtes blondes ne connaitront pas ce bonheur, pas besoin de mettre de la lessive partout pour trouver le cadeau, celui-ci sera virtuel : le téléchargement d'un titre d'Universal ! Je n'ai pas vu si il y avait des DRM attachés, mais je crois que je le saurai rapidement car lors de ma prochaine visite au supermarché mon côté -thécaire curieuse va se battre contre mon côté rationnel de ménagère de moins de 50 ans...

Et aussi afin de faire plaisir à une progéniture (comme quoi Procter et Gamble une nouvelle fois ne s'est pas trompé de cible, j'ai beau être -thécaire je n'en reste pas moins mènagère de moins de 50 ans ;-)

Marmaille à qui j'achèterais volontiers un code de téléchargement (si ça me permet de déculpabiliser lorsque je les abandonnerais pour aller voir "Control" le film sur Ian Curtis, progéniture qui ira ausi faire un tour dans une célèbre chaîne de fast-food pendant que j'irais voir Police à Paris !
Je sais : c'est pas bien ! Mais c'est là notre quotidien et ses petits arrangements ;-)

lundi 24 septembre 2007

Que sont les punks devenus ?

Samedi par une belle après-midi ensoleillée (si si c'est possible ;-), je suis allée m'enfermer (vous remarquerez mon sens du sacrifice après l'été pourri qu'on vient d'avoir) pour assister à cette conférence sur le mouvement punk présenté par Christian Victor, un retour et un éclairage sur ce "dernier cri de révolte des babyboomers", un mouvement lié intrinsèquement par le même desespoir la même noirceur à l'underground de la Factory mais elle plus chic : Le pop art marchait à la cocaïne et le punk à l'héroïne.

Un rappel aussi : la Normandie est toute proche de l'angleterre et son influence n'est pas anodine, j'ai appris à l'occasion que le premier club de rugby était né dans la région ;-) Et non dans le Sud comme je l'ai toujours pensé.

Et puis il y a eu le concert : "L.A Wash" a joué quelques morceaux mythiques du punk : Stooges, Sex Pistol , Ramones et.... Plastic Bertrand ;-) Vous remarquerez dans le rond noir l'affichette habituelle dans les bibliothèques signalant que le telephone portable est interdit, car à l'origine de bruit pouvant déranger les usagers ;-))))))) rien n'empeche de continuer l'activité habituelle de la bibliothèque ! Pour ma part j'avais quand même des bouchons d'oreilles !

Une des bibliothécaires me faisait remarquer qu'en matière de rebelles la tenue pantacourt et tongs laissait à désirer, tssss ces bibliothécaires toujours à remarquer le détail qui tue ;-)

Ce fut un moment réellement magique, les gens présents interessés et interessants, l'occasion aussi de me replonger 30 ans en arrière...
De chercher dans ces visages oubliés, d'autres pour qui le "no futur" a été hélas une réalité consciente ou inconsciente, cette génération sacrifiée encore plus quand on habite dans une ville touchée de plein fouet par la crise des années 70.
Une ville qui a connu son essor au XIXe dans le textile "le célèbre drap d'Elbeuf" et pour qui, à partir de là, la descente aux enfers ne s'est plus arrêtée.
Une ville ouvrière aux ouvriers sacrifiés, le cocktail habituel : chômage, misère, alcoolisme, illetrisme, ici le no futur est une réalité. Contrairement aux villes du Nord ou la mine a vu la naissance d'une culture militante et syndicale, ici rien, les ouvriers ont continué à courber le dos à ne rien revendiquer, après le textile l'espoir de survie reposant sur l'embauche dans l'industrie automobile qui a pris la suite, je sais qu'Elbeuf n'a pas l'apanage de la misère, ce qui me chagrine, c'est l'absence de culture, même populaire, cette fatalité qui ne pousse qu'à survivre, à ne rien espérer d'autre, culture de la misère qui n'est pas issue de l'immigration, elle est là présente depuis des centaines d'années.

Etre née dans cette ville ne peut qu'être un handicap et le salut dans l'expatriation. Tout y est glauque même encore maintenant, quand il m'arrive de la traverser, à voir certains visages, j'ai le cafard. Et pourtant je ne m'en suis pas si éloignée que ça : je n'ai fait que changer de rive.

Vous allez penser que j'exagère, lisez donc le dernier Franz-Olivier Giesbert "l'américain" ou "voleur de poules" de Roger Knobelpiess autre elbeuvien célèbre.

Quand je fais le compte de ce que sont devenues mes camarades de primaire, celles dont je me souviens du moins : je ne sais pas combien ont atteint le bac, mais 2 ont faits de la prison, 1 overdose, et un certain nombre d'alcooliques édentées qui errent dans les rues sinistres, âmes perdues souvent proches de la folie... (Ambiance "Bye bye Blondie" de Virginie Despentes)

Le punk symbolisé par son désespoir poisseux oui je crois que je le comprends.
Et voilà je voulais faire un post sympa sur ce moment très joyeux et c'est raté ! P... de racines

dimanche 23 septembre 2007

La poisse

Il paraît que cette année est une année à 13 lunes (dixit les paysans normands ;-)

J'ai encore raté "Desperate house wife" jeudi soir :

Mes voisins n'ont rien trouvé de mieux a faire que de mettre le feu chez eux en allumant la cheminée, donc alertée par le bazar dans la rue, j'ai passé ma soirée à admirer les pompiers à l'oeuvre, attention on jouait dans la cour des grands : la grande échelle était de sortie et la rue barrée ! Ca a été l'occasion de discuter avec l'ensemble des voisins de constater que les pyromanes agés respectivement de 74 et 78 ans étaient en pleine forme et n'avaient pas l'air de s'en faire : ils plaisantaient avec nous, le Monsieur disant qu'il allait se faire eng... par sa femme, on la comprend un peu ;-)


Je suis rentrée juste à temps pour voir la fin du 2e épisode de Desperate House Wives et regarder "Big love", je voulais faire une nouvelle tentative car je n'arrive pas à comprendre ce qu'a de bien cette série sur ces mormons polygames et sous viagra que tout le monde encense.


A part le générique et sa musique que j'adore, qui me rappelle (je ne sais pas pourquoi) cette série extraordinaire "Angel in America" sur les années sida.


samedi 22 septembre 2007

Diplôme

Sophie -Web 2.0 Design Master's Degree


Voilà grâce à Clothilde je suis officiellement Web 2.0 ! ;-))))) Yessssssssssssss
(En plus les questions sont en anglais ce qui je puis vous l'assurer ajoute sérieusement à la difficulté !

Si vous voulez essayer vous aussi : Master degree

vendredi 21 septembre 2007

On s'en doutait un peu

Un article titré "confidentiel" ! LOL

"Les premiers résultats de la vente de titres sans DRM par les distributeurs sur Internet semblent montrer le facteur bloquant de ces mesures de protection pour l'évolution du marché. Selon des sources industrielles, les ventes de titres sans DRM seraient 30 % supérieures en moyenne à celles des titres avec DRM.

En France, le site FnacMusic, VirginMega ainsi qu'iTunes proposent des titres non "DRMisés", provenant notamment du catalogue de EMI. Une semaine après le lancement du service sur FnacMusic en janvier dernier, les ventes du premier titre proposé sans DRM avaient doublé d'une semaine à l'autre."
Ils s'en doutaient pas un peu ? ils nous prennent vraiment pour des c... !

Pendant ce temps :




Et nous on marche sur la tête... 8-p

mercredi 19 septembre 2007

Le même âge et la même rondeur

Comme le disque-compact qui vient de fêter ses 25 ans

C'est au tour du Smiley-émoticon-binette :-)))1tro :
Je vous épargne l'historique que vous aurez pu lire un peu partout.

A l'ère de la communication moderne, Le smiley devrait être reconnu d'utilité publique !
Combien de fois aura-t-il permis d'éviter des erreurs d'interprétation, des malentendus ?
Toute personne qui se sera fait tancée sur une liste de diffusion comprendra ;-)

Car, dorénavant, on n'échange plus avec 1 destinataire mais avec des dizaines en même temps, destinataires qui, la plupart du temps, nous sont inconnus et pour lesquels la pratique de l'humour et de l'ironie ne va pas de soi... Il est parfois nécessaire d'appuyer ses propos :" mèèèè nannn j'rigole !";-) On choisira bien sur le niveau de langue ;-)

Le smiley permet, de pallier à la pauvreté de la ponctuation : point d'interrogation, d'exclamation, et le, hélas, complètement abandonné : point d'ironie : (je l'aimais bien moi ce point d'interrogation à l'envers avec sa goutte au nez !)

Que faire quand le message tapé et lu sur un écran ne contient plus aucune trace de l'être : parfum, sourire, chaleur de la voix, calligraphie (dans mon cas c'est un progrès incommensurable car j'avoue avoir parfois du mal à relire ma propre écriture;-) ?

Vive le Smiley et les SMS !

Car au delà du smiley, les nouvelles technologies de communication ont modifié l'usage de l'écrit et amené de nouveaux langages comme l'incontournable langage Texto, on peut se lamenter, mais aussi se l'accaparer et jouer avec, car, n'en déplaise à certains, c'est un système intelligent et drole, un jeu de construction, le temps passé à essayer de déchiffrer certains textos est une réelle gymnastique nécessaire à l'activité cérébrale (si comme moi vous avez horreur du sudoku et du scrabble ;-) Les SMS me rappellent les cours de phonétique à la fac, ou de catalogage, ou encore l'unimarc et plus proche l'XML

Plus on dispose de vocabulaire, plus riche est le discours et plus plaisante l'écriture,
car c'est bien là aussi le but : se faire plaisir et si l'interlocuteur partage cette connaissance c'est du pur bonheur...
ONCKRI ?

mardi 18 septembre 2007

Un site pour rien

... Juste pour se remémorer ces "bonnes" vieilles cassettes audio :


Allez avouez il vous en reste à vous aussi ?

Moi je les conserve dans un ancien fichier en bois récupéré lors de l'informatisation de la bibliothèque ou je travaillais....

dimanche 16 septembre 2007

journées du patrimoine

Après ce Week end consacré aux monuments, que serait ces visites sans anecdotes croustillantes, voici deux portraits consacrés à des âmes égarées trouvés sur les blog du bibliophile et de Locus Solus, comme quoi le danger ne vient pas toujours d'ou on le pense... Et ou l'on se dit que le voisinage des livres peut avoir des conséquences néfastes :

Auguste Harmand le bibliothécaire et Don Vincente le libraire...


samedi 15 septembre 2007

A la source

Il n'y a pas très longtemps sur disco-fr avait lieu un débat sur la qualité sonore du MP3 et la comparaison avait été faite avec la consommation d'un bon vin dans un gobelet en plastique.
Et bien voilà, même plus besoin de gobelet en plastique : le vin en cannette comme n'importe quel soda.

(ceci dit même le soda j'aime bien le boire dans un joli verre avec une paille et une rondelle de citron)
Et je réitère la comparaison, avec cet article : "le MP3 doit-il changer la façon de produire le son d'un album ?"
Car, à l'instar du vin, si ce sont les producteurs eux-mêmes à la source qui modifient la donne, nous pourrons toujours nous lamenter sur le vin en cannette et la mauvaise qualité accoustique du MP3 nous n'aurons plus guère le choix !

Nous pourrons toujours avoir des verres en crystal et de superbes chaines hi-fi...

Mais je ne sais pas pourquoi je me dis que le vin saura mieux résister que la musique, et que nous avons encore du temps devant nous avant d'aspirer à écouter des quatuors de Schubert (en MP3) en buvant un bon vin (en cannette) sur la plage d'Etretat (en rétroprojection virtuelle sur le mur de notre salon)



Comme dirait l'autre nous vivons une époque formidable ;-)

vendredi 14 septembre 2007

Escrocs mais pas trop

Un article a faire suivre à nos services informatiques ;-)

On reconnaît l'ouvrier à ses outils? Pauvres travailleurs du savoir!

Ou il est dit que les vrais promoteurs du web 2.0 sont les utilisateurs eux-mêmes,

53,6% des employés interrogés considèrent qu'ils seraient plus productifs s'ils pouvaient utiliser au travail les mêmes applications qu'à domicile. En conséquence de quoi ils sont 86% à se "débrouiller" pour utiliser en moyenne quatre applications grand public sur leur lieu de travail. Sachant que 47% d'entre eux ont les droits d'administration sur leur poste force est de déduire que les autres font partie de ces employés escrocs aux yeux des services informatiques mêmes.

jeudi 13 septembre 2007

Rugby et bibliothécaires (suite)

Suite à mon billet sur le rugby, et après avoir été "bottée en touche" ;-) par couv ill en coul, au passage, mon but n'était pas de me fâcher avec les -thécaires du Sud-Ouest, bien au contraire surtout si les prochaines rencontres de discothécaires ont lieu à Toulouse (j'ai pas envie d'être persona non grata ;-) et sans vouloir insister : je n'ai eu qu'une réponse de bibliothécaire rugbyman : en plus il ne joue plus et je crois qu'il est DISCO-thécaire et non BIBLIOthécaire, je vous conseille d'ailleurs son excellent blog.

J'ai bien compris que je passais pour l'ignare de service et qu'en fait les bibliothécaires étaient très férues de rugby, (on sent les professionnels capables de renseigner les usagers de leur savoir encyclopédique ;-) au point de faire la différence entre le XV de France qui joue en bleu et le stade français qui joue en rose ;-)


J'ai donc décidé de me documenter :

J'ai trouvé :

le petit guide du rugby pour les filles (64 pages à accorder au rugby cela me paraissait suffisant !)
Présentation de l'éditeur :

Mesdames, Mesdemoiselles, ce guide s'adresse à vous !


Vous qui, au hasard de votre vie, d'une rencontre, d'un calendrier dénudé ou d'un match à la télé, découvrez amoureusement le rugby.

Vous qui vous souvenez pourtant avoir souvent pesté contre ce sport de " Brutttttes " ! Vous voilà, pour la première fois, décidée à comprendre ce qui se passe sur un terrain de rugby et là, d'un coup, vous vous sentez très seule et très paumée !

Tous vos espoirs reposent sur ce petit livre et vous avez raison...

NON ! Les règles de ce sport ne défient pas les lois de votre cerveau ! Miss Ovalie est là pour vous aider, prête à répondre à vos questions existentielles : Vous craquez pour un pilier, un deuxième ligne ou un demi d'ouverture ?

Quelle femme de joueur êtes-vous : stressée, pipelette, photographe, infidèle ? La troisième mi-temps et le retour à la maison sont-ils compatibles ?

Comment passer de l'aquagym à l'hakagym...


Vous débarquez fraîchement en pays d'Ovalie... Bienvenue à vous !

Bilan : J'ai toujours rien compris aux règles mais je sais pour qui je pourrais éventuellement craquer ! Donc je vous déconseille ce livre, ne l'achetez pas il n'est pas terrible !

Un autre livre donc : le dictionnaire amoureux du rugby (573 pages : pfffff, si avec ça je suis pas au top !)
Présentation de l'éditeur :
J'ai longtemps arpenté les chemins d'Ovalie, le territoire sans frontières des amateurs de rugby. C'est un monde où l'on se rencontre plus qu'on ne se croise, et qui a tout d'une école de la vie.

Les codes s'acquièrent au fil du temps, sur le pré, dans les vestiaires, au fond d'un bus ou dans un bistrot, à l'ombre d'une potence de bière devenue arbre à palabres.

Il s'y raconte des légendes où s'affrontent les grands noms de notre panthéon, il s'y vit des épopées où des émotions brutales et intenses tissent entre les hommes des liens indéfectibles. Près de deux siècles après la naissance du jeu dans l'Angleterre victorienne, novices et initiés partagent désormais une culture, faite de règles officielles et officieuses, d'un langage, de rituels, d'un patrimoine dont certains chefs-d'œuvre sont en péril et, plus important que tout, un esprit ! Ce dictionnaire vous invite amoureusement à pousser la porte du royaume. Bienvenue en Ovalie


Bilan : j'ai pas fini de le lire :-( Je crois que quand je serais au top la coupe du monde sera finie depuis bien longtemps....)



mercredi 12 septembre 2007

Bibliothecaire et menagere de moins de 50 ans

Vendredi dernier je suis allée assister au conseil municipal, l'un des sujets étant le vote des travaux de notre future médiathèque, enfin un truc du genre, car il y avait une histoire d'amendement. Le sujet étant polémique je savais que j'allais assister à de belles joutes verbales, et je n'ai pas été déçue.

Les échanges ont duré deux bonnes heures mais je n'ai pas vu le temps passer, c'était un plaisir d'écouter ces politiques qui manient la rhétorique avec talent (si si je vous jure et je ne fayotte même pas ;-)
Tout en restant polis et courtois, là ou depuis longtemps je me serais emportée et aurais envoyer bouillir mon adversaire, c'est tout bonnement incroyable les échanges sont passionnés mais aucun dérapage avec un niveau de langue soutenue et une facilité à rebondir que le néophyte peut prendre pour de l'improvisation mais qui n'en est certainement pas.

Toujours est-il qu'avec tout ça, j'avais oublié de programmer le magnétoscope, car, ça y est ! la 3e saison de DESPERATE HOUSEWIVES REPREND ENFIN !
Quand j'ai vu l'heure je me suis empressée de téléphoner chez moi pour qu'ON me démarre un enregistrement.
Et là, j'ai pu suivre, en direct, le fil de la catastrophe : j'ai entendu la cassette qu'on glisse dans le magnétoscope et.... qui se coince ! NOOOOOOOOOOOOO pas ça !
J'entendais les jurons contre ce P... de magnétoscope, contre la ménagère de moins de 50 ans qui, en plus, d'abandonner le domicile conjugal pour aller à un conseil municipal sur son temps perso, demande à ce qu'on lui enregistre une série nulle ! Je vous épargne la suite ;-)

Donc aussitôt arrivée à la maison je me suis jeté sur le magnétoscope en essayant de le faire redémarrer car ayant passer quelques heures à installer divers choses comme la TNT, une PS2 (rose)..., Canal + ne peut fonctionner maintenant qu'en passant par le magnétoscope.

Donc pas de magnétoscope pas de Desperate House Wives !
Après avoir tenté vainement d'extirper la cassette et y avoir laisser quelques ongles j'en suis arrivée à aller chercher un tournevis tout en entendant des sarcasmes du genre : "Tu sais, ça risque de moins bien marcher après !"

Heureusement j'ai eu une illumination (avant l'électrocution ) en me disant qu'il serait prudent de débrancher l'appareil avant d'aller y insérer un objet métallique, et là, O Miracle, le fait d'éteindre et de rallumer, a suffi à débloquer cette fichue cassette...
Pour tomber sur le générique de fin du feuilleton !

Mais il restait quand même deux épisodes à voir ! OUFFFF

-Thécaire et ménagère de moins de 50 ans on n'a pas une vie facile ;-)

mardi 11 septembre 2007

Le Punk a 30 ans

Déjà !
Encore des souvenirs qui remontent, après le flower power de cet été...

Mais j'avoue, quand j'étais ado j'avais un faible pour Sid Vicious, pas pour sa musique, bien sur, que je n'écoute plus maintenant que pour couvrir le bruit de l'aspirateur : quitte à être abrutie par le bruit autant que ça soit par du punk ;-) mais pour son côté mauvais garçon...

Et la bibliothèque de ma commune organise une conférence + concert, avec une expo photo des Dogs, j'ai pas de la chance ?

Et aussi : Un site trouvé par hasard pour fêter dignement cet anniversaire : L'histoire" du punk au jour le jour

lundi 10 septembre 2007

Zorro est arrivé

C'est Rick Rubin et il vient d'être embauché pour sauver l'industrie du disque, il trouvera peut être des solutions pour que l'industrie continue à faire des profits... Mais sans le moindre espoir de conserver le support, dont les industriels ont l'air de totalement se désinteresser...

dimanche 9 septembre 2007

Couverture

Aujourd'hui c'est dimanche
Je sais pas comment c'est pour vous, mais j'ai eu la chance d'apprendre mon métier dans les règles de l'art, cela voulait dire que dans la bibliothèque ou je travaillais à l'époque tout nouvel arrivant allait passer systématiquement 3 jours au service reliure situé dans l'entresol de la bibliothèque centrale. Ce n'était pas une punition mais un vrai apprentissage afin de diagnostiquer le type de réparations à entreprendre ou pas sur un livre, sur la façon de le réparer (ah le plaisir de le dépecer, de gratter la colle !) pour ensuite le recoller voire le recoudre ou le mettre sous presse, tout en discutant des potins de la bibliothèque, ou en regardant le relieur en chef travailler la reliure d'un ouvrage rare, manipuler la précieuse feuille d'or ... Soupir ! L'avantage c'est que maintenant au premier coup d'oeil je sais si on pourra réparer facilement un livre et que je repère les couvertures mal faites... Et que je passe pour une em....euse (mais ça c'est pas nouveau ;-)
Tout ça pour dire que c'est la rentrée des classes et qui dit rentrée des classes dit livres à couvrir !Donc qui c'est qui s'y colle puisqu'elle est bibliothécaire ?Bah oui vous savez bien : les bibliothécaires dans leur bibliothèque en plus de ranger des livres, que font-elles d'autres ?Oui ! Elles couvrent des livres !
Bon je râle mais j'avoue y prendre un certain plaisir surtout quand 2 paires d'yeux me regardent avec admiration et que je sais que demain c'est eux qui auront les livres les mieux couverts
(J'en suis sure : y'a pas d'autres mamans bibliothécaires dans leur classe) !

vendredi 7 septembre 2007

Trip-hop


J'avoue je suis fan depuis le début, pas du courant musical dont je n'ai pas toujours bien cerné les contours, ce que je sais c'est que j'aime les groupes qui sont assimilés à ce courant : Portishead, Massive Attack et Tricky qui reste pour moi le must surtout depuis que je l'ai vu en concert.

A l'occasion de la sortie du nouvel album de Morcheeba je suis tombée sur un site consacré au trip-hop (beaucoup de pub et un trip-hop très très élargi (pour moi Bjork c'est pas du trip-hop ?))

Mais un site intéressant quand même : tout sur le trip-hop

Pas de billet en ce moment : trop malade...

mardi 4 septembre 2007

Billet rien que pour les ménagères de moins de 50 ans

C'est pas dimanche mais on fera comme si, donc je me lache un peu de toutes façons je suis trop sérieuse en ce moment ;-)


Au cas ou ça vous aurait échappé c'est bientôt la coupe du monde de rugby.
Voilà bien un genre complètement à l'opposé de notre profession, si il existe un bibliothécaire rugbyman qu'il se fasse connaître ;-) et donc si vous en avez marre des portraits de bibliothécaires coincées comme chez couv ill en coul, et histoire de faire genre qui s'intéresse au sport, je vous conseille de jeter un oeil sur l'Equipe magazine (le dernier), vous ne serez pas déçues.
Je crois que c'est la première fois que j'ai ouvert ce journal, intriguée par des images qui ont imprégnées mon inconscient : Hier dans une grande surface je cherchais un appareil introuvable, quand avec mon fils de 5 ans nous sommes restés plantés devant un écran géant sur lequel des types tatoués comme Harvey Keitel dans "la leçon de piano" hurlant en tapant sur leurs cuisses (si on peut encore appeler ça comme ça) en plus avec le son dolby ou THX machin truc on avait l'impression que le sol tremblait, ils avaient les yeux exhorbités, on n'a pas eu peur on était justes tétanisés, j'ai donc supposé qu'il s'agissait du célèbre Haka des All blacks.
Brrrrr ! J'aimerais pas être l'équipe adverse, en plus si j'ai bien compris l'équipe de France est habillée en rose avec de jolis polos moulants, je sais pas moi j'y connais rien en rugby mais ça fait plussss métrosexuel que rugbymen, non ?
Mais après avoir lu le dernier numéro de l'Equipe j'ai un peu révisé mon jugement, en effet on est très loin de photos style studio Harcourt, là les photos du XV de France sont superbes, des types écrasés dans la boue, si si je vous jure c'est beau !
C'est pas pour ça que je vais me mettre à regarder le rugby : je comprends rien du tout aux règles et ça me paraît d'un compliqué, mais c'est pas grave je regarderais à nouveau la leçon de piano ;-)
Et on mettra des livres sur le rugby en présentation dans la bibliothèque ;-)


Ka mate Ka mate
Je meurs, je meurs
Ka ora Ka ora
Je suis vivant, je suis vivant
Ka mate Ka mate
Je meurs, je meurs
Ka ora Ka ora
Je suis vivant, je suis vivant
Tenei Te Tangata Puhuruhuru
C'est l'homme chevelu
Nana i tiki mai whakawhiti te ra
Qui a fait briller le soleil à nouveau pour moi
Ah Upane Upane
Un pas vers le haut, puis un autre
Upane Kaupane
Un pas vers le haut, un autre
Whiti te ra
Le Soleil brille !

lundi 3 septembre 2007

Musique en bibliothèque

J'avais eu l'occasion de flasher sur ce groupe et mon collègue vient de m'envoyer cette vidéo en me demandant à quand les "Bats for Lashes" jouant dans notre bibliothèque ?

On peut rêver...
N'empêche, c'est quand même mieux que la blonde Cascada remuant sa mini-jupe sur des fichiers...
Histoire d'être mauvaise langue aussi vous avez remarqué le grillage derrière "Bat for Lashes" ? A quoi peut il bien servir ?
Je sais c'est rien que de la jalousie... Parce que c'est vraiment "trop de la balle" comme disent les jeunes qui savent télécharger ;-)

Générosité

"Les petites choses de ma vie" fait du vide dans sa bibliothèque et elle donne tout simplement...
Related Posts with Thumbnails